« Happy Ears », la promenade musicale : « Les mecs ont des sentiments »

Bon… après les nanas, les mecs… pour ne pas dire (non! on ne peut pas le dire!) « Patichou à des sentiments »… Après tout suis aussi un mec comme les autres (enfin… les autres… grrh…)
La sélection est un peu plus large cette fois, 15 morceaux, et ici aussi la sélection fût rude… 15, ni plus ni moins, et il n’y aura pas de « deuxième salve », comme ce sera le cas pour la sélection « les filles ont des sentiments », la semaine prochaine – la veine est quasi inépuisable.
Ce sera donc assez patichouesque… tant pire ou tant bien… et il n’y a pas de voix féminine ici, pour leur rendre l’hommage maximal allez…
Tout ça pour dire qu’un homme ça souffre aussi, parfois, profond et sourd dans sa carcasse lézardée…
J’ouvrirai et fermerai la sélection avec le même artiste : Serge Reggiani, que j’écoute depuis mes 10 ans par là, dont j’adore le timbre de voix, et s’il n’est pas compositeur, est un merveilleux interprète de chansons sur les femmes et les sentiments qu’on leur porte… C’est parti. Sélection rythmée articulée de « patichouesques » sorte …hmmm comment dire… de danses tellement peu folkloriques pour pieds qui ne savent comment se poser – c’est ça! la danse du sur place, c’est le terme qui convient ouais!!! A prendre avec le second premier degré of course… tu t’enfonces l’ornitho… hop, on y va assez colatéralisé et puis causé aussi. Non? …Ouais, pfff!
  • Prélude : « Prélude Sarah / Sarah » (03’12 – 1967), prélude de Baudelaire et chanson suivante de Moustaki. Ca commence fort ; splendides textes.
  • Friandise : « Lay Lady Lay » (03’18 » – 1968), de et par Bob Dylan. Tellement belle et simple cette chanson. Le genre qu’on fredonne sans peine, avec bonheur.
  • Ritournelle : « Comment qu’à moi » (03’26 » – 1997), chanson du moyen-âge, chantée ici par Angelo Branduardi, en vieux françois (sic), sur l’album « Futuro Antico », qui ne comprend que de vieilles balades du moyen-âge, ou autres traditionnels, dans leur langue d’origine (anglais, françaos, italien, allemand et latin). Un album à découvrir, tendre et surprenant ; les opus 2, 3 et 4 sont moins convaincants, trop « médiévaux » au sens commercial du terme.
  • Patichouesque number one : « Spicks & Specks » (02’51 » – 1966), véritable spleen song pour moi (aaah les amours adolescentes de colonies de vacances – rappelez vous le billet y consacré)*. Les Bee Gees of course, en 1966, premier single du groupe.
  • Première hypnose : « L… comme beauté » (05’01 » – 1977), par Jacques Higelin… dont l’intro me fera toujours penser à « l’ours musicien » de Vangelis (plagiat?). Etrange et hypnotique.
  • Premier aveu : « Caroline » (04’43 » – 1991), par MC Solaar… Une pure merveille, simplement…sur l’album « Qui sème le vent récolte le tempo »
  • Patichouesque number two : « Now You’re Gone » (03’58 » – 1990), par Jeff Lynne, chanteur de Electric Light Orchestra… Patichouesque? Why? Ah… Ha… la musique en boucle à vous foutre le blues… Album « Armchair Theatre », excellent, avec la fameuse production « Wall of Sound » de Phil Spector, exemple parfait de ce type de prod’.
  • La déclaration idéale (sic) : « Je t’aime » (04’34 » – 1981), par Michel Polnareff… sur l’album « Bulles ». Quel texte et quelle interprétation… le genre de chanson dont on est jaloux de pas l’avoir écrit soi… c’en est presque intolérable tiens! Ici, en live en 2006 précison (Live at the Roxy)… euh… Live car c’est plus vivant lol! Une femme peut-elle résister à une déclaration aussi forte, aussi aérienne, aussi belle..?
  • Seconde hypnose : « Magic » (04’04 » – 1999), par l’américain Ben Folds, dédiée à une de ses compagnes morte. Que dire de plus, si ce n’est qu’il ne tombe pas dans le piège « misérabiliste »… Un chanteur aux relations complexes, puisqu’il a aussi fait une chanson sur l’avortement d’une autre de ses compagnes… Le texte et l’interprétation de « Magic » sont hypnotiques aussi… splendide!
  • Patichouesque number three : « Mal comme » (04’33 » – 2008), par Christophe… morceau qui accompagnait mes dernières roses offertes, sur une clé USB, pour déclarer ma flamme à une damoiselle… Un coup dans l’eau. Ou mettre les formes pour pas toucher le fond… Patichouesque j’vous dis.
  • Second aveu : « J’aimerais mieux qu’on s’aime » (03’24 » – 2009), par Nicolas Peyrac, sur son tout tout nouvel album « Case départ », très acoustique et très réussi (çàd même qualités… et mêmes défauts) ; les sentiments c’est pas que le coeur ou le cul, c’est les amies aussi…
  • Patichouesque number four et dernière : « Sail away Sweet Sister » (03’33 » – 1980), par Queen sur l’album « Save Me »… ma plus grande « névrose », mon plus grand regret dans la vie : n’avoir pas eu une soeur… inconsolable, sincèrement inconsolable. Un trop grand vide dans l’espace de ma vie!.
  • Déclaration obligatoire (sic) : « La non demande en mariage » (04’17 » – 1966), par Georges Brassens, ce mysogine si tendre et à l’écorce rugueuse mais si amicale… Comment y échapper à cet artiste? C’est important aussi une non demande… mélangeons pas tout…
  • Dernière hypnose : « Quartz » (09’06 » – 2001), par Marillion sur l’album « Anoraknophobia »… « It’s so easy to persuade myself i’m a clockwork against your quartz… it’s so hard… you’re aso reliable and it’s so easy for me to breakdown… it’s so hard… You’re only happy when you’re oiled and jewelled… you’ll never happy… I need patience, i need maintenance..and although I told myself we we’re basicly the same in all one…I’m clock again your quartz » Nous sommes des petites choses fagiles les hommes, si fragiles… texte splendide (ai failli dire essentiel), moi il me touche fort. Parfois marre d’être en dur…
  • Final tendre (oui oui!) : « Il suffirait de presque rien » (02’27 » – 1968). Serge Reggiani, of course. Etrange d’avoir écouté cette chanson et à 10 et à 43 ans… drôle de rapport entretenu avec cette chanson… Et avec la vie aussi… Les sentiments ou amours ça se joue parfois à pas grand chose en somme. Dédicace pour Sophie.

Voila, bonne promenade et comme d’hab’, c’est disponible en écoute dans le dossier skydrive (dossier « les mecs ont des sentiments ») en bas de blog, hop allez-y osez la rencontre avec ses mecs qui ont des sentiments . La sélection « les filles etc… » reste disponible dans le même dossier ndlr.

lets-talk-about-our-feelings-you-mean-our-weaknesses-580x580

* : http://ornythorinque.spaces.live.com/blog/cns!BA16D03B4346BC45!7361.entry (mercredi du spleen…)

Publicités

2 réflexions sur “« Happy Ears », la promenade musicale : « Les mecs ont des sentiments »

  1. Alors j’en connais pas mal déjà, mais vais en découvrir d’autres. C’est vrai que Polnareff a fait très fort!Bonne journée à toi petit Patichou tout fragile… ;o))

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s