Echos … et bosses.

16

7 janvier 2013 par L'Ornitho

Echo à ma pauvre caboche qui pense trop ; en écho aussi à un billet vertébré de Prévert chez Pakita.

Echo, écho, écho … restes brouillard d’un temps passé et qui reste, en suspens tiré par une ride.

Echo à un amour d’une insondable tendresse pour Serge Reggiani, aussi! Depuis l’enfance, qu’il a su si bien nous conter.

reggiani1[1]

Et je ne radote pas, c’est juste l’écho … du temps qui se cogne et nous laisse des bosses. Poc.

Advertisements

16 réflexions sur “Echos … et bosses.

  1. Et une sacrée gueule à bosses, le Reggiani – à force de jouer avec les échos d’un monde qui se carapate, sans aucun doute.

  2. leodamgan dit :

    J’aimais beaucoup Reggiani, autant comme acteur que comme chanteur. C’est vrai qu’il paraissait tendre et sensible.

  3. pakita48 dit :

    Que dire de plus… J’aimais aussi beaucoup, mais le déjeuner de soleil je ne m’en souvenais pas … il y a aussi : il suffirait de presque que rien, les loups, ma fille, ma liberté…. etc je ne sais plus…
    bonne soirée

  4. snake0644 dit :

    Reggiani avant de monter sur scène, avait un petit tonnelet de vin dans sa loge, et buvait pour se détendre. En général il était bourré en arrivant sur scène, mais remplissait parfaitement son contrat.

  5. Babel dit :

    J’avais aussi une tendresse particulière pour Reggiani.. grand bonhomme, même si la fin était douloureuse à voir et à entendre !

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :