« Bowie la Nuit » – Yves Simon

8

27 janvier 2009 par L'Ornitho

Yves Simon, Jacques Higelin et David Bowie, au chateau d’Hérouville, où il y a des studios d’enregistrements pointus (dans les 70’s) et le côté convivial de « la vie de chateau ».
Petit chapitre de « La manufacture des rêves », de Yves Simon en 2003, plus une célébration artistique (gens, lieux, artistes,…) que biographie au sens strict..
Bowie, la nuit :
Mâle au féminin : Un peu d’Oscar Wilde / Un peu Dorian Gray / Quelques lueurs froides/ Et un air glacé… (Serge Gainsbourg)
Silhouette noire, manteau sombre, David Bowie errait dans les allées du château d’Hérouville (lieu d’un célébre studio d’enregistrement non loin de Compiègne). Il nous croisa, sourit, puis s’éloigna. Jacques Higelin avait pris mon bras. Nous étions tristes ce soir-là. Allez savoir pourquoi? Nous avons ainsi marché des heures sur les graviers et pelouses du parc, au bord de la piscine, effrayante, le long des courts de tennis… Avec sa lune pleine, cette nuit semblait si tendre que nous ne pouvions nous extraire d’elle pour aller dormir. Alors, nous sommes retournés vers ce studio d’enregistrement que je quittais, puisque mon disque venait de se terminer, et que Bowie dès le lendemain allait investir. C’est là qu’il nous aperçut à nouveau, silhouettes découpées, fatiguées, presque enlacées. Il s’est alors approché et a allumé nos cigarettes. Comme s’il fallait nous aider, à l’instant même, à ne pas mourir, il nous a regardés en silence et, devinant qu’un seul geste pouvait nous sauver, il nous a embrassés.
Le jour se levait. Jacques, penché sur mon épaule, se mit à pleurer en regardant les dernières étoiles du ciel, puis il murmura : « Quel monde… Quel monde… ».
Louis-Vuitton-Bowie
Voila, c’est-y pas beau ça! Quels rimbaldiens ces deux, ces trois là!… et la totale pour Bridge : Bowie, des courts de tennis et des cigarettes… grand chelem!
yves-simon-187897jacques-higelin_pics_3901
Par quel roman de Yves Simon commencer si l’on en a pas encore lu? : « La voix perdue des hommes », à la « scénographie récit » si singulière, humaine. ; « La manufacture des rêves » étant plus un complément à son écriture et à sa musique, le tout intimement lié.
Lien interview sur « La manufacture des rêves » – pas les champions de l’ortografe (sic) :
Advertisements

8 réflexions sur “« Bowie la Nuit » – Yves Simon

  1. Patrick dit :

    – La manufacture des rêves – Yves Simon, Grasset Editions – Le livre de poche N° 30284- La voix perdue des hommes – Yves Simon, Grasset Editions – Le livre de poche 15460.

  2. Patrick dit :

    C’est comique (ou idiot!), en regardant les 3 photos l’une à côté de l’autre, ai comme l’impression qu’en faisant Yves Simon + David Bowie ça donne Jacques Higelin…Pas si con en fait…

  3. Brige dit :

    Il faudrait les voir tous les 3 au même âge pour les additionner avec plus de justesse, Et oui, c’est m^me plus qu’un grand chelem ! ,Le texte tout simple est magique, boulversant.Le héros qui embrasse et donne du feu c’ est David Bowie , mon émotion augmente encore !quelle découverte gr^ce à toi, grand ornitho ! Je ne lis plus (après avoir lu des bibliothèques presque entières) , mais j’ai envie de plonger dans les livres d’Yves Simon. (qui, je crois, écrivait dans "Actuel" (première mouture) dans les 70ties….Hasta la vista, hombre !

  4. Patrick dit :

    C’est vrai que c’est un beau texte, très simple et sans longueurs inutiles!J’ai cherché trois photos "période hérouville", mais difficile d’autant que je ne voulais que des visages.Sincèrement, la voix perdue des hommes (au sens humanité!) est très beau, simple, fulgurant. Le "dernier" "Je voudrais tant revenir" est plus spécifique à l’écriture. Sinon "Océans" est splendide, même s’il a des faiblesses. Mais ce n’est que mon avis!.

  5. ẄWẄ dit :

    Ah, les faiblesses…

  6. Patrick dit :

    Peut-être que ce sont ses faiblesses qui rendent "Océans" (bientôt un court extrait!) si attachant, un peu comme nos trois bonzommes d’Hérouville (où ne naissent pas tous les roux, non!) en somme!

  7. Patrick dit :

    Bon, "faiblesses", juste dit comme ça, ça veut pas trop dire grand chose. "Faiblesses" inhérentes à la structure du récit, de la narration où il se raconte lui, ifférent du "regard sur le monde" à travers les gens d’autres romans ; bien entendu "Océans" c’est aussi les autres, mais il est en qque sorte le narrateur des histoires qui l’entoure… Mélange de fiction et de réalité, avec "lui", et le monde, et quand on parle par l’a travers soi, il y a des moments magiques mais aussi des moments où la fiction ne colle pas avec le réel d’une manière intéressante, suffisament singulière… mais tout est affaire de feeling. Yves Simon, une écriture très masculine mais qui assume la féminité (il parle très bien des femmes cfr "Les éternelles"!) ; par ailleursil reste tjs une dimension très adolescente dans l’oeuvre d’Yves Simon, "née" des débuts, et aussi un grand voyageur, un "amant des villes" (Kyoto, Tokyo, New York, Paris…) – un Rimbaud, avec forces… et faiblesses.. C’est bien sur plus ou moins … subjectif, selon ma propre lecture du moi et du monde. Dans "Les novices", il se situe sur les deux tableaux… et ça ne marche pas.

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :