Les mercredi du spleen & other love songs – Elstree ; Buggles-1979

Il y a les Spleen songs d’une part et, d’autre part mais pas à contrario, les "other love songs"…  Bref, ces chanson souvent pouraves, parfois géniales et généralement l’un et l’autre à la fois ; je veux parler de ces chansons que l’ont se met en boucle et in brain un nombre incalculable de fois (ah bon, pas vous?  mon oeil!)… Par ailleurs globalement liées à un affect particulier, un souvenir, une situation, une enfoirée de gonzesse.  Ici, c’est indépendamment de la mélodie et de l’ambiance étrange que dégage le morceau qui -hélas!?- va suivre, "Elstree" des Buggles, ici disais-je, c’est l’identification au "Néro" (un héros de l’échec, lol) de la chanson, à son narrateur.  Lié à qui?  A une nana, of course, pas flamande cette fois, mais à une alors petite perle d’origine indo-mauricienne de Luttre-Pont-à-Celles (eh oui, ça existe : sorte de trou de cul du monde le moins à l’Ouest de la Louvière) qui s’est depuis encombré d’un comédien en perdition (comment peut-on préférer un comédien qu’en touche pas une à un génie futur de la mise en scène)… le coup du "parce que c’était lui, parce que c’était moi" on ne me le referra pas…
Néanmoins reconnaissons à D., et c’est justice, un charme passé à la hauteur de son manque de "maturité", celui d’une "adolescente" de 20 ans, à l’époque (mai 2001)… Cédons aussi sur le point que j’étais tout dégoulinant de bons sentiment (paternaliste incestueux?), que je ne raclais pas les fonds de tiroir du bonheur et de sa soeur "bétise" ; mais bon qui aime bien châtie (chatte bien?)…  Aujourd’hui mère, acte hautement respectable, elle me laisse des souvenirs troublés… troublants?  Non!. J’aimais la relation avec elle, pas elle, un remembering de mes amours ados, pas amoureux quoi!…Tout ça c’était l’époque de ma mise en scène "Tout le monde n’entre pas, seulement pour les fous", adaptation dramatique – et acte autobiographique – du roman de Herman Hesse "le Loup des Steppes"… Ou quand le metteur en scène vit, et voit, la liaison de sa copine de circonstances dans la vie viré de bord sur le plateau avec le comédien engagé payé avec les propres tunes du dramaturge… ça ne s’invente pas… Parce que c’était lui, etc… on connait, change de disque… Soyons positif, le propos de l’oeuvre était aussi sous l’augure du "réapprendre à rire de soi-même", de l’autodérision… Bref tout à fait adapté à la situation (nous aurons donc vécu une liaison hautement dramaturgique, sois en ici remerciée, tu repasses quand tu veux, mais sans les jéhovishnou à la con, faut choisir son camp D.) 
Reste le souvenir de "cet oiseau fragile à protéger", sympathique, sans prétention et très jolie parenthèse sentimentale avec cette gazelle aux hanches et fesses de Reine, son pubis éffronté… Ahhhhhh ces nanas si rafraichissantes et immatures, jeunes femmes bouffies d’adolescence – et pas seulement pour le physique – n’ont pas de prix…
 
Avec elle, je pouvais, nous pouvions courrir dans les rues en se tenant par la main, juste pour le plaisir de courrir, de rire, mépriser les ceusses aux grands yeux réprobateurs et gourmands (sorry, c’est my friandise, she’s mine… ou presque!!!) gratuitement et sans autre pensée que d’êtres bien ensemble, ivres.
 
Thanks D. ; en souvenir de nos baisers sous la pluie battante, la nuit. 
 
P’tite perle nana, pour p’tite perle song… et incomparables Buggles (Horn, Downes, Wooley)…
 
 La "other love song" qui suit, c’est ma beautiful D. qui me l’a fait mettre en boucle, définitivement, me ramène à elle… quoique je fasse…me manque?
 
Elstree : The Buggles, 1979 – vidéo de très mauvaise qualité, joyusement kitch, mais morceau Wouaaaa, poussez le son!
 

I had a dream on a back lot
and saw my life like a long shot
of smiling faces in a picture parade
all the stills from the films that you made
that we would see in th "Essoldo"
after drinking coffee at "La Gioconda"

(Chorus)

Elstree, remember me
i had a part in a B-movie
i played a man from history
Elstree, look at me
now i work for the BBC
life is not that it used to be

I took no dives in the fight scenes
i had a stuntman, kept my suit clean
there’s no technology to fake-up a song
they stop the orchestra
if you get it wrong !

(Chorus)

they made a field into a war zone
i beat the enemy on my own
all the bullets just went over my head

No reality
and no-one dead
in
elstree"

"Elstree remenber me, ohohoh"…

Autre lien, le très célèbre "Video killed the Radio Stars", dans une version de 2004, avec toute l’équipe du morceau de 1979, choristes comprises, en live.  Trevor Horn reste un génie, j’y reviendrai.  Excellente qualité vidéo ici.  Un choc immesurable pour le gamin de 14 ans…  Et ça balance de la mort…

http://www.youtube.com/watch?v=laZw3Y3JCJ8

Grandiose, magistrale version… tout deux tirés de l’album "The Age of Plastic", un album charnière dans l’histoire du rock et de la pop… il y a la musique "avant" ; et la musique "après"… Horn deviendra (et reste) un des plus grands producteurs de la musique des années 80 et 90’… sera le chanteur de Yes (+ Downes au clavier, sur l’Album pour moi cultissime (eh oui!) "Drama", si vous avez jamais écouté du rock; jeter une oreille pour voir…).

Publicités

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s