Etudiants de l’Insas au National…

Chouette projet au Théâtre National, "Ecritures" : des textes d’auteurs contemporains mis en voix par une trentaine d’étudiants de l’Insas, du 20 au 24 mars 2007, dés 19h – c’est gratuit (zut suis en représentation de Blanche Neige à Paris, ah non pas les 21/22! on verra!).
 
Article presse de Nurten Aka, "A l’encre du présent" (c) la libre.be -20/03/2007).
 
Le Théâtre National investit "Ecritures", premier festival dédié aux nouveaux auteurs.

Du 20 au 24 mars, le National nous offre onze pièces de théâtre inédites, mises en voix par une trentaine d’élèves-comédiens de l’Insas, à pied d’oeuvre depuis deux mois sous la direction de leurs professeurs, le metteur en scène Marcel Delval, le comédien Vincent Minne, le dramaturge Jean-Marie Piemme, entre autres. Parmi les nouveaux auteurs à l’honneur, le Libanais Rachid El-Daïf avec "Qu’elle aille au Diable, Meryl Streep", qu’on a pu découvrir, samedi dernier, faufilée dans une répétition matinale. On a ri, on a frémi avec ce texte, qui mélange la guerre du Liban aux aventures tragi-comiques d’un mariage arrangé à la musulmane. Le sang de la vierge déflorée est invisible, au grand "déshonneur" de l’époux. Sur scène, une table, deux chaises, deux comédiens qui campent les personnages, texte en main : un plaisir. Des mots et des maux. L’aventure nouvelle est réjouissante, concoctée par le comité de lecture rigoureux du Théâtre National, mis en place par Jean-Louis Colinet et qui réunit, en un "studio" discret, des hommes de théâtre variés (metteurs en scènes, comédiens, mais aussi universitaires et fonctionnaires spécialisés). "En deux ans, explique Alexandre Caputo, le responsable du projet, on a reçu 250 textes, envoyés par les maisons d’éditions mais aussi à titre individuel. Parmi cette avalanche, le Studio a affiné son identité. Ainsi, on va ouvrir des portes aux auteurs du Sud, espagnols, italiens, libanais, israéliens,… que l’on connaît moins, faute de réseaux. Par ailleurs, à l’image du National, on cherche des textes qui s’inscrivent dans les enjeux du monde actuel". Ainsi, l’Allemand Fritz Kater propose "Un temps pour aimer, un temps pour mourir", des itinéraires d’adolescents de l’Allemagne de l’Est sur les ruines des utopies et de la chute du mur, dans une furie "sexe, drogue et rock and roll". De Suisse, Lukas Bärfuss propulse une "héroïne" dans "Les névroses sexuelles de nos parents". Du côté des auteurs belges, on découvre Claire Gatineau ("Les Pieds nus"), on retrouve l’univers fou, très nouveau roman, de Marie Henry, avec "Come to me comme tout le monde", Virginie Thirion et ses lettres de guerre, "Écris que tu m’embrasses". Mais aussi Tom Lannoye avec "Forteresse Europe" et Eric Durnez pour "Childéric". "Tom Lannoye est une star en Flandre et ailleurs (il sera à Avignon cet été) mais est totalement méconnu, le néant, du côté francophone !".

Bruxelles, Théâtre National du 20 au 24 mars, dès 19h.

Entrée gratuite, rés. 02.203.53.03. Programme : Web www.theatrenational.be

N’hésitez pas : des auteurs, des textes, des comédiens à découvrir… c’est "festin" pour nos sens, nos esprits… faim de théâtre, gnark.

Publicités

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s