« I Need Love » – All you need is Kinski!

All we need is Kinski 🙂 *

Et comme il dit au médiocre Mourousi :  « C’est pas la peine de continuer de cette manière, parce que j’ai pas le partenaire pour ça« .

Et c’est vrai que Mourousi n’est absolument pas à la hauteur du talent inné de Kinski ; et je le dirai toujours « Kinski ne peut pas tout se permettre, son talent le doit! ». Bien entendu, Mourousi veut faire mousser le Klaus … franchement minable.

Ca va pêter …

Car effectivement toutes les crises qu’il a piquées sont l’éclat de son talent : les metteurs en scène ou réalisateurs qui n’ont pas réussi à le retenir, transmettre « le désir » sur leurs projets n’étaient pas capables de s’élever à son niveau.

Ceux qui y sont parvenus, par contre, ont réussi en fin de compte à rendre Kinski dépendant – rien moins – de leurs films ou spectacles avaient son niveau, très certainement.

Herzog y est parvenu, forcément pas sans mal – jamais Woyzech n’a été aussi bien interprété que par Kinski qui est admirable de simplicité et de vérité.

Et Woyzech**, c’est casse gueule pour un réalisateur, metteur en scène ou comédien (l’ai vue jouée plusieurs fois, l’ai étudiée aussi, tant au théâtre qu’à l’opéra) ; ce n’est pas pour rien que cette pièce est un des « monstres » de la littérature dramatique – Georg Büchner, l’auteur, est lui même un météore!

Et vive le dandysme décadent à l’allemande 😉

And he needs love like all the rest …*** (nb : ai pas lu le bouquin)

* : Me contenterais de Nastassja, sa fille, qui reste à mon sens la femme idéale et fantasmée …

** : Dommage qu’on ne trouve pas d’extrait suffisant sur internet … donc, le trailer.

*** : Woyzech aussi « needs love » … comme Kinski. Simple, non?

Publicités

20 réflexions sur “« I Need Love » – All you need is Kinski!

  1. J’avoue que c’est un des meilleurs acteurs que j’ai connu. Dans tous ses films, il me faisait peur, j’avoue.
    Dans les westerns italiens des années 60-70, il apportait un note hallucinante (ex : El Chuncho de Damiano Damiani, et bien sûr « Et pour quelques dollars de plus » de Leone).
    Je suis d’accord pour Woyzech, techniquement difficile à jouer et à mettre en scène.
    Quand à Mourousi, c’est la cocaïne prise avant les JT, qui lui donnait cette assurance. Un peu comme Delarue (avant ses ennuis de santé).
    J’avais bien aimé Nastassia Kinski dans Faux mouvement et Paris Texas de Wim Wenders.

    • L’ai découvert Klaus dans « Le grand silence », un western avec jean-Louis Trintignant, film qui m’avait marqué ado d’autant que c’est … le méchant qui gagne à la fin, et ça j’avais trouvé géant!!!

      Ca devait pas plaire à « l’abruti » de John Wayne, ni à l’inteligentsia éthique (sc) des studios d’Holywood…

      Y’en a-t-il un seul sur les plateaux de télé qui ne s’en mette pas plein les narines … je sais pourquoi je n’ai plus la télé …

      Sans « Maria’s Lover » de Konchalovski (atchoum) très convaincante aussi. Paris Texas bien sûr!!!

      Nastassja l’ai découverte dans « Cat People », film que je trouve pas bon mais où sa beauté physique et son charme avouons le, me laissent encore sur le cul!

  2. J’avais vu un reportage sur Kinski….. Pas évident de travailler avec cet acteur.
    Il se faisait systématiquement renvoyer des plateaux, et d’aucuns ne voulaient plus travailler avec lui…… Excepté certains réalisateurs comme Herzog., Léone etc…..
    Il pouvait être très virulent et complétement imprévisible.
    A son palmarès ,de très bon films ( surtout avec Herzog) mais aussi d’improbables navets.
    « Pôvre » Mourousi avec sa p’tite tête de cravate !

    PS: Herzog, avait été tellement poussé à bout par Kinski, qu’il avait songé à payer des tueurs pour éliminer ce dernier !

    • Oui, je l’ai vu ce reportage, sur arte web!!!

      Imprévisible, c’est exactement pourquoi il est génial – virulence due aux frustrations de projets moyens? Se dire que ce type s’est fritté même avec l’immense Bertolt Brecht … il doit être fou!!! 🙂 BB qui n’était pas un « moyen » …

      Herzog à aussi dans ce reportage une très haute estime de lui-même … se prend pas pour de la merde non plus. Mais de belles réalisations.

      C’est vrai qu’il est a tuer, parfois

  3. « He needs (needed) love like all the rest » – ça me chiffonait d’où cette phrase de chanson vient!

    Ai retrouvé : cette merveilleuse chanson est de Rod Stewart, un des plus grands textes sur l’amitié, et ici l’homosexualité, jamais écrite et chantée.

    Magnifique. Et Rod Stewart je l’aime immodérrément.

  4. Ornitho dit : Herzog à aussi dans ce reportage une très haute estime de lui-même … se prend pas pour de la merde non plus. Mais de belles réalisations.

    Se prendre pour de la merde ou du Ka(f)ka ?
    Merdre aurait pu dire Ubu !

  5. Bon d’abord, je te souhaite une très bonne année!
    Ensuite, je savais bien que tu mentionnerais Nastassja 🙂
    Kinski reste une de mes catastrophes naturelles préférées : une gueule, un talent, un caractère… découvert quand j’avais 14 ans…

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s