INSAS Théâtre : « Preparadise sorry now »

Voila, aujourd’hui jour de générale, tant sur "Greek" que sur "Preparadise…".  Hier vous aviez droit à une note d’intention sur le travail de Guillaume Dumont ("Greek" de Steven Berkhoff) ; aujourd’hui celle de "Preparadise sorry now" de Rainer Werner Fassbinder, dan sune mise en scène et espace de Caspar Langhoff :
 
« C’est à cette époque là qu’est arrivée l’histoire du chat… »

« En 1969, Rainer Werner Fassbinder, écrit Preparadise Sorry Now en réponse au spectacle Paradise Now ! du Living Theater. Celui-ci proposait, en effet, le temps d’une représentation, une société idéale, délivrée de tous les rapports de domination et de possession entre les individus.

Notre pré-paradis, lui, s’organise autour de récits et de courtes scènes tirées d’un fait divers anglais, celui des « assassins de la lande » : Ian Brady et Myra Hinley, jeune couple de Manchester, fasciné par Sade, Dostoïevski, et Hitler. Dans les années 60, ils ont violé, torturé, photographié, et tué au moins cinq adolescents. Ils n’ont jamais formulé de regret : Myra est décédée en prison ; Ian réclame en vain la peine de mort depuis vingt ans.

Le pré-paradis, c’est aussi des « contres » : de courts tableaux ou trois personnages -H, I, et K- exercent à deux contre un, différentes formes d’oppressions banales, quotidiennes, légiférées… ainsi que des « liturgiques » : prières tirées du christianisme primitif, rappelant les fondements cannibales de la foi occidentale.

En 2007, face au triomphe des valeurs d’exploitation, de darwinisme social, de culte de la marchandise, et devant la recrudescence des divers fascismes dans notre Europe pacifiée, la marche de l’Histoire vers le paradis semble plus qu’incertaine… A 23 ans, je ne monterai pas ce texte pour le simple plaisir du fatalisme masochiste : à travers les personnages de Fassbinder, reflets de nos misères, de notre amoralité régie par la morale de classe ; à travers les scènes d’ennui et de brutalité ordinaires, enchaînées au rythme d’un road-movie, je trouve l’étincelle de l’amour, de l’insoumission et de la rage de vivre». Caspar Langhoff.

Avec : Coraline Clément, Leila di Gregorio, Thomas Coumans, Caspar Langhoff, Patrick Leonard, Marie Luçon, Hélène Polsky

Mise en scène, décor, son : Caspar Langhoff

Lumière : Hanna Lasserre

Costumes : Nolwen de Couesnongle

Assistanat à la mise en scène : Hélène Polsky

A l’Insas, rue Jules Bouillon, 1 à 1050 Bruxelles – Entrée gratuite

Du 16 au 21 juin 2007 (relâche mardi)

Le 16/06 à 21h30 le 17/07 à 20h00

le 18/07 à 14h30 Le 20/06 à 14h30 le 21/06 à 15h00

Renseignements et réservation au 0487 / 541 366, ou par mail : reservation.insas@laposte.net

 

Publicités

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s