Renault 16, la 1ere « voiture à vivre »

R 16 : l’ancêtre de la « voiture à vivre » 
Voiture qui selon moi appartient au patrimoine culturel automobile, de façon généraliste. Pas question de retracer l’historique et son évolution du modèle présenté.  Bref, une présentation « humeur » où les commentaires seront bienvenus.
 Renault-R16-openSlogan* titre dans les années 80-90 de l’encore « Régie Renault » (nationalisée alors), la Renault 16, berline 4 portes + hayon arrière, présentée en 1965 au « Salon de l’Auto » de Genève, préfigure sur le fond par la modularité de son habitacle complètement modulable (4 portes + hayon), la voiture « moderne » des années 70-80, et dans sa forme les futurs « monospace » des années 90′.  Personnellement dans la série « la voiture du siècle… », je la classe en tête pour son apport technique (moteur alu, structure de l’arc de toit (en pagode), chauffage,…).  Ce n’est pas pour rien qu’elle était en concurrence avec la géniale DS de Citroën.  La « R16 » a été élue « Voiture de l’Année 1965« .
  
Considérée comme voiture très moderne à sa sortie (moteur 1470cc, puis 1565, en alu coulé sous pression, une première), elle reste aujourd’hui encore « utilisable » au quotidien, et, pendant plus de 15 ans à été partie importante du panorama routier ; qui d’entre vous n’en a croisé sur les routes, dans la BD, tirant une caravane…  Bien entendu, ce n’est pas cela que recouvre l’appellation « culturelle », mais plutôt l’impact qu’elle a eu sur les bureau d’études et de design des différents constructeurs et marques.
  
La « R16 », pour mieux la nommer, avait une réputation de confort non usurpée.  Spacieuse, bien suspendue, sièges profonds ont fait de la 16, haut de gamme de chez Renault, une voiture appréciée des gros rouleurs!.  Ses concurrentes en France: la DS, les Peugeot 404 puis 504, les Simca 1300-1500.  Bien équipées (TS, TX) elles pouvaient recevoir (de série ou en option) l’intérieur cuir, le verrouillage central, les vitres électriques, le toit ouvrant électrique… bref à l’époque, l’équivalent d’une Rolls; ou presque… Son principal défaut : la ROUILLE, endémique sur ce modèle… au point que les moteurs, increvables (jusqu’à + de 450.000kms), survivaient aux « caisses » et avaient plusieurs vies…  Par ailleurs, ces moteurs équiperont d’autres Renault (les 1470 & 1565cc) : Les 12 Gordini et 15 TS (base 16 TS), les 18 GTL, 18 & Fuego Turbo (eh oui, 110, 125 & 132CV)… Motorisations que l’ont retrouvera dans les berlinettes Alpine A110SX, mais aussi les Lotus Elan (Thanks Mr Chapman!) des sixties…
  
Les modèles d’accès (16, 16 commerciale, 16L & TL -1470-55cv, 1565-55CV et 1565-66CV boîte manuelle et automatique, 1965-1980) :

 Le modèle « intermédiaire » (16 TS et TS automatique 1565cc-85CV) – à mon sens la référence et la plus recherchée (+ homogène) :

renault-16ts-04Le haut de gamme (16 TX boîte 5 et TX automatique, 1565cc-96Cv) – La berline autoroutière par excellence.

  
 La version américaine et canadienne :
   
Voila, une voiture coup de cœur aussi, une de mes favorites… j’ai par ailleurs possédé une 16TL boîte manuelle brun métal de 1977 (comme sur l’image)…quelques jours qui n’a pas résisté aux foudres parentales (j’avais juste 18 ans et pas le permis et une mère bornée et con…).
Ne jamais écouter les parents ou faire de concessions** quand il s’agit de la passion.
  
    
 Bibliographie : un ouvrage passion et plaisir (qualité technique et historique, format et qualité du récit).  Une référence***.
 « La Renault 16 de mon père », Editions ETAI (1996). Par Bernard VERMEYLEN, 120 pages. +/- 30€.
la-renault-16-de-mon-pere
* : Campagne soulignée par la musique de Robert Palmer, sur base du morceau « Johnny & Mary ».
** : De toute façon, ne jamais faire de concessions… (dixit Jépathor).
*** : Issu d’une collection géniale et accessible, sur des autos « populaires », « la voiture de mon »père », rédigés par des férus de la voiture dont ils parlent… (vous y retrouvez la  2CV, La DS, la Peugeot 404, la Coccinelle, la R4,…) ; bref complet!.  Chez ETAI Editions.
Sites :
Publicités

10 réflexions sur “Renault 16, la 1ere « voiture à vivre »

  1. Bonjour, bravo pour le petit texte sur la Renault 16. La mienne n’est pas vendu, elle est dans mon garage. Et elle n’a pas 400 000 kilomètres mais dix fois moins (de quoi voir venir). Bientôt un lien sur mon blog « http://renault16.wordpress.com ». Début mai, rassemblement européen de Renault 16 en Alsace (Must R16). Je n’y serai pas malheureusement. B.

    • Aussi eu des R4 dans la famille, et en ai conduit quelques unes – ça manque, comme bcp d’autres véhicules attachants : 2 CV, DS, 204, Simca 1000, Coccinelle, Bus VW, R5 …

      Les automobiles sont un peu tristounettes aujourd’hui – trop « parfaites »?

  2. Pingback: Fenêtre sur cour (semaine 1). | L'Ornithorynque

  3. Pingback: « Bel été (La route des vacances -)  – 1 : la R16. | «L'Ornithorynque

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s