Le nan’art et la manière … juillet cinema, en 2 temps!

Même si entre 2 tournages, on ne fout rien (paraît-il!), c’est quand même un sacré travail, où il n’est pas toujours facile de donner du sien … abnégation quand tu nous tiens …

2 tournages en ce mois de juillet, aux antipodes l’un de l’autre. Un court-métrage que je qualifierai de nanar – assumons, au risque de fâcher l’équipe par ailleurs bien gentille, et un long-métrage dans ce que ça a de déplaisant : les tâches de bas-étage dites de figuration (précisons immédiatement que je refuse toute forme de figuration – on apprend rien, on perd son temps et surtout, surtout, surtout, faut se farcir la faune des figurants et je les hais, pour leur bêtise humaine, artistique et cinématographique, en général).

Tout d’abord, le nanar, « Massacre autour d’une pizza« , court-métrage dit « comédie décalée » par son réalisateur. Une réalisation amateur – appelons un chat un chat, dans laquelle je tiens le rôle central (cf photos). Pas de soucis, on m’a appelé et j’ai accepté, en connaissance de cause on dira – avais besoin de tourner, d’avoir de nouvelles images et me sortir de ma déprime. Pas question donc de dire « je savais pas, je voulais pas venir », non! Et malgré le mal de dos dont j’étais sérieusement affligé (bloqué et sous anti-douleurs en continu, avec le stress de me reblesser), ce fût une rencontre agréable de personnes qui avaient envie de réaliser un film. Why not? Et j’aime plus que tout apporter mon expérience, mes conseils, ma patience … et j’étais assez libre dans le jeu. Ajoutons que tout amateur que soit ce film, ce qui m’épate c’est la qualité des comédiens qu’Arno, le réa, a réussi à amener sur le projet, dont plusieurs professionnels (Juan, Amandine, Sarah) et des non-pros expérimentés, qu’on ne peut considérer comme amateurs. C’était nettement plus faible du point de vue technique – et c’est là que le bats blesse. Bref l’expérience était sympa humainement … on aura qui sait de bonnes surprises, et je souhaite au projet de réaliser tout son potentiel. Le plus de ce projet pourrait-être que ce soit créé dans l’esprit « je fais un nanar et je l’assume comme tel, de manière parodique », car c’en est une, de parodie (de film d’horreur, en l’espèce). C’est son premier projet, et j’imagine qu’il a beaucoup appris de ce travail (sinon …). Ajoutons que nous avons logé sur place (Tournai), et que l’accueil était formidable, vraiment, avec une équipe attentive à nous rendre le séjour et le travail agréable. Aucun regret, donc.

Il y aura une avant-première, une projection sur Bruxelles le 14 septembre à 15H (espérons un changement pour l’heure!), sur la péniche « Fulmar 1913 », quai des péniches 22 à 1000 Bruxelles.

Avant première "massacres autour d'une pizza"

Avant première « massacres autour d’une pizza »

La manière!? A l’autre bout de juillet, un long-métrage anglais, complètement pro : « The Price of Desire »,de Mary McGuckian (réalisatrice nord irlandaise). Rôle : silhouette … le genre frustrant si ..! Je précise que je n’ai pas postulé, mais que l’on m’a contacté – pour des raisons physiques, puisque dans ce film j’apparais (silhouette!) comme étant Amédée Ozenfant dans les années 20, à Paris (un proche des milieux artistiques parisiens et ami de Le Corbusier). Le Corbusier interprété par Vincent Pérez. Mon autre « partenaire » (sic) n’est autre que Shannyn Sossaman (rôle principal, perso de Eileen Gray).

Bon, c’est défrayé (100€, essayages compris) et un contrat c’est un contrat. Ai même accepté qu’on me coupe ma longue tignasse sauvage, c’est dire si je suis de bonne disposition. Comme je l’ai dit, figurant je refuse et silhouette c’est parce qu’on me le demande (je ne postule pas pour ce genre de travail – on apprend rien, c’est frustrant car on est « rien » dans la narration, et j’ai passé l’âge de vouloir rencontrer les comédiens – ils ne m’impressionnent pas et je fais le même métier qu’eux). Mais je n’ai pas complètement perdu ma journée ; j’ai passé la matinée pour le besoin des plans à côté de Vincent Pérez, qui avait du texte en anglais, et c’était intéressant de le voir travailler le texte, suivre les indications de la réalisatrice qui venait près du comédien lui donner ses instructions (comme au théâtre), les indications pour telle ou telle inflexion de ton, ou des consignes sur le sens à donner au texte par le jeu. C’était très pro, of course, avec une réalisatrice très active et impliquée, ce qui n’est pas forcément toujours le cas – gai à suivre! L’après-midi, quelques plans généraux – être dans l’image, où j’ai bien cru que j’allais m’éngueuler avec Elsa Zylberstein, qui était aussi présente. On m’installe à côté d’elle sur une méridienne, occupée aussi par une autre comédienne qui s’appelle Alanis Morissette … direct l’Elsa dis que je la cache par rapport à la caméra etc… après plusieurs repositionnements, je ne suis pas un difficile, et je suis patient – je sers le projet, c’est ok. Pendant les 2 heures que vont durer la prise, j’ai eu à subir (?), entre les dites prises, la conversation entre nos deux comédiennes … Au secours, pitié, n’en jeter plus : deux heures de conversations de bonnes femmes sur la parfumerie … Qu’elles s’échangent des adresses, des conseils ou des bons plans ça peut-être cool, sympa… une vingtaine de minutes ; pas deux heures … un mot sur cinq était une marque de parfum, ou presque – avaient-elles si peu de choses à se dire??? Sinon, la Zylberstein, elle s’est pris un « joli » coup de vieux … les stigmates de ce qu’elle ne sera plus, si j’ose dire.

Dernier plan, une impro … coup de bol!!! Une scène où la vedette (Shannon) fait le tour des salons du Paris des années 20 (peinture, littérature) – il fallait créer une discussion entre artistes … direct j’ai pris la pose à l’image … et le pouvoir sur mes petits camarades de jeu « silhouettes » (Apolinaire, Max Jacob  – différence entre eux et moi? Je suis un vrai comédien), et une situation de jeu je la comprends d’instinct. C’est comme ça, n’en déplaise … Ai donc commencé à raconter tout et n’importe quoi (vraiment?) sur la supériorité du vers anglais à 10 pieds sur l’alexandrin français – la 1ere idée qui me passait par la tête…

Il y a des petits moments comme ça, ou en un tour de main, les frustrations ou déceptions s’effacent. Je venais de sauver ma journée, et comme on dit : c’était bon pour ce que j’ai

J’étais réellement touché et heureux que la scène, aussi inimportante du point de vue de l’histoire soit-elle, d’échanger quelques mots de jeu avec la comédienne et d’avoir été apprécié pour cette scène qui s’est terminée par des applaudissements de l’équipe – ça fait un bien fou, ça rassure et sa donne presque envie de chialer tellement ça gomme du noir. Et sans un public, on existe pas. Voila. Je pourrais être pointilleux et exiger que le contrat soit revu vu que je parle … et donc tiens, un rôle (800€ au lieu de 100, dans le cas de figure). Mais je serai sport – et j’aurais trop peur qu’on vire le plan …

http://www.iftn.ie/broadcast/BroadcastNews/?act1=record&only=1&aid=73&rid=4286230&tpl=archnews&force=1

Pas de docus photos ici, j’ai des consignes de la production et s’est en toutes lettres dans le contrat. Quelques images coulisses de « Massacre autour d’une pizza », ça je peux (back to reality!), ainsi que le teaser qui annonce le court-métrage …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour info… ou rappel … même moi des fois j’l’oublie lol :

CV en ligne :

Comédien : http://www.comedien.be/patrickleonard

Metteur en scène, animateur :

http://www.comedien.be/patrickleonard?metier=1_mens

Page FB comédien :

https://www.facebook.com/Patrick.Leonard.Comedien

Publicités

48 réflexions sur “Le nan’art et la manière … juillet cinema, en 2 temps!

      • Mais je dois bien admettre qu’en tant que comédien, vu le manque de reconnaissance, le manque de moyens, la pression de l’ONEm (Office National de l’Emploi) pour que nous nous attachions à « faire un vrai métier », je trouve ça un peu dur … 20 ans de travail, de passion (dont 7 d’études supérieures), de remise en question et « finir » silhouette c’est hard.

        Mais il ya peu de choses que je voudrais faire d’autre que ce métier de comédien (si si c’est un métier)… et il y a les « accidents » comme pour ce tournage anglais, pour finalement se rassurer.

        • Quelle belle tranche de vie, d’avoir à lire un point de vue de comédien, une idée de rémunération, une opinion sur les acteurs, les equipes techniques et leurs comportements dans ce milieu difficile j’imagine.
          Merci pour cela, c’est une bonne lecture comme je les aime, avec beaucoup d’honnêteté. Vivre de sa passion, aussi dur que cela puisse être, j’ai essayé avec le dessin auparavant, j’ai abandonné pour différentes raisons… Les années ont passés, avec un « vrai » métier en poche comme on dit, mais la passion ne m’a jamais quitté, pire, elle ne fait que progresser, m’habiter et continue de grandir. Alors, pourquoi ne pas ré-essayer de vivre de cette passion en prenant le risque de perdre le « confort » salarial? Je n ‘ai pas la réponse (pas tout à fait) mais j’admire votre tenacité et ai absorbé chaque mot de votre texte.

          • Merci, le texte pourrait sembler prétentieux (ce n’est pas ce que vous dites, c’est ce que je pense!), mais effectivement j’essaie de le rendre brut de fonderie, direct … et il semblerait que c’est ce qui le rend sincère (ça je le crois aussi!).

            Je ne refuse jamais un boulot, car j’aime être actif (si les gens de l’Onem comprenaient ne fût-ce que cela!!) … J’ai fait le taxi 7 ans pour financer mes études, travailler comme monteur forain, …et dans l’art pour des domaines très différents : ici une régie ou création son ou lumière, travailler comme techno dans des théâtres, peintre à l’Opéra (je suis diplômé en carrosserie, aussi … comme premier métier, ce qui m’a servi en scéno pour un spectacle – je soude, je peints … au pistolet lol) pour un spectacle, là une animation …

            Beaucoup de temps bénévole pour l’Unicef … et là il y a un mi-temps animation et pédagogie qui se libère (plus ça m’intéresse pas … besoin de temps de création, de recherche!) donc on verra … mais combien de mises en scènes avortées faute de subsides, … on s’accroche, et surtout j’AIME ce métier, et le partager… même si à un moment on « en a marre » de l’absence de moyens (jamais d’idées par contre … mais pour les mettre en oeuvre c’est pas simple sans argent!)

            Je vous souhaite toute la réussite méritée, avec votre art et vos dessins, car là, c’est moi qui reste sur le cul de ce travail d’artiste 🙂

  1. J’avoue que pour moi, c’est limite de l’hébreu ce texte, je ne connais strictement rien à la technique du cinéma et Je n’ai pas la moindre idée des critères permettant d’évaluer les qualités de la réalisation d’un film…
    Mais tu as l’air satisfait, c’est le principal… 😉
    J’espère que tout ira bien pour toi.

    • Merci 😉

      Enfin satisfait, avec pas trop grand chose mais j’ai l’impression de pas avoir bcp tourné en 2012/2013, en tout cas de projets intéressants. Longue période où j’ai échoué sur des castings importants, aussi, en long-métrage.

      • Du point de vue technique, « massacres autour d’une pizza » souffre au niveau du son et de la qualité de l’image (pas aussi grave que le teaser – c’est une « copie de copie »!), deux domaines difficiles où l’équipe manquait clairement d’expérience … et de matériel ; mais ils voulaient le faire et ils l’ont fait. C’est bien pour eux, j’imagine qu’ils auront progressés pour le prochain film, d’autant que l’envie y était et le scénario était sympa et assez bien écrit, pour le genre.

  2. J’adore ton billet, brut et franc, ça fait plaisir de te voir de retour en forme et en force!
    Il faudra que tu nous préviennes dès qu’on pourra voir le long métrage, je n’irai que pour toi, la parfumerie pendant 2h, ça me gonfle… 😉

  3. j’ai essayé de postuler pour de la figuration, mais sans assez de conviction. Il faudrait que j’essaie vraiment… pas facile le métier d’acteurs, décrocher des rôles. Certains sont très demandés, d’autres beaucoup moins !

  4. C’est quand même très intéressant de voir le dessous des choses, dans ces genres de métiers. Et en plus on se cultive sur la parfumerie. Cela me rappelle des randonneuses du RIF qui arrivaient à bavarder non-stop pendant 6h, quelles soient les difficultés. Heureusement en randonnée, on peut s’éloigner… 🙂 🙂 🙂

  5. A propos de nanars, George Clooney a bien tourné dans « Return Of The Killer Tomatoes » (1988), un des sommets du genre.

  6. Bonjour,
    J’ai lu ton article attentivement. Ma belle-fille à Bruxelles à l’occasion, a joué récemment dans une troupe de théâtre amateur. 900 kms étant la distance actuelle pour voir la pièce, je n’ai pas pu.
    A Tournai, il y a longtemps que je n’y suis pas allée. Ma petite-fille s’y trouve actuellement en logement temporaire. Et ma fille habite Ath.
    Quant aux coulisses de ce que tu racontes, si les nénettes ont parlé de parfumerie pendant de si longues heures, pfff, quelle horreur ! Bah, tu sais lorsque j’étais intérimaire il y a de cela de nombreuses décennies lors du boum de ce métier entre 1987 et 1989 où je n’ai pas eu une seconde à moi, j’étais envoyée de ci de là dans diverses missions très agréables, sauf que travailler avec des femmes, cela n’a jamais été mon truc. Nous ne pouvons pas parler des mêmes choses. Les futilités, comme la parfumerie, je n’en ai aucune connaissance, trop cher pour moi lol, à l’époque les enfants, je n’en parlais pas du tout, par discrétion, et puis ce n’étaient pas mes sujets favoris. Conclusion, je restais isolée et je lisais ou bien me promenais dans le centre de Bruxelles pendant ma pause de midi.
    Il est intéressant de lire tes descriptions de coulisses, qui ne m’étonnent guère. Les détails sont croustillants de par tes commentaires imagés. Quant au titre, il me fait éclater de rire au niveau de la dérision. Tout dépend du sujet. Attendons plus tard, secret oblige si j’ai bien compris.
    Bon je me réinscris sur ton blog, ce fut raté la dernière fois.
    Bon week-end.
    Geneviève

    • Jolie ville Tournai, avec une population très accueillante – des gens simples, gentils ; une ville qui se prend pas la tête, contente de son statut ville de Province (sic).

      La parfumerie, au début s’était sympa : échange de bons plans entre une parisienne et une habituée de Londres, c’est plutôt sympa … après c’était un peu l’escalade de celle qui aurait le dernier mot sur l’autre (surtout Elsa Zylbmachin).

      Effectivement, secret pour le film – mais sincèrement ça devrait être pas mal, à première vue – pour une fois j’irais bien voir le film (je n’ai vu aucun des longs métrages que j’ai tourné), et si on m’invite à l’avant première, j’irai sans doute (invvités aux autres y suis pas allé non plus … je devrais soigner mon image lol!), mais j’ai ici une participation moins importante que dans les autres longs.

      Bruxelles, une chouette ville à découvrir par petits bouts.

      Travailler avec des femmes, perso je n’ai jamais eu aucun problème, que du contraire, j’aime assez, on est très complémentaires – elles sont organisées, précises, … soucieuses de leur image pro’, … moi moins lol!

  7. Et hop voilà pour l’inscription les nouveaux articles arriveront ainsi dans ma boîte privée.
    Je ne comprends pas que la dernière fois cela ait raté. Les mystères de WP sont parfois insondables ou alors c’est moi qui ai fait une mauvaise manipulation. Je suis une grande distraite. 🙂

    • J’espère que ça marche maintenant!! Ai bien reçu l’info « d’abonnement » au blog via ma boîte mail, donc ça devrait fonctionner. Mais WP réserve des surprises, même avec des blogs habitués ; peut-être une question de compatibilité Windows ..?

  8. je passe
    et il s’en passe des choses !
    je reviens pour lire tout ça tranquillou
    avec plaisir
    un peu plus tard

    à bientôt

  9. Capitaine courageux et patient ! 🙂
    La patience rend beau pour les prochaines vies . Pas mal comme salaire , rapport sur investissement 😆

    Bon sinon j’ai ri sur le teaser de la pizza et c’était pas gagné avec moi , .. l’horreur je suis très mauvais public , j’ai bien aimé le montage son ( enfin je ne sais pas comment on dit ) et l’affiche est sympa , le nanar ne fait pas trop nanar , mais je n’y connais trop rien alors ce que j’en dis , bof
    Deuxième tournage …. on sait jamais , des moments magiques ne sont jamais vraiment prévisibles mais tu es allé au devant , tu t’es fait plaisir et tu as fait plaisir , c’est l’essentiel parfois .
    Les nénettes alors , c’étaient des romantiques si je comprends bien 😆
    et tu as été un gentleman , je suis admirative , je crois que j’aurai craqué
    merci pour ce partage

    • Pas mal comme salaire..? 100€ moins les déplacements (38€ pour le jour de tournage et celui des essayages costume) … c’est nul … un rôle c’est minimum 385€ la 1/2 journée (droits images etc inclus, …)

      Tu ris sur le teaser … dois-je m’inquièter ..? je me demande …

      Les comédiennes ne sont pas des romantiques – métier où il faut avoir les pieds bien sur terre et les dents acérées … si il y a du romantisme c’est « pour la forme » lol!

      Gentleman je sais pas, pro sûrement (je vais pas me griller non plus à faire un caca nerveux … + tard, quand je serai « bien connu », célèbre, oui là je serai insupportable (un peu à la Klaus Kinski) 🙂

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s