A few words from Schopenhauer by K. Mann

Tirées de la seconde partie du journal de Klaus Mann ( les années d’exil 1937-1949), et en date du 1er mars 1937 (extrait) un relevé de citations de Arthur Schopenhauer (philosophe, 1788-1860), extraites de « Sur le métier d’écrivain et le style ». 80ba8cc415b2cd4692a6773cbc84602d (…) Il faudrait absolument que ce soit connu de chacun dans notre « branche ».  Certaines choses semblent écrites contre les industriels de l’écriture actuels (Stez, Feuchtwanger, etc.).
Très amusant :  » Comme certains seraient cultivés s’ils savaient tout ce qui est écrit dans leurs propres livres! ».
Très profond :  » En fait, aussitôt que notre pensée a trouvé ses mots, elle n’est déjà plus sincère, ni tout à fait sérieuse ».
Citation : « Vous n’avez pas besoin de me contredire pour m’égarer! Dés que l’on parle, on commence déjà à s’égarer ».
Voila, ça « mange pas de pain », mais plus j’avance dans Klaus Mann, plus je trouve que l’on oublie, me semble t’il, un trait de sa personnalité, son caractère : un humour teinté d’une légère ironie, un peu bourgeoise (dandy?), jamais méchante : il garde son cynisme pour les « vrais » problèmes, et là il possède le tranchant affuté!.
Publicités

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s