A few words from Peter Handke : « Silence »

Bon, quand même un peu de Handke, en attendant la chronique "écrits pour le regard". Un texte extrait du roman "L’absence" (1987)*, un chant au silence…
 
"Vers le silence.
Seul dans le silence.
Seul dans le silence.
Où es-tu passé, silence?
Tu fus toujours bon pour moi, silence.
En toi, j’étais toujours bien, silence.
Avec toi, je redevins enfant, silence,
je vins au monde par toi, silence,
tu me fis entendre, silence,
c’est toi qui me donnas l’âme, silence,
Tu fus seul à m’instruire, silence, ce n’est que par toi que je vais, l’homme parmi les hommes, silence.
Sois une fois encore ce que tu fus, silence.
Enveloppe-moi, silence.
Prend-moi sous tes aisselles, silence.
Fais-moi taire, silence.
Rends-moi accueillant, silence.
Je crie vers toi, silence.
Toi par-dessus tout, silence!.
 
Silence, source de toute image!
Silence, ô toi, grande image!
Silence, ô mère de l’imaginaire!".
 
On dirait un hymne à la mort, comique ; non?.  En tout cas, texte pour le rompre, ici, sur cet espace de mots…
 
  * "L’absence" – Peter Handke, traduction de G-A. Goldschmidt ; collection Folio, N° 2482.
Publicités

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s