Thema « Loup des steppes » – Bilan (bonus?)

Pourquoi cette "thema", de quasi 15 jours? D’une part, parce que cela reste une oeuvre moderne, contemporaine et majeure du répertoire ; ensuite, j »ai aimé m’y replonger, et redescendre dans cette matière dont j’ai fait un spectacle de théâtre, fin 2001 "Tout le monde n’entre pas, seulement pour les fous", joué à l’Eden de Charleroi, par la troupe du "No Man’s Land Théâtre", compagnie semi professionnelle…
 
Moins expérimenté à l’époque, j’en reste malgré tout très satisfait. Je m’explique : d’autres mises en scène professionnelles en ont été données ces dernières années, en Allemagne (et une bientôt… j’en reparle plus loin) et de ce que j’ai pu en voir (photos, extraits vidéos) la part faite à la technique (vidéo, trucages, etc…) me semble excessive. Là où je reste content donc, c’est dans la dimension humaine du jeu, et la grande part laissée au texte – les mots se suffisant plus qu’on ne veut bien le croire en théâtre ; dans une adaptation que nous avons produite de ce roman. Il me semblait important de conserver et rendre, surtout, la dimension narrative et ses multiples, le récit étant repris à son compte par plusieurs narrateurs.
 
Ce que l’on sait un peu moins, de cette oeuvre – le Loup des steppes, c’est qu’il en existe une suite, datant de 1928, parue dans Die Neue Rundshau, à Berlin. Suite qui "analyse" le succès du roman, bien sûr, mais qui repositionne ce que j’appellerais "la part du Loup", un peu malmenée dans le récit de 1927. Ce texte "Vom Steppenwolf",  traduit en français sous le titre  "A propos du Loup des steppes"*.
 
%20Hesse%20nach%20einem%20Foto%20von%20Martin%20Hesse_c_%20Suhrkamp%20Verlag%201985_The%20Estate%20and%20Foundation%20Andy%20Warhol_VBK%20Wien%202007 hermann_hesse_02071_2889601,property=zoom 1loup
 
Hesse, dont l’humour ne fait plus aucun doute, place donc Harry Haller, ou plus exactement le Loup des steppes, dans une ménagerie, où il est exposé au public, qui, naturellement – succès du roman faisant loi, désire être confronté à, pour reprendre Hesse, ce "phénomène suspect" du loup des steppes. Finalement une forme très théâtrale, qui vient compléter et souligner le rapport à la narration, au récit, comme une forme de mise en abîme du propos. Inutile de dire – ou bien si! – que la bourgeoisie nationaliste (industriels, marchands…) , en prend pour son grade, mais pas seulement car nous aussi : qui dit représentation dit aussi voyeurisme, et il s’agit ici bien de cela. Je vous livre un court extrait :
 
"Certains considéraient qu’une bête comme le Loup des steppes était de toute manière un phénomène suspect, dangereux et malsain, car cet animal exerçait son ironie au dépens des bourgeois, il arrachait des murs du temple de la culture les images chevaleresques, il allait même jusqu’à se moquer de Johann Wolfgang von Goethe et, comme rien n’était sacré pour cette bête des steppes, et que son influence sur une partie de la jeunesse se répandait telle une maladie contagieuse et agissait ainsi qu’une provocation, le moment paraissait enfin venu d’unir ses forces et d’abattre la loup des steppes. Tant qu’il n’aurait pas reçu le coup de grâce et n’aurait pas été enfoui sous la terre, il ne nous laisserait aucun repos".
 
Autre extrait (oserais-je dire "ménager"?), l’exposition (l’artiste, une bête de foire, héhé?!?) ; notez aussi la place accordée au public, et la réflexion de l’auteur sur ce dernier!!!
 
"Le jour où la ménagerie inaugura son nouveau programme, beaucoup de curieux vinrent voir l’animal tant décrié dont la cage ne pouvait leur être montrée que moyennant une taxe supplémentaire. Le patron (Pablo? ndlr) avait, pour l’occasion, aménagé tant bien que mal une petite cage où avait logé autrefois une panthère. (…) Afin de tenir compte autant que possible de ces circonstances inhabituelles et de l’attente du public, le malin directeur de la ménagerie (qui savait depuis des années que même les bêtes les plus sauvages ne sont pas aussi capricieuses, aussi dangereuses et aussi imprévisibles que le public) avait équipé la cage d’une façon quelque peu étrange, en y plaçant certains emblèmes de l’homme-loup. C’était une cage comme les autres , avec une grille de fer et un peu de paille répandue sur le sol, mais, à l’un des côtés de la grille était accroché un élégant miroir Empire et, au milieu de la cage, on avait disposé un petit piano, un "pianino" dont le clavier était ouvert et sur ce meuble légèrement vacillant se trouvait un buste en plâtre de Goethe, prince des poètes".
 
Le spectacle peut commencer… représentation quand tu nous tiens. Comme toujours chez Hesse, cette qualité "d’haleine" dans laquelle il nous garde, et cette minutieuse et ironique construction du récit, non naturaliste.
 
Je ne terminerai pas sans souligner la lutte de l’intellectuel que mène Hermann Hesse, contre le nationalisme et le fascisme, plus que jamais témoin – ironique et quelque peu désabusé, aussi à travers cette oeuvre (et l’oeuvre en général, sur l’idée de la liberté de l’individu!) ; mais aussi, dans ce texte de 1928, et avec lequel j’ouvrais la représentation, avant même que le public ne soit introduit dans la salle (qui démarrait par une séance de dressage!) et son théâtre magique. : ce texte est : "Une soirée chez le Docteur Faust" (Ein Abend bei Doktor Faust (1928)", qui évoque, à travers une "radio à écouter les bruits du futur", par l’apparition de sonorités démoniaques, et ensuite un complet silence, la voix de Hitler, l’apparition du nazisme et la civilisation dans laquelle il a pris corps…
 
Voila, et comme les articles se suivent dans le mauvais sens (du plus récent au plus ancien, ce qui ne simplifie pas la continuité de la lecture), je vous mets, dans l’ordre, avec les "titres" de chapitre, les liens directs vers les 9 "compte-rendus". Plus quelques notes, conclusions autobiographiques intermédiaires et rigolotes (si!)
 
1 : Introduction au récit, "Loup des steppes, je rôde, je rôde…"
 
2 : "Traité du Loup des steppes"
 
3 : "Du bourgeois, du bourgeoisisme et de l’humour du Loup des steppes"
 
4, 5, 6, 7 : "Le Manuscrit de Harry Haller"
 Harry-Hermine / l’auberge de l’Aigle-Noir/ le dernier ordre : "Tu me tueras"
 
8 : Les Immortels, "Astral et glacé notre rire éternel" / "Maria"
 
9 (fin) : "Théâtre Magique – Seulement pour les fous"
Le Grand Bal Masqué / Le Théâtre Magique
 
Plus ce petit billet de conclusion! Ai bien bossé, je crois! J’espère que vous aurez autant de plaisir à lire cette Thema, elle en vaut la peine – ne fût-ce que pour le travail que cela a représenté – et, sans doute aussi un petit peu, pour sa dimension autobiographique tout en humour (finesse? pas sûr…). En tout les cas, j’ai bien réappris à rire de moi…
 
Dernière note avant les liens "Wikipedia" ; la prochaine mise en scène de "Der Steppenwolf", en Allemagne et, plus exactement au Theater Lübeck ; tiens tiens : Lübeck, ville natale de…. Thomas Mann** (Hesse, c’est Calw)… Ca sent le pèlerinage, tellement je les aime les Mann (je travaille toujours à "Condamné à vivre", d’après les oeuvres, écrits et journaux de Klaus Mann – pour mars, c’est bouclé? Fin mars, yes it will!. Mon futur projet de jeu/mise en scène, ndlr).
 
* Réf : Hermann Hesse, Souvenirs d’un européen – recueil de nouvelles, collection Le Livre de Poche – Biblio 3189 ; 8€ environ.
 
** Dont j’ai "raté" en septembre/octobre, au même théâtre : Les Buddenbrook (roman de Thomas Mann, splendide, qui relate l’ascension d’une famille, à l’image de la famille Mann, qui réussit dans le commerce jusqu’au jour où, dans cette famille bien bourgeoise, "naît" un artiste… et c’est la chute (bien fait, na!).
 
DER STEPPENWOLF (Théâtre)
Theater Lübeck gGmbH • Beckergrube 16 • 23552 Lübeck • Theaterkasse 0451 – 399 600
 
 
 
 Fondation et Museo Hermann Hesse (Montagnola, Suisse) : http://www.hessemontagnola.ch/
 
Euh!? je vous ai dit mon amour pour Hesse, Hermann bien sûr! Prochaine Thema? Pas tout tout de suite, mais peut-être bien Thomas Mann, et le "Docteur Faustus"… faudra bien 25 épisodes, aïe… ou "Professeur Unrat" (L’Ange Bleu) – considéré comme premier roman expressionniste, et les aventures de Lola Frölich, de Heinrich Mann ; tellement plus intéressant et fort que le film du même nom – l’ange bleu, qui, s’il est de facture correcte, ne respecte pas le récit de Heinrich Mann, cynique, et donc drôle, à pisser ses larmes… raté dans le film, dommage!!!
Publicités

2 réflexions sur “Thema « Loup des steppes » – Bilan (bonus?)

  1. Beaucoup de visites de cette page "thema loup des steppes", n’héitez pas à laisser un commentaire, une critique, des remarques. Ils seront appréciés! Merci.

  2. C’est toujours valable, le commentaire précédent!Merci aux visiteurs occasionnels de laisser un avis, ça m’intéresse tjs! merci – bonne lecture.

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s