Il était une fois les 24 heures du Mans 2011, épopée.

Il était une fois, oui… bonne manière de démarrer. Bon, parti en gentleman driver, je démarre avec un lancement en épi – 15 minutes de retard… mieux vaut être chasseur que chassé, en endurance, non?

Victoire pour l’Audi N°2 – Fässler, Lotterer, Tréluyer. Supebe travail!
 

Un quart d’heure de course donc. Déja. Ca va nous mener où? Comme pour les concurents, l’avanture est en route, et nul ne peut prédire quel sera le déroulement de l’événement.

Il a démarré à 15h00 ce samedi 11 juin 2011, et il se terminera demain 12 juin 2011 à 15 heures. Entre les deux, 24 heures de suspense… du moins je l’espère.

Essaierai, comme pour 2009 de suivre la course, de donner des analyses perso et si possible avec humour. De temps en temps, je ferai aussi le point sur la situation dans les diverses catégories, tenterai succintement de présenter les teams, machines et pilotes.

Les équipages 2011.

Retour sur les chronos de la qualif :

http://www.lemans.org/wpphpFichiers/1/1/ressources/Pdf/2011/24heures_du_mans/results/2011_24_heures_du_mans_start_grid.pdf

Epopée. Oui, c’est le mot juste. Et j’espère vous emmener à ma suite, guide gentil de ces 24 heures 2011.

15h15 : Ca démarre plutôt mal pour les deux AMR One, en délicatesse au même moment , catégorie LMP1. Elles sont toutes les deux bloquées au stand ; les pilotes en sont Darren Turner (la 007) et Adrian Fernandez (la 009). Au général, les 3 Audi sont en tête, avec Treluyer en première position. Suivent les 3 Peugeot officielles et la Peugeot Oreca.

Ensuite une Pescarolo Judd (Tinseau), leader en « essences » et une Lola Toyota Rébellion Team (Belicchi). 10 LMP1 donc.

Début de course : http://www.lemans.org/fr/courses/24h/actualites/Video-des-premiers-moments-de-course_4160.html

15h30 : début des arrêts et changements de pilotes… Audi n°1 et Peugeot n° 3. Pendant ce temps, en LMP2, gros souci pour l’Oreca Nissan Signatec n°26 pilotée par franck Mailleux, une des favorites de la catégorie LMP2, alors en tête. Crevaison.

15h36 : premier abandon, sur casse moteur de l’Aston Martin AMR One LMP1 n° 009. L’Aston Lola Kronos pilotée par Vanina Ickx (comme en 2010) au ralenti…  Durant ce temps, l’autre AMR One – la 007 – est tjs aux standsCa rigole pas pour les Aston en ce début d’épreuve.

15h45 : suite aux premiers pits, les 3 Audi, devant les 3 Peugeot. Suit La Peugeot de chez Oreca, sur un rythme plus lent, environ 3 secondes par tour. Peugeot Oreca, qui avait profité des soucis de l’équipe officielle pour remporter les 12 heures de Sebring cette année.

15h50 : première sortie de la Safety Car : gros accrochage pour l’Audi N°3 pilotée par McNish, avec la Ferrari 58 pilotée par Anthony Beltoise, et inscrite en GTE-Pro. McNish est hors de la voiture… abandon? Yes, indeed. Accrochage à la courbe Dunlop – « S » de la forêt. McNish était en lutte avec une autre Audi, la « 1 » de Timo Bernhardt, qu’il venait de passer… Mon équipage favori est « out » (Allan McNish , Dindo Capello et Tom Kristensen – Monsieur le Mans). L’abandon est confirmé par le team Audi ; pendant ce temps Beltoise a ramener sa Ferrari aux Stands.

Une heure de course, le peloton sous régime de Safety Car. La situation après 1 heure : P1 : Bernhard – Treluyer – Montagny – Wurz – Bourdais. P1 Essence : Bleekemolen – Pla – Belicchi – Yvon P2 : Prémat – Charouz – Kane – Kimber Smith GTE -Pro : Gavin – Beretta – Tandy – Goossens – Hancock GTE-Am : Cioci – Law – Gardel – Felbermayr Jr – Giroix.

Pendant ce temps, à Montréal, démarre la 3è séance d’essais libres du GP F1 du Canada. Mouais.

16h10. Heure de la pause café… On annonce encore une demi-heure de neutralisation.

Petite note rigolote ; un tour sous Safty Car se fait environ en 6’50/6’52″… en gros le double de ce que les chronos des leaders en LMP1 rendent (3’28″/3’30 »).

16h15 : la première « essence », la Lola Toyota Rebellion est à 1 tour, et 7ème au général. En fin de peloton, il semble que la Aston Martin 007 est toujours dans son box…

Puisque c’est plus calme, petit retour sur les forces en présence en LMP1 :

http://www.endurance-info.com/version2/actualite-endurance-7352.html

16h30 : Rien de neuf sous le soleil ; quelques relais et changements de pilotes. Le malheureux Beltoise (Ferrari GTE-Pro n°58), impliqué dans l’accrochage dit n’avoir rien vu, rien compris à ce qui s’était passé. Fin de la neutralisation (on replace les murs de pneux) d’ici 5 à 8 minutes. McNish reste à l’hopital, en observation. Gros choc.

16h45 :Tête à queue de Johnny Kane, sous Safety-Car – au virage Ford, … ca arrive! déconcentration certainement. Il pilote la LMP2 de tête – la Strakka Racing Honda Performance, autre gros client pour la victoire de catégorie. Sinon, arrêt de la Peugeot n°8, qui semble avoir des problèmes de freins.

16h55 : rien à voir, mais je teste et inaugure mon nouveau mug en verre – sera-t-il performant?. Moment café quoi! Sinon, c’est le répartiteur de freinage qui était bloqué – génant! ( élément qui assure la balance, réglable par le pilote, des freins entre l’avant et l’arrière) ; voila pour l’arrêt de la « 8 ».

17h00 : deux heures de course, dont une sous safety-car… bon, là ca repart. 71 minutes de neutralisation. Arrêt pour la Peugeot Oreca.

Retour sur les forces en présence en LMP2 :

http://www.endurance-info.com/version2/actualite-endurance-7336.html

LMP2 2011 – (c) Endurance info – 2011.

17h05 : en GTE-Pro, la Ferrari 58 de Beltoise est repartie, après réparations. A noter que l’accrochage est « sous investigations », par la direction de course. La 58 revient au box, sans doute un tour de vérification pour l’équipe, après l’accrochage… rappellons qu’il y a encore 22 heures de course.

17h15 : Temps ensoleillé, toijours 17° sur la piste. Un peu plus dans les habitacles – donnée qui est réglementée : la t° à bord ne peut excéder 32° ; il y a en plus la combinaison du pilote… parfois les températures, par le passé, dépassaient les 60° das l’habitacle. Quand on parle d’endurance, ce n’est pas pour rigoler. Et certains relais pilotes dépassent 2 heures, parfois jusqu’à 3 heures! Après les divers arrêts techniques, les Audi de nouveau aux 2 premières places, les Peugeot ensuite, la 8 à reculer suite à son arrêt « freins », et se trouve derrière la Peugeot Oreca privée.

17h25 : On inverse les positions en tête, Treluyer passe devant Bernhardt. Ca se resserre en tête, Wurz c

olle à Bernhardt.

17h30 : soucis pour la Oreca LMP1 Hybride du Hope Racing, avec Jan Lammers au volant. Elle repart. Wurz passe Bernhardt. Bernhardt rentre, changement de pneux et Romain Dumas le relaie au volant. On notera aussi un changement de capot sur l’Audi 1. Ce n’est pas anodin, il y a 2 ans, Audi était tombé à court de capots, ce qui avait eu un impact sur la performance, en termes d’appuis etc… ces voitures souffrent! Revient en piste en 6è position.

17h40 : La Oreca LMP1 hybride n°5, de nouveau au ralenti. Pas mal de relais avec changements de pilotes, toutes catégories confondues. La Oreca 5 à l’arrêt sur la piste, dans les Hunaudières.

17h45 : la 007 – vous savez, l’Aston Martin, toujours dans son box… en tout cas, pas de confirmation d’abandon. La Hope Racing Hybride en difficulté dans l’allée d’entrée des stands. La Ferrari 458 n°58 de Beltoise, au ralenti, elle a crevé et n’est pas loin de déchapper… elle a du mal depuis son accrochage avec l’Audi de McNish. La Audi leader aux stands, pour son 3è pit – Treluyer reste au volant. Les Peugeot 7 et 9 aux deux premières places, mais elles doivent s’arrêter pour leur 3è arrêt – sont-elles sur une stratégie d’un tour de plus par relais, comparativement aux Peugeot? La Ferrari 58 finalement aux stands. Creavaison pour la Pescarolo LMP2 n°49 , pilotée par Shinji Nakano.

18h00 : 3 heures de course, et, évidemment, rien n’est joué, dans aucune catégorie.

Ce qu’on peut déduire de ces 3 premières heures de course :

En LMP1 : Ca se jouera, comme prévu entre les Audi et Peugeot ; néanmoins  Audi à perdu son équipage phare (McNish, Capello, Kristensen) après un accrochage à la fin de la première heure. C’est donc serré pour Audi, qui, même s’ils mènent ne peuvent pas relâcher le rythme, et les Peugeot font pression, avec des équipages de Sprinters (Wurz, Davidson, Pagenaud). Sans oublier la Peigeot Oreca Matmut privée, qui elle roule à un rythme moins soutenu mais régulier – on sait que Peugeot à perdu l’an dernier sur sa tactique d’attaque qui a entraîné des casses mécaniques et permis un triplé Audi. L’abandon d’une Audi est donc un événement non négligeable et aura des répercussions sur la tactique de course. Ensuite, on savait que les « essences » allaient jouer les utilités dans la classe LMP1… et ca se vérifie. Les plus performantes, à ce stade encore peu avancé sont les 2 Lola Toyota du team Rebellion, ainsi que la Pescarolo Judd du Pescarolo Team. Le top 10 LMP1 est complété par la Zytek du Team Quifel ASM, très pro comme à l’accoutumée. Signalons le nauffrage, très tôt dansd la course un quart d’heure!) des deux Aston LMP1 du AMR One Racing, avec une casse moteur pour la 009, et des soucis – indéterminés à ce moment – de la 007, qui a si elle n’a pas encore abandonné (?) 42 tours de retard. Quand à la Oreca Hope Racing, seule voiture Hybride du plateau, elle connait beaucoup de soucis à ce stade de la course ; elle ferme la marche en LMP1 si l’on ne tient pas compte de l’Aston 007.

En LMP2 : La Nissan Signatech favorite à connu des soucis durant la première heure, mais a bien su profiter de la neutralisation qui a suivi l’accident de McNish (1h11minutes), elle navigue maintenant à la septième place de la catégorie, et tourne dans des chronos performants (3’43/3’45 » par là), elle accuse un retard de 2 tours sur la leader de catégorie. Celle-çi est la 48 du Oreca Matmut, aussi motorisée par Nissan, l’épouvantail dans la catégorie LMP2 ; en second l’attendue HPD Honda Performance du Strakka Racing, très attendue pour le général aussi ; le podium est complété par la Zytek Nissan (encore Nissan) du Greaves Motorsport.

En GTE-Pro : Ici aussi, la lutte fait rage – sans aucun doute la classe où la compétition est la plus dure, comme à l’habitude. Ferrari, Porsche, Corvette, Lotus, Aston Martin… du beau linge. Actuellement, c’est la Corvette de Magnussen qui mène, mais n’a pas encore effectué son 3è pit stop. Suivent Les 2 BMW M3, la Ferrari de AF Corse actuellement pilotée par Fisichella, et la seconde Corvette. Toutes dans le même tour cela va sans dire. La classe est fermée par la Ferrari 458 du Luxury racing (n°48), impliquée dans l’accrochage avec l’Audi de McNish, et qui accumule les soucis depuis (crevaison, …) et est pilotée par Anthony Beltoise. Quand aux Lotus Jetalliance, elle se traînent – on peut dire ca, déja les essais n’avaient pas été du tonnerre de feu…

Je reviendrai sur les GTE-Am à la 4è heure de course ; là aussi, beaucoup de choses à dire. Néanmoins, Giroix mène sur Aston Martin – mais c’est yn pilote très rapide.

Les forces en présence en GTE-Pro :

http://www.endurance-info.com/version2/actualite-endurance-7322.html

GTE-Pro (c) Endurance info

18h30 : en LMP2, nouveaux soucis pour la Signatech Nissan, dans son box, pour soucis de boîte de vitesses – problème avec les shifts de commande, semble-t-il. Elle repart, après 5 minutes d’arrêt. Changement de leader, aussi : les Peugeot 7 et 9 en tête, mais comme tout à l’heure, avec une stratégie d’arrêt décalée, comparé aux 2 autres Peugeot et les 2 Audi. Le record du tour apparteint pour le moment à Treluyer, sur Audi (3’28″263). Ca reste très serré entre les deux équipes usines.

18h45 : Des soucis pour la Zytek n°20, qui occup(ait)e la 4è place du LMP1, en essence (et 10 au général) ; elle fumait avant d’entrer aux stands, et est en difficulté dès son retour en piste. 10è changement de leader « overall » – Audi mène. Les meilleurs chronos, pour chaque catégorie : LMP1 : 3’28″263 (Audi n°2, Treluyer) ; LMP2 : 3’43″304 (Oreca Nissan Matmut, n°48) ; GTE-Pro : 3’59″988 – terrible, sous les 4 minutes (Corvette 74 conduite par Magnussen) ; en GTE-Am : 4’04″446 (Porsche 997 RSR n° 70du Larbre Compétition) – NB : le différentiel chronos entre les pilotes peut être important entre les « gentleman drivers et le(s) pro(s) autorisés à piloter en « Am ».

18h50 : La Zytek n°20 : casse moteur, à l’arrêt au Tertre Rouge. Crevaison pour la BMW n°55 dans les Hunaudières. Tout droit de la Peugeot n°9, sans casse à Arnage. Sortie de la Ferrari 83 (Rodrigues).

19h00 : La BMW 55 aux stands, après sa crevaison. Beaucoup de déchets en piste – principalement des morceaux de carbone, suite aux casses ou accrochages.

La situation en GTE-Am : Toujours l’Aston-Martin 60 du Gulf Team, maintenant drivée par Wrainwright. Ensuite la Porsche 997 du Proton Racing, avec l’excellent Ried aux commandes. En trois la Corvette du Larbre Compétition, conduite par Bornhauser à ce moment. Ca rete très serré aussi, les 4 et 5 sont la Ferrari 430 du Krohn Racing – une des favorites annoncées), et l’autre Larbre Compétition, mais la Porsche. Tous dans le même tour. A noter que toutes GTE confondues, la première « Am » est 12è et 33è au général (18 pour la 1ere GTE-Pro).

Les forces en présence en GTE-Am :

http://www.endurance-info.com/version2/actualite-endurance-7310.html

GTE-Am (c) Endurance Info

A noter : début des qualifs à Montréal (GP F1 du Canada)

19h10 : La Oreca Hope Racing Hybride de retour aux stands! Bien!

19h15 : Abandon officiel de l’Aston Martin 007. Les 2 voitures auront tenus concrètement un quart d’heure! Un record d’équipe?

19h30 : changement de leader en GTE-Am, Wrainwright en tête-à-queue sur l’Aston n°60 ; Ried, sur Porsche prend la tête. L’Aston conserve la seconde place. Abandon officiel de la Zytek 09C LMP1 n°20 du Quifel ASM Team. Audi 1 et 3 au classement, au lieu de 1 et 4. Attention qu’il semblerait, d’une part, que Peugeot ravitaillerait en carburant tous les 12 tours, pour 11 pour Audi. Performance contrebalancée d’autre part par le fait que les Audi sont moins dures pour leurs pneux. Les stratégies vnt à coup sûr faire la différence si les choses ne se décantent pas sur piste…

19h45 : C’est la guerre en catégorie LMP1 « essences » : grosse bagarre entre la Lola Toyota n°12 de Neel Jani et la Pescarolo Judd n°7 de Jousse. La Pescarolo est passée! 7è au général, à 3 tours des leader. Chez Peugeot, la 8 (Sarrazin) passe la 9 (Pagenaud). La lutte continue, Jani cole la Pescarolo de Jousse… attitude GP! Tête à queue de l’Audi n°1 (Dumas), repart sans dégats, mais se retrouve 5 ème – perte de 2 places. La Signatec Nissan LMP 2 tombe des chronos de grande classe – meilleur tour LMP2 en 3’42″708 – néanmoins, à ce stade le meilleur chrono LMP2 est l’apanage de la Oreca Team Matmut, leader de catégorie en 3’42″278!

20h00 : La Peugeot n°7 de Davidson en tête, tjs sur une stratégie décalée, comme la 9 toujours troisième.. La météo, quand à elle, est toujours au ciel bleu – de la pluie devrait être attendue durant la fin de soirée ou la nuit. En « essences » Jousse, sur Pescarolo Judd, à désormais 4 secondes (une paille à ce stade!) sur la Lola Toyota de Jani. La T° est retombée à 6° annonce-t-on!.

A Montréal, fin de la qualif : Vettel again pour la pôle, devant les deux ferrari et la seconde Red Bull. D’Ambrosio, hors des 107%… je doute qu’il soit repêché… Sinon, ici, c’est la pizza épinards au four!!!

20h15 : en GTE-Am, la Ferrari du Krohn Racing est passée en tête, l’ASton est désormais troisième. Wainwright à du mal – toute la différence avec un pilote comme Fabien Giroix… Bac à gravier pour la Ferrari 458 n°51 (Vilander) – 6è désormais en GTE-Pro. Soucis de direction assistée pour la Pescarolo Judd n°15 du OAK Racing, qui a 36 tours de retard… Changement de pilote sur la 51 après sa sortie, Bruni relaie Vilander.

20h30 : En GTE-Am, retour de l’Aston en tête, toujours aux mains de Wainwright. Pumpelly, second sur Porsche. La ferrari du Krohn Racing en trois, avec un pit de plus. Jani à repris la tête de la course en LMP2, à la faveur des ravitaillements, il aligne de touts bons tours, histoire de rester devant après son pit, proche. 3’36′ »659 pour lui.

20h45 : les GTE-Am en peloton – dans le même tour, et de la 35è à la 41è place au général – Corvette Larbre n°50, Ferrari Krohn 57 et Porsche Larbre 70 pour les 3 premiers ; un pit stop de moins pour cette dernière. En 4, la Porsche 81 du Flying Lizard… serré! En GTE-Pro : une Corvette, une BMW M3, une Ferrari 458, en 4 une Porsche. La guerre je vous dis! La LMP2 leader (Oreca Matmut Nissan), dans le top 10! Appréciable! Avec 1 tour d’avance sur la Zytek Nissan, rapide et régulière, malgré le petit problème de début de course. En LMP1 essence, la Judd en tête devant les deux Lola Toyota, malgré un pit de plus. Plus loin, en 12è position, l’Aston Martin du VDS Kronos (team belge), avec à nouveau Vanina Ickx au volant. Une course sage, malgré aussi ses petits soucis de début de course. Ickx associée à Leinders et Martin.

21h00 : 6 heures de course, 25% de la distance ; retour de l’Audi n°2 de Fassler en tête de la course (ravitaillement Peugeot). Peu de surprises depuis la 3è heure (18H). Pas de gros soucis pour la majorité des pilotes, surrtout à l’avant. A l’arrière, très loin, à 47 tours des leaders, la Pescarolo AOK Racing n°15 continue à connaître des problèmes de direction.

Le point : P1 : Audi n°2, Peugeot n°7, Peugeot n°9, Peugeot n°8 P1 « Essence : Lola/Rebellion n°12, Lola-Rebellion n°13, Pescarolo n°16 P2 : ORECA 03/ORECA Matmut, Zytek/Greaves, HPD/Strakka GTE-Pro : Corvette 74, BMW 56, Porsche 75 GTE-Am : Corvette 50, Porsche 81, Ferrari 57.

Nouvelles valses « stands », modifications d’équipage, carburant, pneux.

21h10 : La LMP2 leader change de pilote… David Halliday au volant… Moins rapide assurément que ses collègues ; moment critique – même s’il n’est pas un néophyte en course auto. En GTE-Am, la Ford GR40 du Robertson Racing ferme la marche, et, perso, je ne comprends pas l’invitation qui a été faite à ce team, qui court en ALMS mais qui n’a rien montré l’an dernier aux States, tout sympathiques qu’ils soient. Gros chrono, toujours, de la Signatech Nissan n°26, des temps entre 3’42 » et 3’45 », c’est du solide.

21h15 : un « Stop & Go » pour la Strakka HPD LMP2, 4è de sa classe. Johnny Kane au volant. Autre incident : crevaison pour la Ferrari Farnbacher n°89, 10è en GTE-Pro. A noter que la Oreca Hybrid du Hope Racing est toujours en course, et n’a pas connu de revers cette dernière heure ; tout comme la Ferrari n°58, aux mains de Jakubowski maintenant ; elle tourne dans des temps corrects pour la catégorie, dans les 4’02 ».

21h30 : mentionons la Lotus Jettaliance, toujours présente, dont le meilleur tour, en catégorie GTE-Pro, est de 4’19″… à 20 secondes du fastest lap de la catégorie. Elle s’est arrêtée moins souvernt que ces « concurentes »… mais je crains que cela ne suffise pas. L’autre Lotus Evora, elle est un peu plus haut dans le classement avec un meilleur tour en 4’09 » – woaw 10 secondes plus vite que sa soeur… mais 10 sec plus lente que la plus rapide GTE-Pro et qui suit au classement le troupeau de GTE-Am. Rossiter mérite mieux. 18 sec entre les leaders de la course. Temps équivalent pour la Ford GT40, mais en GTE-Am : 4’09 ».

21h45 : La Ferrari Farnbacher toujours aux stands, inutile de dire qu’elle ne jouera plus de rôle important dans cette course, sauf carnage devant en GTE-Pro… peu probable. Halliday a du mal à descendre sous les 3’50 » en tête du LMP2. La Signatech Nissan toujours performante : 3’43 » dans le dernier tour. Sortie de piste des Ferrari 62 et Porsche 63, toutes deux en GTE-Am, assez loin elles ne jouent pas un grand rôle. La Signatech Nissan revenue 6è en LMP2! Un dernier tour en 3’44 », par Soheil Ayari. Elle peut franchement encore prétendre au podium en LMP2, juste sur son rythme, et si elle ne connaît pas de soucis majeurs ; elle est à 3 tours de la Oreca leader.

22h00 : abandon en GTE-Pro pour la Aston Martin Vantage n°79 du Jota Racing. Fait pas bon s’appeller Aston-Martin cette année, Chris Buncombe la pilotait dans le dernier relais. La meilleure Aston est la « vieille » Lola Aston du Kronos Racing, actuellement 11è au général ; voiture qui avait abandonné l’an dernier. Devant Audi semble prendre un léger avantage, aux mains de Lotterer : elle garde la tête malgré un pit de plus. La BMW M3 n°56 de Andy Priaulx poussée dans son box, elle était seconde de sla catégorie GTE-Pro. Une crevaison avait déja retardé la n°55, alors qu’elle aussi était aussi en seconde position de la catégorie. « Graviers » pour la Ferrari 83 du JMB Racing (Rodrigues), ce au « S » Dunlop.

Poc. La nuit tombe et s’installe sur le circuit du Mans ; vont venir parmi les plus belles heures de la course, dans toute la magie nocturne, hallucinée et hallucinante…

22h15 : la Lotus Evora n°64 annoncée au ralenti sur la piste… je pensais qu’elle l’était déjà… 4’19 » comme meilleur tour perso. Trente deux secondes entre les 2 premiers. 5 voitures encore dans le même tour ; la Peugeot Oreca privée 6è, à un tour, avec Olivier Panis. La dernière classée, la Pescarolo AOK Racing vient de tourner en 3’39 » – un rythme normal, après avoir connu une crevaison – à 55 tours des leaders, tout de même. Les Corvette en tête des 2 catégories GTE-Pro (1 et 2!), et en GTE-Am. Les 6 premiers en GTE-Pro dans le même tour, serré serré… Les 2 BMW à 1 et 2 tours des leaders de catégorie ; une classe où le moindre souci vous fait plonger au classement. Petit écart « graviers » pour l’Audi n°1 actuellement 3è (Rockenfeller). Crevaison pour la 64, ce qui explique sa lenteur. Nouveaux soucis pour l’Oreca Hybride n°5 – surchauffe.

22h30 : Pit pour la Corvette de tête en GTE-Am. Ravitaillement pour le leader. Lutte pour la seconde place entre Peugeot et Audi – Rockenfeller essayant de passer Marco Gene. Etre aux deux premières places permettrait à Audi selon moi de se rassurer, d’être moins pris à la gorge par Peugeot. Plus loin, je pense que Oreca, avec sa Peugeot, devrait augmenter le rythme, si elle veut jouer plus que les utilités, à son rythme elle finira la course à 6 tours des leaders, si rien ne bouge. C’est généralement de nuit que tombe les chronos, la température étant plus « clémente » pour les mécaniques.

22h40 : Rockenfelle

r, Audi, a passé Gene, Peugeot, suite à une erreur de celui-çi. Relais pour la LMP2 de tête : Premat remplace Halliday – la voiture devrait descendre à nouveau sous les 3’50 » au tour de manière régulière. Martin relaie Ickx sur l’Aston Kronos LMP1, long arrêt tout de même.

22h45 : neutralisation de la course par Safety Car, sortie d’une voiture au virage Indianapolis, beaucoup de débris. Qui?? Pendant ce temps la Ferrari 58 reprend à nouveau la piste après un long arrêt – à 49 tours de la tête. On annonce que ce serait l’Audi n°1, classée seconde au général. Contact de l’Audi avec une Ferrari. Gros crash manifestement – frontal pour l’Audi. Ca ne laisse plus qu’une seule Audi, qui même si elle est en tête, va subir les attaques des Peugeot, qui pourront mener des stratégies différenciées pour attaquer Audi. Rockenfeller est annoncé sain et sauf. Contact avec la Ferrari 66 du JMW Motorspert pilotée par Rob Bell. Ou la 62 du CRS Racing?

Il est 23h00, le premier tiers de la course est passé, et deux audi sont au tapis – assez durement puisque suite à 2 accidents (McNish à la 1ere heure, Rockenfeller après 7h45 de course), qui ont chacun amené à des neutralisations de course. C’était pas le jour des Aston non plus (abandon pour la 009 – casse moteur, et entrée au stand de la 007, stand qu’elle ne quittera plus). Fin de l’intervention des Safety Car vers minuit – seconde neutralisation de plus d’une heure!?

Puisque la course est interrompue, faisons le bilan aux 8 heures de course :

En LMP1 : Audi mène avec Lotterer, sur l »audi n°1, suivent, après le crash de Rockenfeller, les 3 Peugeot officielles, dans le même tour (Gené, Bourdais, Montagny – dans cet ordre) ; ensuite l’Oreca Matmut Peugeot privée aux mains de Nicolas Lapierre, à 1 tour. Ensuite nous trouvons un trio de LMP1 essence : la Pescarolo Judd n°16 (Tinseau), ainsi que les 2 Lola Toyota du Rebellion Racing, qui se livrent une belle bataille, à 3 tours du leader. La 4è de catégorie est 11è, à 7 tours, il s’agit de la Lola Aston Martin des belges du Kronos VDS Racing.

En LMP2, la course est tranquille depuis le « tournant » de la première heure – problèmes pour la Signatec Nissan leader. Le trio de tête est le suivant : Oreca Matmut Nissan n°48, avec une avance d’un tour sur la Zytek Nissan n°41. En trois La HPD Honda Performance n°42 du Strakka Racing à 1 tour des 2 premiers. Plus loin, revenue de loin, en alignant des chronos de première classe la Signatec Nissan est remontée en 7è position à 3 tours du leader de catégorie.

En GTE-Pro, les 3 premiers, dans un mouchoir – avec les 7 premiers dans l’intervalle d’un tour, rien n’est fixe, néanmoins les Corvette ont un léger avantage « psychologique » et sont épargnées par les petits pépins qui, par exemple, ont retardés sérieusement les 2 BMW M3 (crevaisons). Les Ferrari suivent bien, et les Porsche, légèrement en retrait, restent en embuscade. A ce moment, c’est la Corvette n°74 qui mène, devant la Ferrari 458 Luxury 59 (la 58 soeur quand à elle, est en fond de classement et clos la catégorie « Pro ») ; et, en trosi la Porsche 75 du Prospeed Compétition. Plus loin les Lotus, larguées, particulièrement la 64. L’Aston Martin Jota a abandonné.

En GTE-Am, la première apparait à la 31è place du général, et 11è « overall » en GTE. Là aussi, un petit peloton qui s’est démarqué et s’échange les places au gré des ravitaillements : La Porsche et la Corvette du Larbre Compétition, suivies  de la Ferrari du Krohn Racing. Ensuite, dans le même tour la Porsche du Flying Lizard et la Ferrari 430 AF Corse. Longtemps dans le top 3, l’Aston Martin gu Gulf Middle East Racing a reculé beaucoup, au même titre que la Porsche du Proton Racing (à 5 tours) qui partageait la tête avec l’Aston, et se trouve désormais à 8 tours du leader de catégorie. La Ford Gt40 du Robertson Racing est toujours présente, mais ne joue aucun rôle – rien de neuf sous le soleil ou dans la nuit…

23h30 : encore 30 minutes de neutralisation annoncées. Temps pour un café (yes!). Les écarts donnés sont variables, en fonction de la position de la voiture derrière une des trois SC déployées.

24h00 : Neutralisation annoncée jusqu’à 0h15. Viens de voir les images de la sortie de McNish, à la première heure de course, il s’en sort bien… et les personnes autour aussi. En attendant, l’Oreca LMP1 Hybride n°5 Hope Racing ressort des stands, après les problèmes de surchauffe, des ennuis de transmission selon les infos- j’espère qu’elle verra la fin de la course, sont bien partis pour que je leur accorde le prix de l’opiniâtreté, et un projet à motorisation hybride, c’est à saluer. On annonce l’abandon de la Ferrari n°62 du CRS Racing, engagée en GTE-Am.

00h15 : Neutralisation prolongée jusqu’à 00h30. Soit… on va commencer à placer les photos dans le billet, je sens que ca va pas être de la tarte niveau mise en page… grrrhhh. En attendant, les ravitaillements et relais pilotes continuent à s’opérer, ainsi que le ravitaillement des… Safety Car – ben ouais, ca boit ces engins là… Le leader va bientôt finir son 129è tour, Lotterer au volant de l’Audi survivante. Notons – gnark – que la Lotus 64 suit le rythme, pour une fois… c’est mieux qu’elle gêne pas les SC… Nouvel arrêt de la Ferrari n°66 (c’est donc bien la n°62 du CRS Racing qui était impliquée dans l’accident de Rockenfeller)

00h25 : Ravitaillement de l’Audi de tête, Trelluyer prends le relais. On annonce 00h45 pour la reprise de la course.

00h30 : l’accrochage de l’Audi serait finalement attribué à la Ferrari n°71, de l’AF Corse team. Intéressant l’interview de McNish sur son accident, sur Radiolemans.org, avec son point de vue sur la sécurité et saluant aussi le travail des ingénieurs de ce point de vue. L’avait l’air un peu secoué au micro l’Alan! Comme pour McNish après son crash, Rockenfeller est emmené, bien entendu, à l’hopital pour observations et assurances complémentaires.

00h45 : L’Oreca Hybride en tête à queue, course difficile, même sous régime SC. Régime qui va durer jusqu’à une heure du mat annonce-t-on du côté de la direction de course. Pas cette année qu’on va exploser la moyenne et pulvériser les distances de course.

01h00 : Voila! Fin de la période de neutralisation. T° de piste : 16° ; température de l’air 11°. La course est repartie, après 2 heures de neutralisation. Audi va souffrir… Peugeot va pousser dur, avec des stratégies décalées, j’en suis convaincu. Un tiers de la course s’est déroulée derrière Safety-Car (embouteillages de pentecôte lol!?).

Avantage de l’Audi sur la première Peugeot : 2’15 ». Les Peugeot entre elles sont séparées par 3 secondes.

01h15 – 01h30 : retour aux stands de l’Oreca LMP2 n°48, leader de sa classe… Arrêt court, elle repart seconde (électricité). Les Peugeot à 2’09 » et 2’12 » de l’Audi, avec un pit stop de moins. Moins d’arrêts pour Peugeot, des pit stops plus brefs pour Audi, et semble-t-il, une usure moindre des pneumatiques. Changement de leader en LMP2, la Zytek Nissan du Greaves Motorsport passe devant. Les 6 premiers se tiennent en 2 tours. En trois, la Lola Judd-BMW du Pecom Racing, qui fait une course régulière, évite les problèmes. En LMP1, la première essence est la Lola Toyota n°12 (Prost), en 6è position,à 4 tours du leader…  mais elle rentre pour un ravitaillement à l’instant (01h27).

01h30 – 01h45 : La Lola Aston Martin (le camion!) du Kronos Racing 9è au général et 4è de classe, mais à 4 tours des 3 leaders « essence » – dommage les ennuis de début de course, mais elle est un ton en dessous des Lola Toyota (même base chassis!) et de la Pescarolo. La Pescarolo Judd repasse première, devant les Lola Toyota.

 En GTE-Am, problèmes moteur pour la Ferrari n°57 du Krohn Racing, arrêtée en piste. Elle chute en 5è position, sur ce tour-çi en GTE-Am, où elle jouait un rôle leader. Abandon de la LMP1 AOK Pescarolo n°24, suite à une panne d’ordre mécanique, qui surnageait à 25 tours des leaders, course compliquée pour le team AOK! La 15 est toujours en piste quand à elle, mais à 65 tours… S’il n’y avait les Aston Martin AMR, AOK serait la grosse déception de ces 24 heures pour ce qui est des LMP1, les LMP2 du team (Pescarolo Judd-BMW) sont toujours en course, mais hors du top 5 de la catégorie (7 et 8 pour être exact). Côté médical, on apprend que Rockenfeller restera pour la nuit en observation à l’hopital.

01h45-02h00 : Officiellement 8 abandons, dont 6 LMP1. Treluyer, en tête cravache, avec derrière lui Bourdais sur sa Peugeot pour mener la chasse, mais les 2 autres Peugeot aussi descendent des chronos. En LMP2, Strakka Racing a repris la 3è position. En GTE-Pro, Vilander bat le meilleur tour en course : 03’59″833 (Ferrari n°51), il est second de la classe, derrière la Corvette 74 de Magnussen. Treluyer en 3’29″628 le dernier tour – il semble qu’Audi mise sur l’épuisement de ses poursuivants… elle est seule, ils sont 3, plus l’Oreca Peugeot. L’écart repasse sous les 2 minutes.

La « meute » des Ferrari 458 engagée en GTE-Pro souffre, si elles sont présentes en nombre, elle connaissent de nombreux problèmes ; cette fois La Ferrari Hankook-Farnbacher n°89 qui revient au box, en fumant. Sortie de la Lola Pecom (Russo) qui jusque là faisait une course régulière (3è de classe), incident dans la descente de la course Dunlop. Pendant ce temps on change d’aileron sur la Toyota n°12 pilotée par Jeroen Bleekmolen, arrêt non prévu.

02h00-02h15 : La Peugeot la plus rapide à ce moment est la Peugeot privée de chez Oreca (3’30 ») – elle accélère le rythme. Elle rentre pour un ravitaillement, tout comme la Pescarolo Judd n°16, en tête des essences. Les 11 heures de course sont dépassées! Ravitaillement et nouveaux pneux pour l’Audi de tête (Treluyer). Dans les abonnés aux stands : la « 5 » Hybride de chez Oreca, amis aussi la Norma LMP2, le petit poucet de la catégorie du Extreme Limite Team, dernière en LMP2, avec plus de 20 tours de « gap » avec les plus rapides de sa catégorie ; une équipe sympathique cependant.

02h15-02h30 : Erreur de la Peugeot Oreca n°10 (Duval)… graviers. Oups. Idem pour la BMW n° 56 (Joey Hand). L’Oreca Peugeot va devoir passer par les stands après son incartade hors piste. Abandon confirmé pour la Lola Pecom Racing. Souci pour la Corvette 73, troisième en GTE-Pro, qui serait au ralenti sur le circuit – rien de visible pour le moment dans les tableaux chrono. Tournée gravier aussi pour l’Aston GTE-Am n°60, avec Goethe aux commandes. La 908 Oreca dans les stands, suspension avant droite touchée!. Une « essence » bientôt dans le top 5? La Pescarolo n’a plus qu’un tour de retard sur l’Oreca Peugeot.

02h30-02h45 : Première apparition dans le Top 3 du LMP2 pour le Level 5 Motorsports, avec sa Lola Honda Performance n°33, conduite par l’excellent Christophe Bouchut. Par contre la HPD Honda du Strakka Racing recule fort dans le classement, elle a glissé en 6è place de catégorie. A noter que la Signatech Nissan est désormais 4è de cette catégorie!! La Norma n°44 remonte en piste et, entretemps la Pescarolo Judd est passée 5è au général. Jousse qui en profite pour battre le meilleur chrono personnel de la Pescarolo : 3’35″776 (ce qui est 6 secondes de plus que la meilleur diesel, l’Audi de Treluyer).

02h45-03h00 : Retour en piste des HPD Honda du Strakka Racing, maintenant 7è en LMP2 (et 24è au général), ainsi que de l’Oreca Peugeot n°10, qui s’est aussi faite passer par les deux Lola Toyota Rebellion et pointe désormais à la 8è place du général. Beau travail de Treluyer, en tête qui maintient un écart qui tourne autour des 2 minutes avec « l’armada » Peugeot, un superbe relais! Il rentre ravitailler (165 tours parcourus). L’Audi ressort sans avoir perdu sa position en tête. La Norma 44 LMP2 de nouveau arrêtée. La mi-course est atteinte! Abandon de la HPD Honda Performance n°42, un des prétendants à la victoire, du Strakka Racing, qui avait plongé dans les profondeurs du classement.

Mi-course. 12 heures de course, dont +/- 3 sous Safety-Car. Une course qui ne tient pas toutes ses promesses… quoique! Si on considère la perte pour Audi de deux de ses trois protos (accidents, assez costauds!) ca devrait rendre la course intéressante avec la pression des Peugeot… Mais elle ne parviennent pas à imposer leur rythme à l’Audi rescapée, installée en première position depuis quelques heures, qui continue à imprimer et imposer son rythme, avec un Tréluyer en verve, qui par ailleurs a réalisé le tour le plus rapide en course. Ceci dit, au Mans, le plus rapide en piste ne gage pas victoire… rappellons nous la bérézina Peugeot de l’an dernier (abandon des 3 voitures sur casse mécanique – chose devenue rare!). Donc voila, rien n’est fixé et tout peut rapidement changer… on l’a vu sur les trois dernières heures, où, principalement, la hiérarchie en LMP2 a fort évolué…

En LMP1, à mi-course : une seule Audi mais en tête, avec 170 tours couverts. Derrière dans le même tour (grosso modo), les 3 Peugeot officielle qui manifestement ont du mal à suivre le rythme de l’Audi qui impose son rythme dans cette partie de la course. La 4è Peugeot, la n°10 du Team Oreca, suite à une sortie à reculé au classement, désormais en position 8, Duval ayant endommagé ses suspensions ce qui a nécessité des réparations ; la n°10 s’est laissée déborder par le trio de LMP1 essence (5, 6 et 7ème places) avec en tête des essence la Pescarolo Judd avec 1 tour d’avabnce sur les deux Lola Toyota de chez Rebellion, très bien pilotées (au même titre que la Pescarolo!), et à 6 tours des leaders. Ensuite vient la Lola Aston Martin belge du Kronos VDS Racing, à 2 tours l’Oreca Peugeot. Beaucoup d’abandons en LMP1, puisue la 5è de catégorie n’est autre que l’Oreca Hybride n°5 qui passe beaucoup de temps au garage, et est 5è essence, à 70 tour du leader. Nauffrage des AOK Pescarolo…

Derrière la Kronos LMP1, viennent le groupe des LMP2 où beaucoup de choses ont évolué… comme si mener cette catégorie portait la poisse ; après la seconde neutralisation la Oreca Nissan, en tête depuis la deuxième heure (+/-), a connu des soucis électriques qui l’ont forcée à repasser par les stands pour réparation ; ils n’ont pas traînés mais elle est ressortie seconde, place qu’elle occupe toujours. La tête de la catégorie est donc tenue par la Zytek Nissan du Greaves Motorsport, tout à fait dans le coup depuis le départ. Longtemps dans le top 3, place que l’on attendait d’elle, la HPD Honda Performance n°42 du Strakka Racing a abandonné et avoir plongé au classement. Autre victime, alors qu’elle faisait une course efficiente, et s’était retrouvéé en position 3 de la catégorie, la Lola Judd BMW du Pecom Racing est sortie de la route, pilotée par Russo. Donc maintenant nous retrouvons sur la dernière marche du podium provisoire du LMP2 la Lola Honda Performance du Level 5 Motorsports, qui, si elle n’est pas la plus rapide (meilleur tour en 3’47 », pour 3’42 » pour les Oreca Nissan), est conduite avec sérieux par son équipage (Bouchut principalement, très expérimenté en course de 12 ou 24 heures, et qui sait ramener une voiture à l’arrivée, comme toujours). Derrière la Oreca Nissan du Signatec Nissan est revenue 4è après ses sérieux problèmes du début de course – étant l’épouvantail de la catégorie, et en l’absence de la HPD deu Strakka Racing, devrait rapidement pouvoir prétendre à une place dans le top 3 de la catégorie, au minimum. Les AOK Pescarolo Judd BMW souffrent de la comparaison, mais contrairement aux LMP1 de l’équipe, elles sont toujours là, en 5 et 6è position du LMP2, sans affoller les chronos mais en évitant la majorité des problèmes – la vraie place de AOK c’est le LMP2, ils ont eu les yeux trop grands… Plus bas dans le classement la Lola Honda performance d team RML et, plus loin, l’Oreca Judd BMW du Race Performance. Le Judd BMW est clairement largué pat le bloc Nissan, et le Honda tente de s’accrocher. Enfin, beaucoup plus loin la Norma Judd BMW, qui souffre beaucoup et revient très régulièrement aux box… mais elle est toujours là.

En GTE-Pro, la Corvette 74 mène assez régulièrement le bal… car ca a dansé pas mal avec les bacs à gravier et les crevaisons ; la 74 est 16è au général, ce qui est solide comme performance. Comme toujours n GT, c’est serré : les 10 premières classées se tiennent en 3 tours, et, en gros les 5 premiers dans le même tour, en fonction des ravitaillements. Avec la Corvette, on retrouve régulièrement dans le top 3 les Ferrari du Luxury Racing (la n°59) et la voiture soeur de l’AF Corse (la n°51). A ce wagon s’accroche aussi la Porsche 997 du Prospeed Compétition (n°75) et la seconde Corvette, moins régulière (la n°73) car elle connait plus de petits pépins. Les BMW retardées par des incidents s’accrochent mais ont du mal à refaire le gap qui les sépare des premiers. Entre les 2 BMW, trois autres Porsche, solides à défaut d’âtre les plus performantes. La meilleure Lotus est à 5 tours du peloton des « 10 ». la seconde aussi, mais loin…

En GTE-Am : là aussi, un peloton de 4 voitures qui ne se lachent pas, les deux voitures du Larbre Compétitoion La Porsche et La Corvette, toutes deux menées à ce moment (03h45) par la Porsche du Flying Lizard. Le 4è larron est lae AF Corse et sa Ferrari F430. Les Ford GT40 et L’Aston Martin sont toujours là, mais pas dans la même cour. Abadon d’importance la Ferrari du Krohn Racing. On annonce la Lotus Jetalliance à l’arrêt, ainsi que la perte d’une roue pour l’Aston Vantage GTE-Am… A suivre et vérifier.

Voila pour le bilan à mi-course. où on compte 12 abandons « officiels ». Notons qu’au cours des 45 dernières minutes, l »‘écart entre l’Audi de tête et les Peugeot s’est réduit – problèmes lors du ravitaillement. L’écart est tombé maintenant (03h45) à +/-40 secondes. Meilleur temps en course pour Bruni en GTE-Pro sur sa Ferrari : 3’59″760.

04h00-04h15 : changement prévisible en LMP2, si la Zytek reste en tête, l’Oreca Nissan a récupérer la première place (avant de la recéder pour cause de ravitaillement) ; en trois la Signatec Nissan qui déroule. La Lola Honda, recule en 4è place, amis reste confortablement devant les 2 OAK Pescarolo Judd BMW. L’écart en tête des LMP1 est stabilisé (+/- 40 secondes toujours). 3’59″568 pour Bruni, à nouveau avec le tour le plus rapide en GTE-Pro (Ferrari).

04h15-04h30 : Davidson bat le record du tour en LMP1 : 3’27″713. Solide! En LMP2, la Oreca Nissan repasse la Zytek à la faveur des arrêts ravitaillement. Pagenaud en tête, mais il doit encore s’arrêter. Fässler et Davidson à la lutte pour la seconde place… on connait la pointe de vitesse des pilotes Peugeot, et certainement d’Anthony Davidson. En vitesse pure les pilotes Peugeot sont un cran (petit cran) au dessus – Sarrazin aussi est capable de sortir des tours façon « qualifs » de manière régulière..

Ce sont les heures creuses, je passe à la couverture par « 30 minutes » – sauf circonstances de course particulières! Ca devrait durer jusqu’au petit matin (vers 06h00), moment vers lequel les mécaniques vont commencer à lâcher… la matinée est souvent plus meurtrière que la nuit, du point de vue de la mécanique – l’usure et les remontées de température.

04h30-05h00 : Fässler repasse devant. Ravitaillements Peugeot. +/- 40 secondes d’avance sur la 9 de Pagenaud et une grosse minute sur la 7 de Davidson. Fässler à nouveau sous les 3’30 ». Retour de Halliday sur la Oreca Nissan leader en LMP2, la Zytek va repasser? Oui! elle profite du relais. La Signatec Nissan est encore à 2 tours. Et toujours pas de pluie.

L’Oreca n°5 Hybride en difficulté, à l’arrêt sur le circuit. La Ferrari n°71 AF Corse : graviers! Sans influence sur le classement, elle est loin des leaders. Davidson passe Fässler ; mais c’est pas fini, ca frotte entre les 2 pilotes… Et il faut continuer à tenir compte du différentiel des pirt-stops.

05h00-05h30 : Safety Cars ; la Lola Toyota n°13 (Bouillon) à l’arrêt sur la piste – sortie, le pilote est indemne, elle occupait la 7è place, l’Oreca Matmut Peugeot progresse donc d’un rang (7). Accident dans le « S » Porsche. La voiture de tête à franchi les 200 tours parcourus. Nombre de tours que n’atteindra pas la Oreca LMP1 Hybride (n°5), qui vient officiellement d’abandonner. Ca fait 16 abandons, à ce moment. 05h25 : green flag – c’est reparti! La Ferrari n°59 du Luxury Racing immobilisée sur le circuit, tous feux éteints , elle occupait jusque là le top 3 de la classe. Bac à graviers pour la LMP2 de Level 5 Motorsports, Barbosa occupait la 3è place du LMP2.

Le jour fait sa réapparition, et le soleil d’ici quelques minutes, la nuit prend fin – l’entrée des « paumés du petit matin » – période meurtrière, je le répète. Sans oublier les pilotes aussi, qui fatiguent.

05h30-06h00 : La Lola Level 5 a rejoint son stand ; la Ferrari 71 une fois de plus au ralenti sur la piste, avec Waltrip au volant. La Signatech Nissan reprend la 3è place de sa catégorie, la AOK Pescarolo Judd BMW, passe en 4è position. 04’08″748, Rossiter établit le meilleur temps en course de la Lotus Jettaliance n°65… mais elle rentre au stand et on la range dans le box!. La Ferrari du Luxury Racing a pu repartir, elle était arrêtée depuis un bon moment en piste. Devant, le chassé-croisé Davidson – Fässler continue, Davidson passe, Fässler repasse. 

06h00 – 06h30 : La Norma n°44 reprends la piste, après 2 heures à son stand. La 59 de nouveau à l’arrêt sur la piste. Entrée des Safety Car. En fait les deux Ferrari du Luxury Racing sont à l’arrêt en piste : les 58 et 59. La 58 sortie au karting et à taper le mur. Il semblerait que Halliday soit à l’arrêt aussi, sur la Oreca Nissan deuxième en LMP2, il est sorti et a tapé ; le maillon faible de l’équipage… Souci aussi pour la Doran Ford Robertson (GTE-Am) qui est poussée. Pour la Oreca Nissan, c’est terminé. La Sinatec Nissan remonte en seconde place du LMP2.

06h30-07h00 : C’est reparti à l’instant. Fässler toujours en tête, les 2 Peugeot à +/- 1 minute de l’auto. La Porsche 88 GTE-Pro du team Falkenmayer – Proton dans le sable, à Indianapolis, avec des stigmates sur le flanc gauche ; accrochage avec une Peugeot. Al-Faisal au volant de la Porsche ne jouait plus de rôle au classement. C’est officiel aussi, abandon de la Lotus Jetalliance n° 64. Ainsi que de la Ferrari Hankook-Farnbacher n°89, ainsi que de l’Aston Vantage n°60 du Gulf Middle East Racing. En attendant, Fässler établit un nouveu record du tour en 3’27″710. Il est actuellemenet 3è à +/- 40 sec des Peugeot.

Nous sommes au deux tiers de la course, la nuit est « complètement terminée maintenant », et Bourdais salue la 16è heure de course par le meilleur tour en course 3’27″288… Temps mis à mal par Lotterer en 3’26″298, carrément 1 seconde plus vite que la Peugeot! L’Audi à 2 arrêts de plus que les Peugeoyt de tête, qui devront au moins s’arrêter une fois de plus, ca reste indécit et un pronostic est difficile quand aux futures stratégies. Bourdais égale le temps de Lotterer, même chrono exactement. Peugeot 7, 8 et 9 simutanément au stand.

L’état des classements après les 16 heure de course :

En LMP1, comme je l’écrivais plus haut, c’est assez difficile de se pronaoncer, à l’instant (+/-07h15), l’Audi de Lottere mène la course, suivi des 2 Peugeot n°9 (Bourdais) et n°7 (Gene), respectivement à 26 et 38 secondes. Derrière, à un tour la troisième Peugeot d’usine, la 8 de Fred Montagny. NB : Lotterer vient d’améliorer son meilleur temps encore d’une pleine seconde : 3’25″289 – superbe! Derrière nos équipes usines, en 5è place, la Pescarolo Judd, première essence, pilotée par Tinseau, à 7 tours des leader ; on peut voir que la différence entre une essence et une diesel est de 10 secondes par tour (3’25 » pour Lottere et 3’35 » pour la Pescarolo). 2 tours plus loin, la Lola Toyota Rebellion Racing n°12 de Neel Jani – rappelons le retrait de la voiture soeur, la n°13 sur sortie de route Bouillion à la fin de la nuit. Derrière, un tour plus loin, l’Oreca Peugeot privée, qui avait perdu pas mal de temps après une sortie qui a demandé un travail d’intervention mécanique important pour les mécanos. 4 tours plus loin, la Lola Aston Martin Kronos, qui fait une course propre et sérieuse – la voiture est plus ancienne, date d’il y a déjà 2 ans, au minimum. Toutes les autres LMP1 ont abandonné. Il en reste donc 8, aux 8 premières places.

Quelques changements encore en LMP2, où les abandons de l’Oreca Nissan alors en tête (sortie de Halliday, qui ne s’est pas distingué sur cette course!), la HPD du Strakka ainsi que la Lola Honda du Pecom Racing ont sombrés. Donc nous trouvons, de la 8è à la 12è place, à ce moment (+/-07h30) en tête la Zytek Nissan du Greaves Motorsports, avec 2 tours d’avance sur La Signatech Nissan Oreca très bien revenue ; en trois la Lola Honda Level 5 Motorsports qui fait tranquillement et proprement son boulot à 1 tour de l’Oreca Signatec. Ensuite, les deux AOK Pescarolo Judd BMW, la mieux classée à 2 tours de la Lola Honda. Plus bas en 15è position, et 3 tours derrière sa soeur l’autre AOK Pescarolo. D’autres survivantes (RML LOla Honda, Oreca Race Performance Judd BMW,…).

Ca continue, en GTE-Pro, à rester serré, mais les choses deviennent plus claires dirait-on, les trois premiers étant chacun séparés désormais par 1 tour : dans l’ordre la Corvette 74 (Magnussen) qui mène la course en tête depuis un bon moment maintenant ; ensuite la Ferrari F458 du team AF Corse n°51 (Vilander) ; ensuite la seconde Corvette, la 73… ATTENTION, à l’instant SORTIE de la Corvette de tëte, après un accrochage avec la Porsche Felbmeyer n°63 de Ried. La Corvette est immobilisée et retour en piste des Safety Car. Erreur de Magnussen!… on refera un point GTE-Pro à 8 heures… le temps que cela se décante. La Lotus 65 est toujours là, mais loin… des problèmes, mais aussi de la tête ; elle a baissé son meilleur chrono sous les 4’08″… woaw (sic).

Pour ce qui est du GTE-Am, la lutte concerne toujours les mêmes 3 voitures : les deux voitures du Larbre Compétition ; la Corvette en 1 et la Porsche en 3 ; entre les deux la Porsche du Flying Lezard. Deix autres suivent directement, mais à 5 tours des 3 furieux : la Porsche 71 de Ried (!! impliquée dans l’accident avec la Corvette de Magnussen), et en 5 la Ferrari n°83 du JMB Racing… La 83 est donc 4 du GTE-Am maintenant.

07h45-08h00 : pit stop de la Peugeot n°9, mais cela semble traîner. Gene maintenant premier devant Lotterer et son Audi. Course toujours sous régime de Safety Car. Lotterer à moins de 8 secondes de la Peugeot de Gene. Ried est évacué en civière suite aux suites du choc avec la Corvette de Magnussen.

Pour moi, sous Safety Car, c’est l’heure du déjeuner – petit coup de pompe passé (dur dur entre 4 et 7h30 ce matin!!!) ; j’émerge car ca s’anime?

08h00 : Course toujours neutralisée.

08h05-08h30 : fin de la neutralisation. Suite à la neutralisation, et les drapeaux rouges à la sortie de la pitlane, les 3 premiers vont être regroupés à nouveau, dur dur pour l’Audi – Tréluyer a remplacer Lotterer. Da Rocha, second rescapé du AOK Pescarolo, en difficulté  à Indianapolis (tête à queue), mais il repart. Les 2 premiers séparés par moins d’une seconde. Avantage Peugeot (Pagenaud)  pour le moment mais 1 pit stop à faire pour la Peugot, normalement. En 3, à moins de 8 secondes : Alexander Wurz ; avec aussi un pit stop à effectuer normalement (21 arrêts pour l’Audi, 19 pour les 2 Peugeot). La Porsche 81 du Flying Lizard, seconde en GTE-Am, à l’arrêt, elle était seconde du GTE-Am! La période 06h00-10h00, le petit matin, je le redis est particulièrement meurtrier, pour la mécanique mais aussi surtout pour les pilotes qui commettent beaucoup d’erreurs : la fatigue liée à la lumière indécise du soleil qui se lève… les repères ne sont pas précis ; pour preuve : 360° de la LOla RLM… Elle a entre temps récupérer la 5è place du LMP2 au détriment de la AOK Pescarolo pilotée par Da Rocha.

08h30-08h45 : La Peugeot Oreca n°10 a passé la Lola Toyota n°12, et récupère la 6è Place. La Peugeot Oreca, est aussi créditée désormais d’un temps sous les 3’30 ». Tréluyer passe la Peugeot de Pagenaud. Sarrazin, 4è à 1 tour des leaders, descend sous les 3’28 » ; Treluyer avec un chrono sous les 3’27 ». La Oreca Judd BMW, passe à son tour la AOK Pescarolo, et s’empare de la 6è place en LMP2. En GTE-Pro, retour de la BMW n°55 est revenue en 3è position, Les deux BMW sont sous les 4 minutes. En GTE-Am, Larbre place ses 2 voitures, la Porsche et la Corvette, en 3 la Ferrari du JMB Racing. En 4, la Ford Doran GT40 du Robertson Racing… Ca c’est une surprise, mais c’est du à l’hécatombe du matin… En 5 Pumpelly, sur la Porsche Flying Lizard 81… Mais elle aurait abandonné!!! Rien de confirmé.

08h45-09h00 : Wurz aux stands. Il cale au moment de repartir, l’Audi était de toutes façons devant. Un Stop & Go de 1 minute complète pour la Peugeot n°8 de Sarrazin, pour avoir oublié chez un mécano le port d’un vêtement de protection obligatoire au ravitaillement. La Pescarolo Judd de retour au stand, problème d’électronique – on chipote dans le cockpit.

09h00-09h30 : Nous sommes aux trois quart du temps de course!!! La Pescarolo est revenue en piste, mais l’Oreca Peugeot est repassée, en 5è position. Une Audi, suivie des 4 Peugeot. Cela permet aussi à la Lola Toyota de revenir dans le même tour que la Pescarolo Judd. Retour au stand de l’Audi, plus tôt que prévu…il ressort 3ème. La « 55 » rentrée dans son box, elle occupait la 3eme place GTE-Pro ; problèmes du côté de l’échappement. Pagenaud ravitaille, Wurz passe en tête mais certainement pour peu de temps, il va rentrer à son tours au prochain tour.

09h30-10h00 : Jousse améliore son meilleur chrono : 3’34″776. Toujours à 10 sec des temps des diesel. Wurz ravitaille, l’Audi repasse en tête. En attendant, on peut remarquer que la Pescarolo a récupéré la 5è palce, et que la Peugeot Oreca, dans le même tour, est en 6è place. Incident pour la Peugeot 7 de Alexander Wurz. Ravitaillement de Jousse, la Pescarolo recule en 6è position. Wurz écarté de la course en tête, travaux de carrosserie et peut-être à la suspension. Le mano à mano sera désormais entre l’Audi rescapée et la Peugeot n° 9 pilotée par Pagenaud. Sarrazin gagne une place. Il ne reste plus que 30 voitures en course – gros déchet! Plus drôle, il semble que la Norma LMP2 n°44 soit à nouveau sur la piste. Petit hors piste de la BMW n°56… Indianapolis inspire au laisser aller dans le chef de quelques-uns.

10h00 : Il reste moins de 5 heures de course. La Peugeot 7 est repartie, Anthony Davidson a pris les commandes après les 10 grosses minutes nécessaires à la réparation. Elle a perdu 3 tours dans l’opération. Crevaison pour la Peugeot Oreca, au ralenti sur la piste. Il s’agit de la roue arrière droite.

10h15 : Retour en tête de l’Audi, Sarrazin ravitaille et est relayé par Montagny.

10h25 : Souci pour la Ferrari 66, pilotée par Xavier Maasen, qui a tout le mal du monde à revenir à son stand. Entre temps on apprend que Nicola Minassian et Pedro Lamy ne conduiront plus leur voiture – manifestement des problèmes de santé lié aux vibrations et affectant la vue des deux pilotes. Les équipages feront des relais soit plus longs, soit plus fréquents. Elle parvien … tout aussi difficilement à quitter la pitlane

10h30 : Situation en catégorie GTE-Am, à 4h30 de l’arrivée :

Une certitude les voitures qui termineront seront classées dans le top 4 de la catégorie (si la distance totale parcourue est suffisante à l’aune de la distance parcourue par le vainqueur au général). En 1 de la catégorie, et 24 au général, la Corvette du Larbre Compétition, un tour devant la Porsche du même team (Larbre) ; e 3 la Ferrari du JMB Racing, à 7 tours. Dernière rescapée la Doran Ford GT40 du Team Robertson, à 15 tours de la Corvette. La meilleure « Am » est 9è au général toutes GTE.

10h35 : l’Audi au stand. L’écart avec la première Peugeot est d’une minute environ. La Peugeot est passée… le combat est relancé, Treluyer second à – de 2 secondes.

10h45 : Crevaison pour la OAK Pescarolo n°35, et une sortie de piste pour la Porsche n°76, au Tertre Rouge. La 45 du team OAK, est depuis un quart d’heure dans son stand, 4è en LMP2, pour le moment. La 35 est revenue aux stands, avec un triangle se suspension plié. L’Audi est revenue en tête, le chassé croisé continue.

11h00 : Quelques gouttes de pluie sur le circuit. En attendant Davidson, qui a 4 tours de retard sur Tréluyer, « retient » l’Audi. Moins de 4 heures de course.

11h15 : La pluie s’intensifie, mais reste très raisonable, elle est apparue aussi sur la ligne droite des stands. Treluyer augmente l’écart sur Bourdais, restera à voir quelles seront les stratégies d’arrêt des 2 teams. Long arrêt pour la Lola Aston Martin du Kronos Racing, qui perd une place au profit de la Zytek LMP2 qui emmène la catégorie. Dommage car elle était régulière, avec une course conforme à la stratégie, viser l’arrivée. Arrêt de Lotterer, qui repart en pneux slicks. La Lola Aston du Kronos repart, avec de nouveaux éléments de carrosserie

11h30 : Audi (Lottererr) dans les baskets de Perugeot (Bourdais). Bourdais ravitaille. Collard chrono de la Pescarolo Judd en 3’34″472.

11h45 : Plus de 300 tours couverts pour le leader. Bataille pour la 5è place, en faveur de la Peugeot Oreca dans son combat avec la Pescarollo Judd. Peugeot Oreca 5ème. La AOK Pescarolo 35 remonte en piste, 7è sur 8 en LMP2 (la Norma 44 fermant la marche) ; Lotterer prends un tour à Montagny, troisième. Audi conduit la coourse, La Norma LMP2 la ferme, avec 101 tours de retard, pour 303 parcourus pour l’Audi (bref à 1/3 de la distance totale de l’Audi pour la Norma).

12h00 : nouveau pit stop pour Lotterer. La signatec Nissan au ralenti sur le circuit, elle est seconde en LMP2.

Il reste 3 heures de course et moins de 30 voitures, compte rendu des situations dans les différentes catégories.

En LMP1, Audu et Peugeot continuent à separtager la tête, au rythme des arrêts ravitaillement. Le combat est circonscrit maintenant entre l’Audi n°2 aux mains de Lotterer et a Peugeot n°9 de Bourdais, les deux seuls toujours dans le même tour, les autres Peugeot ont quelque peu décroché (la 8 à deux tours et la 7 à 4). Suivent plus loin la Peugeot Oreca et la première essence, la Pescarolo Judd – toutes deux à 12 tours maintenant. Le classement LMP1 se complète de la Lola Toyota du Rebellion Racing n°12, très très régulière et performante, en 7è position à 14 tours et, dernière LMP1 la Lola Aston Martin du Kronos Racing, 9è à 23 tours.

En LMP2, là aussi c’est l’hécatombe, avec de multiples incidents d’rdre mécanique ; en 8è position on continue à retrouver la Zytek Nissan qui à 6 tours d’avance sur la Signatec Nissan, qui veint juste de subir une crevaison, En 3 la Mola Honda Performance du team Level 5, qui suit la Signatec à 2 tours. A noter que la Lola connaît au même moment que la Signatec des problèmes. Plus loin, la AOK Pescarolo  en 4 et la lola Honda RML en 5, fort retardée en début d’épreuve. Il y en a encore 3 derrières, mais loin.

En GTE-Pro, la situation est devenue assez stable : la Ferrari 51 du AF Corse, est en tête de la classe avec 1 tour d’avance (selon arrêts) sur la Corvette 73, la 74 leader ayant abandonné), et ensuite, à 2 tours de la Corvette, la première BMW, la n°56, très performante, mais pas épargnée par des soucis divers. En 4 et 5 la Porsche 77 du team Felbemayer-Proton et la seconde BMW n° 55, elle même talonée par deux autres Porsche.

En GTE-Am, il reste à l’heure actuelle 4 voitures, avec dans l’ordre, ca n’a pas changé, les 2 voitures du larbre Compétition : Lla Corvette avec un tour d’avance sur la Porsche. En 3 la Ferrari du JMB Racing, mais à 6 tours et, pour terminer la Doran Ford GT40 du Robertson Racing, 8 tours plus loin.

12h15 : apparition plus importante de la pluie et de nombreuses zones sont signalées humides. Sortie de piste de la Peugeot Oreca n°10, à Indianapolis, il y a des dégats, suite au choc contre les murs de pneumatiques. Tête à queue de l’Aston Kronos 22. Kimber Smith, leader du LMP2 sort aussi, hop, dans les graviers du « S » Dunlop. A noter que la Peugeot 8 est repartie en slicks retaillés. La 10 au box. Quand à la Zytek elle est repartie, et possédait 7 tours d’avance sur la Signatech Nissan. C’est la deuxième sortie de Duval au volant de la Peugeot Oreca à cette course…

12h30 : les leaders tournent dans des temps proches des 4’ maintenant. La piste est humide!

12h45 : Lotterer, Audi, repart en slicks… non! elle en change pas ses pneux, et il apparaît que la pluie s’intensifierais. Les deux leaders en sliks… Grosse sortie de la Pescarolo Judd, aux mains d’Emmanuel Collard, dans le virage Porsche. Idiot de pas avoir mis des pluies ou des intermédaires, en 5è position on ne joue pas les héros… c’est franchement nul de la part du Team Pescarolo. Tête à queue de la Signatech Nissan , la Peugeot 7 stoppe et repart en slicks…

13h00 : l’écart fond entre Pagenaud et Lotterer (plus que 16 secondes) ; je ne comprends pas la stratégie de Audi!!!  Et ce à deux heure de l’arrivée. Les pilotes Peugeot qui s’arrêtent repartent en slicks… La Ferrari 83 du JMB, troisième en GTE-Am au ralenti. Ce n’est pas annoncé, mais je pense que la BMW 55 a abandonné. La Ferrari JMB aux stands.

13h15 : Manifestement les pilotes Peugeot ont reçus des consignes de géner l’Audi, c’est vrai que Quenesl n’est pas connu pour son fair-play et que ses méthodes en Rallye il les a ramenées dans ses valises endurance… C’est vrai que, selon moi, il joue sa tête sur cette course quand on se souvient de la bérézina 2010. La manière dont Marc Gene a fait obstruction sur l’Audi est à la limite, surtout que la Peugeot à 4 tours de retard.

13h30 : Arrêt carburant éclair pour l’Audi, pas de changement de pilote ni de pneux. 52 secondes. Lotterer à conservé 15 sec d’avance sur Pagenaud. La Ferrari JMB toujours au ralenti… et 3è du GTE-Am, qques tours devant la Doran Ford GT40 du Robertson Racing.

13h45 : C’est plutôt calme, stable. Si ce n’est la Ferrari JMB toujours au box, et une fois de plus l’AOK Pescarolo LMP2 n°35 à l’agonie sur la piste.

14h00 : dernière heure de course!!! La 35 au stand. La Doran Ford troisième désormais en GTE-Am… plutôt surprenant… rien ne sert de courir… La Ferrari JMB désormais 4è et dernière de la catégorie.

14h15 : La Lotus Evora GTE-Pro est toujours là, mais sincèrement cette voiture n’est pas à la hauteur de l’équipage qui la conduit (Rossiter, Molwelm et …). Elle est 7è de sa catégorie, 22è au général.

14h25 : la bataille finale est lancée, dans les stands, avec le dernier changement de pneux pour l’Audi et l’arrêt de la Peugeot, sans changer de pneux. 8 secondes entre l’Audi et la Peugeot. Je pense que la Peugeot dvra encore s’arrêter. La Ferrari JMB toujours aux stands, je pense qu’elle redémarrera vers 14h55 pour effectuer un dernier tour… afin d’être classée… vieille méthode – me rappelle de voiture à l’arrêt dans l’eau rouge à Francorchamps, pour se laisser glisser dans la descente, passer la ligne et ainsi être classée, avec un dernier tour comlété.

14h30 : dernières 30 minutes. L’essentiel est de passer la ligne d’arrivée, surtout pour les retardataires, avec à la clé la récompense d’être allés au bout! La Porsche 70 du Larbre compétition, et seconde du GTE-Am, derrière la Corvette de la même équipe – un doublé avec deux voitures différentes, part en tête à queue à Arnage, sortie qui provoque un contact de l’arrière qui tape…

14h45 : Rappellons-nous la mésaventure de Oscar Larrauri, pilote argentin, un réel talent et un gentleman, dont la Porsche 962 du Team Walter Brun, en 1988 (ou 1987) est tombée en panne à 15 minutes de l’arrivée, et comme je le soulignais plus haut, qui n’a pu complèter son dernier tour et donc n’a pas été classée (sans cela elle restait deuxième!) alors qu’elle avait menée la plus grosse partie de la course. Un cas assez frustrant, car Larrauri n’a pas toujours eu, je pense à la F1, les voitures et le respect qu’il méritaient…

Plus que 10 minutes, un des deux pilotes va-t-il faire un dernier pit stop, un splash & Dash en carburant??? 17 secondes d’écart après 23h50 de course. La Ferrari JMB va-t-elle se relancer pour boucler « le » dernier tour?

Grosse sortie pour la AOK Pescarolo Judd BMW n°49, 4è de catégorie, pilotée par Shinji Nakano – elle fume et a casser des éléments de suspension… elle va tenter de finir… AOK est totalement passé à côté de son sujet cette année, surtout en LMP1… ambitions trop grandes… Oui, la Ferrari JMB et toutes les voitures qui étaient dans les stands sont reparties… Dernier tour et 15 secondes d’avance pour Lotterer…

Il est 15h00, les 24 heures de course sont passées – dernier tour.. .2 virages encore,  Audi! Avec la rescapée face aux 4 Peugeot, dont les 3 usines. Le team Belge Kronos, avec Martin, Leinders et Ickx fini méritoirement 7è. 10è victoire Audi.

Publicités

13 réflexions sur “Il était une fois les 24 heures du Mans 2011, épopée.

  1. Bon ben c’est fou ça… je fais un copié-collé de mon article « Facebook » ici, et, bizarrerie « iconoclaste », les repères de mise en page qui disparaissent sur l’article « FB » sont présents ici (ouf, ca m’évite de tout refaire).

    Me reste plus qu’à intégrer les images dans le billet… bientôt.

    La course était pas mal cette année. Je le dis pour vous éviter de devoir tout lire si vous n’êtes pas férus de « bagnoles » 🙂

    Sinon, pour les passionnés, compte rendu 2009 (je m’étais mieux amusé, et la course fut plus passionante je pense) :

    http://www.facebook.com/note.php?note_id=86672447935

    • Moins bien que la dernière fois, bcp moins drôle – moins de sources à disposition aussi… plus factuel.

      Terminerai la mise en page après les examens… ca se termine là aussi… math demain, là c’est la case « septembre » d’office. Puis géo (raté en décembre) et musique (pour faire monter ma cote, « 50 », voudrais 60 pour la dispense et faire monter la moyenne… donc me suis réinscrit).

      Bonne soirée!

    • Ben ouais, c’est ca qui est gai, que ce soit un « pavé », en essayant d’être complet – même si les heures comprises entre 23 et 5h du mat sont difficiles à traverser par moments.

      Merci!

  2. pire que PPDA…hé..hé…………….. !! mdr ..
    bon, hop^^ !!,j’suis plus là ,enfin pour l’instant 😉

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s