« Billoyez » – Concours « nanar de l’été ». « Vaginocrastination »

Il pleut et je t’attends. Toi, ou n’importe quelle tarlouze de flic en costume de bal, n’importe quel clodo de quart …

J’attends, à poil comme un ver, scotché sur cette saloperie de paratonnerre … pour sûr que je vais m’faire crever la panse …  salope.

Féministe qu’elle disait cette chienne – mon cul ouais, une vaginocrate au vinaigre, le genre qu’on aurait du étouffer avec son cordon ombilical à la naissance, conne comme un tsunami au Sahel … et j’te raconte pas sa sale gueule et sa bouche qui postillonne crade un vrai car-wash, et bigleuse … rien pour elle sauf à la fête foraine …

Mais qu’est-ce que j’suis allé foutre dans cette croisière – j’essplique! Cette chienne j’l’ai rencontrée à la soirée de l’amicale des cheminots de la gare de Saint-Ouen … des fois on s’égare … cette pute elle s’approche de moi (forcé, j’étais le seul vrai mec du truc!), et v’la qu’elle me dit profond de sa sale gueule

– « Vous aussi vous êtes dans le féminisme? ».

– « Moi? », qu’j’y réponds sans y dire trop, « suis pour la paix des méninges comme qui dirait hein« .

Là-d’ssus elle me sourit c’t’espèce de Joconde … merde elle me drague la bourgeoise j’me dis … et j’te raconte pas toute la sauce qu’elle me sert, et v’la ti pas qu’elle m’offre un verre la relique de hall de gare …

– « Pourquoi pas » que j’li dis … l’erreur mon pote … et la faute tournoie ô-d’ssus de nos têtes comme un vautour qu’à soif d’avoir trop pensé comme dirait l’autre*.

– « Et après tu m’emmènes chez toi, c’est ça hein« , qu j’li dis goguenard, à la poufiasse. Patate qu’est-ce qui te prend ça résonne dans ma caboche. Bref, me v’la ni de l’une ni de la deux embarqué, sitôt dit, sitôt bu, là v’la ti pas qui m’dit

« Bouge pas la crevette j’vais chercher la tire, j’t’offre un autre trip à l’amicale des postiers d’Honfleur« .

-« Bah, ok« , qu’j’y dis à l’auto-tapineuse (salope!) « La posss’ qu’ça m’connaît qu’j’suis né d’dans rapport à mes parents, …  » pas le temps terminer la v’la qui se débine …

J’aurais pu peinard me casser tranquille, mais non!!! …  bad trip j’reste là comme un con qu’attend comme qui dirait un coin d’paradis d’un p’tit bout d’femelle …

P’tain qu’elle se la ramène dans sa bagnole de grougnasse et qu’elle me fait

– « Monte, ma poule, on part en virée … j’te vire ta cuti cute cute bichon joli »

Moi, quand tu me dis des gros mots d’amour j’me roule en farine comme qui dirait, je me morfonds dans le chamallow donc, fatal syntax error, j’li rétorque rien et j’assieds mes fesses de couillon dans sa caisse à ploucs (un cabrio, ça me débecte!).

Après, j’me rappelle de rien, juste une torgnole en travers la gueule et un

–  » Bouges pas, j’reviens connard … »

Il pleut et je t’attends. Toi, ou n’importe quelle tarlouze de flic en costume de bal, n’importe quel clodo de quart … à poil nu comme un ver qu’à perdu la foi … p’tain.

Gare de Saint Ouen …

Publicités

17 réflexions sur “« Billoyez » – Concours « nanar de l’été ». « Vaginocrastination »

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s