A few words from Stefan Zweig

Petit extrait d’une lettre de Stefan Zweig à Thomas Mann…
 « Les cloaques sont ouverts et les hommes respirent leur puanteur comme un parfum ». Avril 1933.
Stefan Zweig
Publicités

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s