A few words from Maïakovski : « Vladimir Maïakovski » (2/2)

Poster un commentaire

3 août 2007 par L'Ornitho

Second volet concernant Vladimir Maïakovski et sa tragédie « Vladimir Maïakovski », en 2 actes plus prologue et épilogue (1913) ; hier vous avez eu le prologue, voici l’épilogue. Plus court et dense que le précédent écrit, moins humoristique, et en fin de compte d’une plus grande densité dramatique (ça reste du théâtre!).
« Vladimir Maïakovski
C’est vous, c’est écrit pour vous,
pauvres rats,
ce n’est pas la pitié qui manque,
sinon vous l’aviez la tétée, la tétine
mais je me sens un peu flasque,
c’est la sainteté.
Qui ça – quand ça
aurait donné à mes idées
cet espace surhumain?
C’est moi, dans le mille,
le doigt dedans,
j’ai prouvé :
le ciel est un voleur,
on se dit je suis un coq germain
ou le roi de Monténégrie
et parfois je préfère
mon nom commun :
Vladimir Maïakovski ».
 maya7 Bon, eh bien y’en a qu’ont l’égo assez surdimensionné je crois… c’est pas pour me déplaire, et allez avoue-le tu serais bien un peu « jaloux »… Voila, c’est tout, et parfois je préfère – malgré tout – mon nom commun : Patrick Leonard. « Hoho, Patichou, c’est l’heure de la tisane… on redescend sur terre… ». Mouais manahin makapuf, carnaval magasin… pfff… p’tite ‘firmière..?
Ref : « Vladimir Maïakovski – Théâtre« , dans l’excellente et démocratique, collection « Les Cahiers Rouges« , chez Grasset Editions (+/-12€).
Advertisements

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :