Merveilles, péchés capitaux …. et capitauyota by K.O., par « 7 »… et « 8 ». Retour sur Le Mans 2012

3 histoires par « 7 » – après le « 666 » du dernier billets, pour un retour sur les dernières 24H du Mans remportées par Tréluyer, Fässler et Loterer sur Audi (R18 E-Tron Quattro, première victoire d’une hybride diesel – électrique)

(C) J. Sueur – Endurance-info

Tréluyer, pilote de l’Audi, avait « présenté », avant la course, les « 7 péchés capitaux du Mans, » à ne pas commettre bien sûr! :

NDLR : textes issus du communiqué de presse De Tréluyer – via Endurance-info.

L’orgueil :

« Les 24 Heures du Mans ne pardonnent rien, et surtout pas le manque d’humilité. Il ne faut pas arriver en terre Sarthoise avec trop de confiance. Rien n’est jamais gagné, même si tu possèdes la meilleure voiture et que tu es le mieux préparé du monde. »

La cupidité :

« Il ne faut pas en vouloir trop ! C’est absolument génial de signer la pole-position comme nous l’avons fait l’an passé, mais il ne faut pas prendre tous les risques pour la réussir. Il ne faut pas prendre le risque de sortir la voiture et compromettre la suite du week-end. Il faut opérer un travail sur soi ! Savoir se retenir. Savoir se dire non ! »

L’envie :

« Évidemment, tu as le désir d’être devant tout de suite, mais cela ne sert à rien. C’est au levé du jour que l’on voit si l’on peut jouer la gagne ou pas. L’an passé, je suis parti en tête. Tant que je roulais seul, tout allait bien. Je roulais à mon rythme en toute sécurité, mais quand j’ai commencé à rencontrer du trafic, j’ai failli me faire sortir par une Porsche. Là encore, il faut savoir prendre sur soi, laisser couler. C’est dur de s’y résoudre, mais c’est crucial. Il faut tenir un bon rythme pour rester dans le même tour que le leader du moment, mais à sa main, sans sur-piloter et en économisant la voiture. »

L’égoïsme :

« La cohésion de l’équipage est primordiale. Il faut penser aux autres avant de penser à soi. Ne pas être égoïste, en fait. Il faut dégrader la voiture le moins possible pour la remettre dans le meilleur état possible à ses équipiers, et ne pas donner de surcharge de travail à ses mécanos. Il faut ramener la voiture aux stands comme tu veux la recevoir de tes équipiers. Il est important de ne pas trop prendre les vibreurs, de ne pas taper dans les freins, de préserver la boîte de vitesses, etc… »

La gloutonnerie :

« Cela peut paraître une évidence, mais il ne faut pas manger de trucs trop gras. Ce n’est pas toujours facile car, quand tu viens de faire un double ou un triple relais, tu es terriblement affamé. Tu as envie d’un repas bien consistant, mais il ne faut surtout pas. »

L’excès :

« Il ne faut pas se laisser distraire. Jamais. Il faut savoir relâcher la pression, mais ne pas se laisser détourner de l’objectif final. Il faut rester dans sa bulle, celle qui s’est construite toute seule au fil des jours avec tes équipiers et ton équipe. Il faut rester concentré tout au long de la semaine, et pas seulement durant la course. Par exemple, je m’interdis d’aller manger chez des amis – et j’en ai pourtant beaucoup dans la région – durant la semaine des 24 Heures. Rien ne doit dévier ton attention. Il faut aussi essayer de dormir le plus possible. Il faut se forcer, là encore, car tu as toujours tendance à vouloir suivre l’évolution de la voiture quand tu n’es pas au volant. Il est important de bien se relaxer pour être en forme au moment d’assumer ton relais. Au petit matin, il faut que les pilotes soient eux aussi dans un bon état de fraîcheur et pas seulement la mécanique. »

La colère :

« Il ne faut pas faire de gestes anti-sportifs car ils se retournent toujours contre toi. Serrer une GT car elle ne t’as pas laissé passer, manquer de respect à d’autres voitures et pilotes, sont des actes que tu finis toujours par payer. Certains pilotes de Sport-Prototypes ne se rendent pas compte que rouler dans une GT peut être plus difficile que d’évoluer dans une LMP1. Si tu veux gagner, tu te dois d’être respectueux de tout le monde ».

(c) image 2012 – Claude Foubert / Endurance-info

Après la course, et la victoire en poche, il nous présentait ses 7 merveilles du Monde … du Mans 2012! (texte (c)-2012 Benoît Tréluyer – endurance-info)

Le retour au Mans :

« Les essais préliminaires ne font pas partie de la semaine du Mans mais, pour moi, ils appartiennent tout de même à l’épreuve. Je ne suis plus revenu sur le circuit depuis notre victoire en 2011, et quand j’ai franchi les grilles, quand je suis entré dans l’enceinte, j’ai vraiment été pris de frissons. Des frissons de bonheur ! J’espère revivre cela en 2013. » 

Le pesage :

« Je ne savais pas comment j’allais être accueilli par les fans en tant qu’ancien vainqueur. Je dois dire qu’avoir gagné Le Mans fait une sacrée différence. Avant, j’étais un petit peu connu des amateurs de sport auto. Cette fois, le champ s’est très largement étendu. Je n’avais encore jamais entendu mon prénom scandé par les fans ! Je ne recherche pas le vedettariat, bien au contraire. Par contre, j’adore le contact avec les gens, avec les fans. Passer à la télé, ce n’est pas trop mon truc. Je n’en ai jamais rêvé. Mais c’est vraiment sympa de recevoir des mots d’encouragement, de se sentir supporter. Ces échanges, mêmes brefs, sont des moments très forts. »

La Pole :

« Cette année, nous nous sommes organisés un peu différemment au sein de l’équipe. J’ai pris la voiture pour faire les réglages de base. Ensuite André (Lotterer) a été le premier à passer un train de pneus neufs car les conditions le permettaient et, comme il était bien, nous avons préféré le laisser en piste. L’an passé, j’avais signé la pole. Cette année, André en avait très envie. Il adore les qualifs, il adore « aller au charbon », et tout s’est opéré presque naturellement. Avec Marcel (Fässler), nous n’avons jamais vraiment douté, sauf peut-être quand Loïc (Duval) s’est mis à tomber les temps. Il était vraiment très rapide. Comme de notre côté nous n’avions pas mis les bons pneus au bon moment, il nous a fait un peu peur. Je sais, vous allez me faire remarquer que je suis le premier à dire que la pole n’est pas importante mais, que voulez-vous, dans le feu de l’action, le tentation est toujours grande d’aller chercher quelque chose qui est à portée de main. Nous avons succombé à la tentation ! »

La veillée d’armes :

« Vendredi soir, après la parade, nous nous sommes tous retrouvés au restaurant de l’hôtel. Tous les pilotes Audi, avec épouses et enfants. Un vrai moment d’amitié et de partage. Nous avons – un peu – oublié la course pour passer un vrai moment de détente. Le docteur Ullrich n’était pas loin, à une table avoisinante. Je crois que cela lui a fait très plaisir de voir « ses » pilotes partager spontanément un vrai moment de complicité. Cela correspond bien à sa vision de la course, aux valeurs qu’il souhaite que son écurie défende. C’est tout bête, mais cela restera l’un des moments forts de cette édition 2012. »

La mise en grille :

« Les mécanos qui poussent les voitures, la photo de groupe, le rangement en épis et le petit parfum de nostalgie qu’il véhicule, les dernières accolades, l’occasion de voir enfin les potes des autres écuries car tu n’as pas relevé la tête du guidon depuis que tu es arrivé, et puis la tension qui monte, qui devient palpable… Rien que d’évoquer tout cela, j’en ai la chair de poule. » 

Le relais du matin :

« Le moment où j’ai donné tout ce que j’avais ! Jusqu’alors, j’étais resté fidèle aux préceptes de mon vieux maître Henri (Pescarolo) qui est de ramener la voiture à ses équipiers en bon état sans avoir pris un seul risque. En plus, lors de mon relais de nuit, j’avais fait un choix de gommes un peu trop conservateur qui avait pénalisé mes temps. Quand je suis monté dans la voiture, c’était définitivement le moment de passer à l’attaque. L’an passé, nous avions suivi la même stratégie qui s’était révélée payante. J’ai poussé, poussé. Quand Allan (McNish) a eu sa sortie de piste, je me suis dis que j’avais peut-être été trop loin dans l’attaque. Puis, les nouvelles rassurantes sont arrivées : il était ok et la course pouvait continuer pour l’Audi n°2 ! Maintenant, je dois avouer que je me suis senti soulagé en constatant l’avance que nous avions désormais et qu’il fallait défendre. »   

Le podium :

« 2010, mon premier podium. Comme cette année, il était 100% Audi. J’étais fou de joie, mais seulement deuxième. 2011, la victoire au prix d’une lutte acharnée contre Peugeot. Encore le plein d’émotions, un truc extraordinaire mais complètement différent de l’année précédente. 2012, trois équipages Audi se retrouvent sur le podium et nous sur la plus haute marche. La joie est toute aussi profonde, mais peut-être un peu moins démonstrative. Malgré l’absence de Peugeot, nous avons offert un beau spectacle aux fans. Un duel qui s’est prolongé jusqu’à l’arrivée et qui est une belle expression de l’esprit sportif de Audi. Sur le podium, avec André (Lotterer) et Marcel (Fässler), nous avons eu aussi une pensée pour nos amis Guillaume Moreau et Anthony Davidson qui ont payé leur tribu à cette vieille dame – 80e édition – parfois cruelle. Nous leur souhaitons un prompt rétablissement et leur disons à bientôt sur les circuits« .

(c) 2012 – Julie Sueur / Endurance.info

L’autre « 7 », c’est le n° de dossard de la Toyota de Nicolas Lapierre! Qui mène ici une superbe lutte contre l’Audi n°1 de Treluyer. La suite de la vidéo nous montre aussi le décollage de la Toyota « 8 », pilotée par Anthony Davidson.

http://www.endurance-info.com/version2/actualite-endurance-11656.html

(c) image 2012 – Laurent Chauveau / Toyota TS-30 Hybrid (essence – électrique)

Quand au décollage « assisté », péché capital d’un ferrariste qui n’en manque pas, de capital, vu que c’est un pilote payant… et qui confond précipitation et pilotage… Il faut savoir que les profils aérodynamique « en aile d’avion inversée », afin de coller les voitures au sol, sont de véritables « armes » lorsque le contact n’est plus assuré avec la terre ferme – « l’avion » reprend le dessus…

Ceci dit, il va « bien », Davidson, après le salto(yota).

http://www.endurance-info.com/version2/actualite-endurance-11492.html

Sinon, le plus intéressant c’est dans les images du combat Toyota – Audi. Le reste néanmoins est aussi partie intégrante de la légende du Mans!

Publicités

10 réflexions sur “Merveilles, péchés capitaux …. et capitauyota by K.O., par « 7 »… et « 8 ». Retour sur Le Mans 2012

  1. bon ok , je vais délier ma langue .
    Je viens de tout lire . C’était pas gagné d’avance ; il fait chaud , pourquoi pas découvrir un monde . Eux aussi doivent avoir très chaud dans leur petite voiture , nous avons cela en commun
    J’ai même appuyé sur le play de la vidéo ; ça démarre fort
    ça va trop vite j’ai pas tout vu . Je me suis proposée de chercher à relier les péchés aux merveilles … mais c’est toute une philosophie et j’ai perdu la course. Je ne sais pas si c’est Davidson sur la photo mais je suis dans le même état . Elle est joli cette photo
    Il y a une petite chanson pour finir, et je réalise :dans les courses vues à la télé j’ai aimé le bruit , fascinant , captivant ….
    mais je suis dépassée ; je n’ai connu que de très loin le monde des moteurs et encore ! uniquement les concentres de motos Ducati quand j’étais batteuse dans un groupe féminin pour mettre l’ambiance le samedi soir .
    j’ai voyagé en terre inconnue , c’était sympa , merci Ornitho

    • Il est d’une sacrée équipe, internationale (et en trio avec un Suisse et un allemand) – un écossais, des italiens, un danois, un espagnol.

      Y a du beau Monde chez la marque à l’anneau (et chez Toyota aussi ceci dit.

      Je l’apprécie Tréluyer, pas la grosse tête et manifestement un bosseur, et une tête « bien faite » et bien posée !

      Pour le foot, j’ai vu aucun match, j’ai juste eu droit aux concerts de klaxon italiens ou espagnols … quoiqu’il arrive en finale, il va y avoir du son sur les routes (pfff!)

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s