Fiorenza, Thomas Mann – dédié aux « courbe échine »

Dialogue Laurent de Médicis – Jérôme Savonarole, Prieur de St-Jacques ; tiré de « Fiorenza » (1904), pièce de Thomas Mann. JOU-I-SSIF. Thomas Mann, en quelque sorte, se dépeint sous le masque de ses 2 personnages (à ma taille, j’insiste, suis prêt à jouer les deux!!!). Ca me ressemblerait assez… même si je serais plutôt dans le rôle d’une « plèbe éclairée ». Très adapté à ma situation avec l’Onem (Onem je t’em…).
Pièce bavarde, mais quelques grands moments de langage, l’intelligence du jeune Mann, et une dimension épique que l’on peut retrouver chez un Claudel par exemple – il n’y a que les idiots pour ne pas aimer le génie théâtral et la qualité, le souffle de l’écriture de Claudel.

Allez, l’extrait, le final haletant entre un Laurent de Médicis mourant, et un Savonarole plein de fièvre, halluciné, au sens propre – « l’affrontement entre l’ascète défenseur de la vertu et le festoyeur ami des arts » (Moi vs Boursouplouf*?).

Thomas Mann

Thomas Mann

Dédié à tous les « courbe échine »… l’école du mépris c’est la gloire…

(…) Le prieur (SAV) , désignant le buste de César
– Celui-là aussi, s’est-il demandé à quoi il devait son élévation?
Medicis (MED)
– César,vous êtes moine! Et vous avez de l’ambition?
SAV : – Comment n’en aurais-je pas quand j’ai tant souffert? L’ambition dit que la souffrance ne doit pas être vaine! Il faut qu’elle m’apporte la gloire!
MED : – Ne le savais-je pas? Moine, tu as merveilleusement pesé tout cela! Nous tous, les maïtres, nous sommes égoïstes et ils nous jettent la pierre, parce qu’ils ne savent pas que nous le sommes devenus à force de souffrir. Ils nous traitent de durs, et ne comprennent pas que c’est la douleur qui nous a rendus tels. Nous sommes en droit de leur dire : voyez vous-mêmes, vous qui, sur cette terre, avez la vie tellement plus facile! Je me suis à moi-même un assez grand sujet de bonheur et de tourment!
SAV : – Mais ils ne nous jettent pas la pierre. Ils s’étonnent, ils révèrent. Voyez-les venir vers le Moi puissant, eux, les nombreux qui ne sont qu’un nous, et le servir, venir à lui sans jamais se lasser de le servir…
MED : – … Bien que son égoïsme se manifeste ouvertement…
SAV – Bien qu’il accepte les services sans les rendre, comme chose due…
MED : – Cosme, mon aïeul… je l’ai encore connu, ce fut un tyran froid et avisé… On lui a décerné le titre de père de la patrie. Il a accepté, a souri et n’a même pas remercié. Jamais je n’oublierai cela! Comme il doit les mépriser, pensai-je! Et depuis j’ai méprisé la plèbe.
SAV : – L’école du mépris, c’est la gloire.
MED : – C’est l’indignité de la foule! Ils sont si pauvres, si vides, si privés de personnalité, si oublieux d’eux-mêmes…
SAV : – Si simples, si facile à dominer…
MED : Ils ne savent rien de mieux que d’être dominés…
SAV : – Ils m’écrivent de tous les coins du monde, ils viennent de loin pour baiser l’ourlet de mon froc, ils proclament ma grandeur à tous les échos… Les en ai-je jamais priés, jamais remerciés?
MED – C’est surprenant…
SAV : – Très surprenant! Êtes-vous donc si nuls, se dit-on, si futiles, que vous mettez votre fierté à servir un autre?
MED : C’est cela! C’est bien cela! On n’en croit pas ses yeux, à les voir se courber si volontiers – et l’on est content.
SAV : – On voudrait rire devant la docilité du monde!
MED : – Et en riant, en riant, on s’empare du monde, comme d’un instrument docile, pour jouer dessu…
Sav : – Pour jouer dessus son propre air!.

Thomas Mann, Fiorenza – théâtre, 1904 in « Déception et autres nouvelles » Livre de Poche 3251 ; collection Biblio.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Mann

Voila, ah que c’est … jouissif, et tellement, tellement à l’image de certain(e)s. Cynique aujourd’hui?

* Boursouplouf est mon double moqueur, mon enfant intérieur, emprunté à Yann Queffelec dans son premier roman « Le charme noir », le meilleur à mon sens (1983 par là).
Publicités

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s