« Violence Ornithorynque Production » is coming soon (ou presque)

Demain, nouveau départ … je l’ai attendu ce moment. A force d’attendre des subsides divers pour la création, d’être ennuyé (pour rester poli) par l’Office National de l’Emploi (Onem ; que je nomme affectueusement Gestap’Onem, au « gré »  de diverses sanctions distillées avec tant d’amour ces 5 dernières années (+/- 3 à 4000€) – et qui n’a pas eu l’heur de leur plaire, du tout, ce « néologisme »), ainsi que de devoir compter mes sous même pour travailler j’ai décidé de monter ma propre « boîte ».

Ca commence demain, le lundi 17 septembre 2012! En effet, grâce à des Fonds européens d’aide à la création d’entreprises, il existe des cellules « pôles de formation » – ici Azimut, une coopérative d’activités et accompagnement financée par le FEDER -FSE de la Commission européenne, ainsi que la région wallone (plan Marshall etc …) et autres institutions fédérales, et située sur Charleroi.

(c) image / folder azimut (www.azimut.cc )

La « chose » se fait en plusieurs phases, bien entendu. Une première étape de trois semaines nous met en formation collective pour travaux pratiques, rendez-vous individuels. Elle se termine le 5 octobre par un entretien individuel … qui me rend nerveux, car c’est là que le projet est soit stoppé soit encouragé.

Seconde étape, dans une durée comprise entre 1 et 6 mois (selon rythme, besoins, …), ateliers d’approche collective et coaching individuel (communication, objectifs, intégrer les réseaux, business plan, …).

Ensuite, et pour (pré)finir, une période « teste ta boîte« , où pendant 20 mois l’activité est lancée sans risque – maintien des allocations sociales … ça tombe bien, l’Onem essaie de me radier ces temps-çi, à vie, mais j’ai la peau dure (l’appeau?), Onem qui doit collaborer pour cette période ( 🙂 ) ; prise en charge de la gestion comptable, bourse de préfinancement, …

Entre 6 et 20 mois, c’est l’objectif réaliste que je me donne. Et si je suis sans moyens financiers, je ne suis pas « sans armes« , y compris question gestion : j’ai un titre d’accès à la profession pour le métier de carrossier : 2 années de cours de gestion liée à l’activité, dite « patronnat », ainsi  qu’une année en plus comme étudiant à horaire décalé en marketing, toutes deux assurées par les « classes moyennes » (centre PME). Sans oublier 6 années de gestion de dossier et financement européen (FSE Objectif 1), dans le cadre de mon boulot en « Développement communautaire », au centre culturel régional de Charleroi (meneur de projet), via l’organisation de formations à temps plein pour adultes.

www.azimut.cc

http://europe.wallonie.be/

http://www.wallonie.be/

http://www.fse.be/les-programmes/2000-2006/objectif-1

Vous me direz : « Mais le théâtre, alors? ». C’est exactement sur ce terrain, et plus précisément la création d’un espace culturel et centre de production que je me base : organisation d’ateliers théâtres, création et locations de costumes & fabrication de décors, ouverture d’espaces de répétitions et d’exposition (arts plastiques, …), ciné-club, travail d’animation pour divers opérateurs (écoles, centre culturels, …), main d’oeuvre technique pour spectacles (régies son ; création lumières ; …) et, bien entendu – of course – création théâtrale et/ou cinématographique. De ce point de vue, j’ai et les compétences artistiques et les compétences techniques. Bien entendu, ce sera complété par les boulots que je fais déjà, au lieu d’ue fiche de salaire, ce sera une facture (tournages ; anims, …).

Le public visé : les pros du spectacle ou artistes plasticiens, musiciens (les pros pas les « du dimanche »), mais aussi la population locale, les enfants … et (haha) les intélectuels de Gauche. La droite, pour reprendre une phrase de  Higelin : « qu’elle aille se frotter la chatte et les couilles! ».  Ou qu’elle paie… autant se faire des ennemis tout de suite, et je le dis sans rigoler trop …

Le nom? « Violence Ornithorynque Production, espace culturel de création et de production artistique ». Voila! Et très certainement à finalité sociale, aussi.

« L’Ere des poissons« , ma nouvelle pièce, n’est pas oubliée, que du contraire, elle en est l’élément fondateur, avec toutes les collaborations artistiques et pédagogiques qui se mettent en place. Et j’aurai une structure administrative sur laquelle m’appuyer.

Le temps? … oufti!!! Ca va être du 7 jours sur 7 et ça, j’aime. Le 5 octobre me fait un peu peur, car je propose un « produit culturel » (mais aussi de services!), au sein d’un modèle à logique économique … c’est sa force, c’est sa faiblesse … à moi, de le défendre, et de l’imposer.

Publicités

15 réflexions sur “« Violence Ornithorynque Production » is coming soon (ou presque)

  1. A lire ce billet, je me retrouve toute secouée… Mais serais-tu une vraie tornade? Un ouragan? Un typhon?
    Faut ce qu’il faut, je suppose. M’a l’air super-dur le domaine dans lequel tu travailles…

    • Faut se battre, c’est sûr … la « vraie » vie d’artiste, pour peu que cela veuille dire quelque chose. Mais en même temps c’est ça qui est gai malgré les galères, et je profite bien de la liberté que me laisse la vie … loin de toute obligation familliale. Sans ça, je chanterais sans doute un peu différemment.

      Ca me fait penser à ceci tout d’un coup :

  2. Si j’ai bien tout compris, il faudra patienter au moins 6 mois pour voir enfin la naissance de ton nouveau bébé ornithorynque. Bravo, toutes mes félicitations, bon courage, bonne route et etc…..

    • C’est le moins que je puisse souhaiter … avec le risque stressant que l’idée se casse la gueule le 5 octobre.

      Sinon, merci … mais n’applaudissons pas trop vite, il y a du boulot – ce qui me motiverait plutôt, ça c’est une certitude!

  3. Tiens bon comme toujours et encore , avec courage , détermination . Ne rien lâcher de l’ouvrage
    Chapeau bas à tous les artistes qui mettent leur vie au service de l’Art . Il y a de quoi être joyeux pour vous et plein d’espoir 🙂 🙂 🙂
    MERCI

    • Lâcher? Jamais … je meurs sinon! 🙂

      Et que les gens continuent avec foi et détermination à aller au théâtre, visiter des expos, s’exploser sur un écran de ciné … et défendre ce bien de tous : l’Art ; ce grand seigneur humble qui nous raconte qui nous sommes dans une société qui veut gommer l’individu et le réduire au rang de consommateur. Riez, plaurez, mettez vous en colère, mais soyez des spectateurs vivants, critiques et enthousiastes ; gifflez nous quand on oublie d’être singulmers, (im)pertinents, sauvages et beaux.

    • Je prends, même dans le pif! En face de moi, l’adversaire : le modèle économique – je crève de trouille pour le 5, et je peux affirmer que je me bats pour que le projet existe, soit crédible.

      In ze noze paf! Two fingers.

  4. Oui, la vie d’artiste de théâtre ou de cinéma, si on n’est pas dans le groupe des quelques personnes « connues » est vraiment dure. Si tu as fait du marketing, tu dois savoir que le titre de la société, avec « violence », risque d’être peu vendeur. Ce n’est pas une critique.

    • Tout à fait d’accord pour le terme « violence« , mais c’est à moi de le … v … ven … c’est dur à dire … de le vendre (ça y est, coming out en cours!). Et associé à Ornithorynque, ça devrait aller. Et en même temps à moi d’imposer la spécificité du terme. Côté marketing, je n’ai fait que survoler une petite année, mais j’étais curieux – ça m’est resté ouf, la curiosité.

      Et pour une « boîte de prod’ … « violence » ça envoie au charbon, ça dit bien ce que ça veut dire. Quand on a joué « Violence Ornithorynque« , au théâtre cela a suscité bcp de curiosité et d’interrogations sur ce que c’était ce projet (bingo!)

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s