Elio de Angelis, 20 ans déjà

 
Il y a donc, depuis hier, 20 ans que le pilote de F1 italien, Elio de Angelis mourrait des suites d’un accident survenu sur le circuit Paul Ricard, alors qu’il effectuait des tests privés pour le compte de l’écurie Brabham-BMW pour laquelle il courrait en championnat.
 
Né le 20 août 1958, il est issu de la noblesse et héritier d’une des plus grosses fortune d’Italie. D’une nature nonchalante et naturellement détachée, De Angelis était aussi extrêmement doué, au volant bien sûr, mais aussi comme musicien : il était aussi un pianiste de grande qualité qui prétait à l’occasion son talent à diverses associations caritatives.
 
Arrivé très jeune (21 ans) au sein de la discipline reine, il était aussi considéré comme un esthète un peu paresseux, sans que son talent et sa "vitesse", néanmoins, ne soient infirmées par son palmarès aussi bien en F1 que dans d’autres disciplines (karting, BMW M1 procar series,…).  Palmarès qui eût pu être plus fourni s’il avait eu l’âme plus "compétitrice", lui qui  vécût dans l’ombre de ses coéquipiers… Mais quels coéquipiers : Mario Andretti, Nigell Mansell, Ayrton Senna ou encore Ricardo Patrese!. 
 
Ce qui ne l’empêchera pas de marquer, en F1, 122 pts en 108 GP, de réaliser 3 pôles, de signer un meilleur tour en course et remporter 2 grands prix : Autriche 1982 (Lotus Ford Cosworth) et San Marin 1985 (Lotus Renault Turbo).
 
Il débuta son parcours F1 en 1979 Chez Shadow (Ford Cosworth), avant de passer dés 1980 et pour 5 années chez Lotus (Ford, puis Renault).  A ce titre on pourra aussi lier sa période Lotus aux années "Noir et or" de l’écurie sponsorisées par JPS (cigarettier), là aussi empreintes d’élégance…
Il quittera Lotus fin 1985 pour rejoindre l’écurie Brabham BMW Turbo, écurie qui entamait sa "descente" après ses titres de 1982 et 1983; pour piloter la novatrice (trop?) "limande" BT-55 conçue par le génial Gordon Murray!.
 
C’est à son volant qu’il sera accidenté, perdant son aileron postérieur à 300 km/h en bout de ligne droite, à l’entrée du "S de la verrerie" du circuit Paul Ricard, en France… Bloqué suite à plusieurs tonneaux et l’incendie de sa monoplace, il ne put être extrait rapidement et décédera le lendemain d’asphyxie cérébrale.  Il avait 28 ans, et était très apprécié du public qui aimait son talent, mais aussi sa "manière d’être" élégante et d’une aristocratie discrète, bien que "play-boy" à ses heures…
 
Il y a 20 ans, c’est un gentleman qui nous quittait.
 
Patrick.
 
Palmarès :
 
Karting : 1975 – champion d’Italie et vice-champion du Monde ; 1976 – Champion d’Europe.
F3 : 1977 – Champion d’Italie ; vainqueur du Grand Prix de Monaco 1978.
BMW M1 Procar Series (en levé de GP) : 13è championnat (égalité avec Manfred Winkelhock, team OSELLA!)
F1 : 108 GP, 2 victoires, 3 pôles et un meilleur tour en course. 122 pts marqués en championnat.
Publicités

Une réflexion sur “Elio de Angelis, 20 ans déjà

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s