Le retour aux affaires … « j’me voyais déjà »… qu’y redit.

36

24 mai 2013 par L'Ornitho

On ressort, petit à petit, de son trou. Pas (glo)rieuse la vie d’artiste – crise de confiance ; maladresse émotionnelle et intellectuelle. Si on veut.

cropped-384745_487937254569569_300889618_n1.jpg

Quelques castings, importants, loupés … ne même plus oser consulter les annonces, sa boîte mail, de peur des refus, des ratés etc … On remet de l’ordre dans tout ça, et aussi son intérieur, nettoyage de printemps.

Heureusement, il y avait les anims en classe pour l’Unicef pour me faire voir le monde réel.

On retourne aux affaires mais je ne pensais pas être pris dans cette absence de tourmente… Un appel pour un remplacement en catastrophe sur un travail étudiant (qui m’a stressé – quelle désorganisation : absences des comédiens, retard du maquilleur) sur lequel je me suis finalement amusé, sans prise de tête, des propositions d’animations théâtre pour cet été, un casting « pub japonaise » qui se passe bien (je veux dire dans le plaisir, avec une boule dans le ventre avant d’entrer) … ai même failli tomber amoureux d’une bien jolie dame au regard mutin … à qui j’avais tenu la porte 5 minutes plus tôt, à la sortie d’un bar où j’étais allé boire un Vittel menthe en attendant l’heure du rendez-vous (pourquoi je l’ai pas regardée plus franchement en quittant le casting, elle qui me regardait avec un air content et intrigué?)

Je redeviens timide, c’est que ça va mieux, sans doute…

Mes traits ont vieilli sous mon maquillage
Mais la voix est la, le geste est précis et j’ai du ressort
Mon cœur s’est aigri un peu, en prenant de l’âge
Mais j’ai des idées, je connais mon métier et j’y crois encore
Rien que sous mes pieds, de sentir la scène
De voir devant moi un public assis, j’ai le cœur battant
On m’a pas aide, je n’ai pas eu de veine
Mais au fond de moi, je suis sur au moins que j’ai du talent.

Y’a de ça!!! mon talent je n’en ai jamais douté – j’ai bossé (et dreamé, aussi).

Le plus dur, c’est de pas pouvoir donner ce que j’ai à offrir, simplement, JOUER et apporter ma singularité et enthousiasme (le fric je m’en tape, en gros).

"Sunday Morning" .... le nez dans les flowers ;)

Et je pose pas les armes qu’on se le dise.

Advertisements

36 réflexions sur “Le retour aux affaires … « j’me voyais déjà »… qu’y redit.

  1. oth67 dit :

    L’Ornithorynque II, encore plus fort que le premier !

  2. LO dit :

    Echo…
    Redevenir soi, quand le poids du vide a transformé tous les regards, à commencer par le sien propre, quand le miroir ne renvoie plus que l’image d’une incapacité, d’un être profond inadapté, quand socialement, professionnellement, humainement, on se sent tant à côté de la plaque que l’on se retire peu à peu du monde jusqu’à être absorbé par le décor, anonyme et anodin… On se fond dans ce fond… « absence de tourmente »… et un jour, va savoir pourquoi, une pincée de plaisir quelque part et l’envie à nouveau…. d’être soi, d’ouvrir une porte sur un sourire… sourire de soi, sourire de se reconnaître et le dire.

    Contente de te lire!

  3. marlaguette dit :

    Moi je t’aime… Et toc ! Petite déclaration pour ton retour 🙂

  4. Tuxnux dit :

    Et tux aussi il t’aime mais que ça doit être dûr de se confronter en permanence à ces castings.
    Les asiatiques on un grand respect de l’expérience, tu as toutes tes chances 😉

  5. ◘ẅ◘ dit :

    Tout le monde en passe plus ou moins par là et pas toujours avec talent 😉

    • On y passe mais parfois on ferait bien le détour … à postériori … quoique …

      On suit son petit bonhomme de chemin, sans carte. P’t’être c’est pas plus mal …

  6. Minyu dit :

    Oh… Je suis de tout cœur avec vous ! Le plus important c’est de ne pas douter, et de vouloir jouer. Comme c’est le cas pour vous, la reconnaissance, et donc, un rôle important, ne saurait tarder !

  7. marlaguette dit :

    Je reviens faire un second bisou… sur l’autre joue…

  8. tetinenoire dit :

    Tu dis plus haut :  » « J’ai deux » comme on dit …  » Deux quoi ?
     » J’ai deux amours le troisième attend son tour « .. ?!?!.. Pour paraphraser une célèbre chanson !
    Allez Orntho, ce ‘était qu’un petit grain, (de folie ?! ) pas encore la grosse tempête qui ravage tout…… tu te relances et hop !!

  9. blogadrienne dit :

    héhé l’ambiance est à mi-chemin entre la Passante de Baudelaire et les Petites pratiques germano-pratines d’Anna Gavalda 😉

  10. snake0644 dit :

    Bon courage. Je suis trop angoissé de nature pour faire ce genre de « métier ». Et en plus je n’ai aucune mémoire pour apprendre ne serait-ce qu’un petit poème.

    • Oups! Sorry pour le délai de réponse (le rush de qque chose, mais dont je n’ai pas encore circonscrit le kesskim’veulent!).

      Oh, la mémoire … pas mon fort non plus – mais à chacun son type de mémoire spécifique (visuel, auditif, …) – par contre j’ai une excellente mémoire physique (mouvements, déplacements, …), j’aurais du devenir danseur 🙂

  11. Amaya dit :

    j’vois tout ça comme un bon terreau , ….
    🙂

  12. Amaya dit :

    « Le plus dur, c’est de pas pouvoir donner ce que j’ai à offrir, simplement, JOUER et apporter ma singularité et enthousiasme (le fric je m’en tape, en gros). »

    mon homme connait cela aussi … dans les mêmes termes , singularité , enthousiasme , … oui c’est je crois le plus dur ; on ne peut empêcher une plante de pousser , un musicien de s’exprimer , un acteur de jouer alors comment faire ?
    bon courage

    • Eh si! on peut : la coupe, radicale. Dans 6 mois je me retrouverai sans revenus, viré du chômage (il est vrai que je refuse de me présenter aux convocations).

      Néanmoins, ça me demandera d’être d’autant plus créatif. J’ai tjs préféré les périodes de galère aux périodes (dites) « confortables » où, finalement, tout va bien finançièrement (sic), mais où on s’endort.en fin de compte. Qu’ai-je fais de mes années où je travaillais à temps plein etc … je ne retiens rien de ses années là!!! stagnation de l’âtre humain.

      • Amaya dit :

        « Néanmoins, ça me demandera d’être d’autant plus créatif. »

        c’est un peu dans ce sens que je parlais d’un bon terreau

        « il est vrai que je refuse de me présenter aux convocations »

        je te comprends

        Mon homme n’a jamais pu rentrer dans un système , et n’a jamais touché de chômage , mais sa souffrance est de n’avoir pas ou trés peu d’occasion de donner ou partager son art car il est singulier , les petites folies font peur , les chemins de traverses sont parfois solitaires …. Comme tu le dis si bien, le reste il s’en tape … mais je suis en quelque sorte son… mécène , lui assurant le strict minimum vital , …

  13. rosamere dit :

    Serait-ce le manque de soleil, l’absence de chaleur..Ici, et là et même ailleurs on sent le doute, il s’installe, s’étale. Il en faut de l’énergie pour le déloger et lui dire de se faire tout petit. ,;)

  14. ◘ẅ◘ dit :

    Comment vas-tu L’Ornitho ?

  15. Amaya dit :

    anniversaire ?
    bon anniversaire ! 🙂

  16. pakita48 dit :

    Après une pause pour cause de déménagement, je passe faire un petit signe… J’espère que les mails, appels ont repris, en attendant bises amicales.
    ps. le soleil est de retour alors ….

    • Hello! soleil de retour aussi ici sur la Gelbikue! Contrairement à notre monarque chéri, l’ornitho n’a pas encore abdiqué 😉 – Espère réussir à avoir pour le coup un retour « effectif » sur la toile.

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :