Jeu « Nationale 7 », les auto-stoppeurs (liens, bilan, résumé) & « Sous l’épave, la plage »

41

28 janvier 2015 par L'Ornitho

Bon, je prends « un peu d’avance », avant le bilan prévu ce jeudi minuit, mais ça reste valable. Pour minuit j’aurai ajouté les liens vers l’ensemble des textes participants. Ce ne fût pas l’embouteillage dirons nous, mais là n’est pas le principal. Celui-ci réside dans le simple … voyage qu’est l’écriture d’un texte, partagé en lecture – plein de place à bord pour les « auto-stoppeurs/ses de la lecture » (montez, on vous emmène!). Pour les autres, la Nationale 7 en hiver, c’est pas forcément glamour 😉

50501_195911_DONNA_LYNN_02_123_391lo

On se refait une beauté au bout de la route …

A la suite des liens du billet, ma petite contribution au voyage!

Ils étaient du voyage, de l’aventure : ils cheminent entre rêve, enfance, assis à côté de jolies camionneuses ou au volant de quelque auto rutilante ou pourrie … la route était ouverte, ils se sont engouffrés – un grand merci sincère à nos aventuriers-voyageurs !!

10906236_801362336584763_575838880457268787_n

Oh, la jolie voiture !!

~~~~

Par ordre d’arrivée sur la côte d’Azur des commentaires :

valentyneValentyne : « Duel au Soleil »

https://lajumentverte.wordpress.com/2014/10/14/duel-au-soleil/

DominiqueDominique : « Vacances d’été en Corse« 

https://dodomartin.wordpress.com/2015/01/25/jeu-dcriture-une-route-du-stress-une-voiture-oui-surtout-une-voiture-et-le-tout-pendant-des-vacances/

ChachasireChachasire : « Cargo de mes rêves »

https://differencepropre.wordpress.com/2015/01/26/jeu-decriture-nationale-7-la-route-des-vacances/#comment-2078

Y'a aussi pour les dames ;)

Y’a aussi pour les dames : le beau Steve 😉

Voici l’ornithorynque contribution : « Sous l’épave, la plage »

« Alors étudiant sans le sou, ça va de soi, j’acceptais souvent des petits boulots – j’aurai tout fait, de la maçonnerie à la brocante, du taxi au baby-sitting. Apprécié pour ma bonne humeur, mais aussi pour la confiance qu’on pouvait donner à un gentil saltimbanque débrouillard qui, décidément, ne suivait que sa « dure tchèsse« * mais sur qui on pouvait compter, sans trop se soucier de petits caprices inhérents à sa manière d’être …

Pouvoir m’offrir des vacances, c’était clairement pas souvent – quand on à l’âme bohème, on aime à bouger, découvrir du pays. Surtout en voiture – j’adore conduire, et pas besoin à ce sujet de faire un dessin à mes amis de l’époque

Alors quand on m’a proposé ce boulot de descendre de Belgique vers Marseille des voitures destinées à l’exportation, j’ai pas trop hésité – le deal était simple : tu prends l’auto, tu la conduis jusqu’au bateau, et hop là la voila partie pour le Maroc, la Tunisie ou le Congo, on te donne l’argent pour l’essence et le retour en train. Un job sympa, avec des rencontres d’un jour ou de 20 kilomètres, avec les personnes que j’embarquais, ci et là.

Putain, tu parles d’un cadeau, j’aurais pas pu rêver mieux!. Vous pensez bien qu’une fois arrivé sur place, mon envie n’était pas de remonter illico. J’avais envie de profiter du séjour et du climat local, météorologique et humain – on a 20 ans, les filles sont jolies et on veut profiter de la vie. Et pas qu’un peu. Sur place pas de grands frais – dodo sur les plages, sandwichs, fruits et produits locaux, achetés dans les petites boutiques du coin …

Donc, l’argent du train – et mes gentils patrons le savait, et m’y poussait le sourire convenu, passait dans le petit supplément de séjour. Je remontais donc en auto-stop, avec plus ou moins de réussite.

J’étais sensé descendre vers Marseille par les grands axes, mais je n’ai pas l’âme autoroutière – l’essence y est plus chère, et il y a les péages … Depuis Paris, je descendais par la Nationale 7, en variant les itinéraires – une fois Beaune, une fois Nevers, et, plus bas, toujours en passant par Lyon, j’alternais Gap et Avignon.

Tout se déroulait pour le mieux. Pendant les périodes de congés et de vacances, je répétais ces petits voyages. Il est à noter que la clientèle qui achète ces voitures est très différente selon qu’elles partent dans le Maghreb ou au Congo … Tunisie, Algérie ne veulent plus des bonnes vieilles « Pigeot 504 mazout » (on est au début des années 80!), ce qu’ils veulent ce sont des japonaises fiables et simples d’entretien – à ce titre ils sont servis, avec un max de Toyota et autres Mazda, qui ont maximum 4 ou 5 ans.

Un jour, j’ai tout de suite vu que la voiture à descendre cette fois-là ne partait pas pour les doux pays du tajine, mais bien le Congo.

Une japonaise, mais pas fraîche et qui claquait du cardan, déviait de la rotule – pas question d’embarquer du matériel de dépannage, fallait revenir sac au dos. Ça allait être un challenge, d’autant que fidèle à mon habitude, je ne suivrais pas la route la plus directe, la plus sûre. Ma dure-tchèsse. J’avais donné mon itinéraire au responsable, mais vous pensez bien que ce n’était pas celui boulot, mais bien celui détente et farniente que j’allais suivre. J’allais être servi ! Au moment où je devais être sur Nevers, je me la coulais douce sur Beaune.

Quand je dis coulais douce, c’est façon de parler. En réalité, j’avais explosé le cardan avant gauche, celui qui dansait de bonheur depuis le départ … Parti sans un sou de rabiot, j’étais bel et bien dans la mouise. Trouver un cardan pour Toyota Tercel, en France, c’est un peu comme chercher de la viande de gnou à Gdansk dans l’hiver soviétique… et les pièces japonaises … c’est bonbon, sans compter les délais de livraison. Et faire appel à mes boss ça la foutrait mal.

Je passe les détails, mais avec  l’aide de Touring-Secours et d’un garagiste hilare à l’idée de me balancer des blagues belges tandis qu’il effectuait une opération de fortune : redressement au chalumeau et soudure, je pus repartir … à petits pas.

Plus un sou en poche j’en étais réduit à chasser l’auto-stoppeur, en essayant de lui soutirer quelques francs pour l’essence – je les recherchais à la sortie des stations, en plus de faire la manche. J’avais ma petite pancarte, « Cherche auto-stoppeur sympa pas frileux de quelques sous. Conversation assurée« . Ce n’était pas simple, car à la vue du style chaloupé de l’engin en déplacement, ça ne rassurait pas le chaland.

Ce furent, de cette aventure aux rebonds multiples, avec ses bons et moins bons souvenirs, les quatre jours les plus pénibles de ma vie d’automobiliste et de jobiste. Arrivé avec plus de deux jours de retard, le bateau n’avait pas attendu. Et il me fallait remonter … Ce fût mon dernier voyage, vous vous en doutez.

Ce fut aussi le dernier de cette voiture. Je crois qu’elle y est toujours, la pauvre ».

16-1982-Toyota-Corolla-Tercel-Down-On-The-Junkyard-Picture-courtesy-of-Murilee-MartinVoila ! 🙂

n847564157_568212_620

(c) image Patrick Leonard

Texte dédié amicalement à Gérard « Banane » Roland, pour l’esprit d’aventure et de liberté qui l’animent, et transmet aux personnes qui le rencontrent. Un caractère entier, et un aventurier de l’humain, aussi.

* Dure-tchèsse, ou tête de mule … tétu quoi!! (mais dur de dur!)

Carte-PCA-01.jpg1_.

Cliquer pour agrandir !

247573-le-pique-nique-dominical

Advertisements

41 réflexions sur “Jeu « Nationale 7 », les auto-stoppeurs (liens, bilan, résumé) & « Sous l’épave, la plage »

  1. Marlaguette dit :

    Désolée l’Ornitho… De grosses préoccupations prennent le dessus en ce moment… Je déclare forfait :((

  2. - chachasire dit :

    Super les textes, en effet par comparaison je suis plus court. Tant mieux, that’s my style.

  3. brindille33 dit :

    Bonsoir l’artiste,
    Je ne découvre ce jeu que maintenant, avec une pointe de regret personnel. Toutefois, je n’aurais pas pu y participer, j’ai beaucoup de mal déjà avec mon blog dont je suis éloignée pour diverses raisons, et en ce moment de santé, pas grave du tout, mais qui ont fait que je suis restée au lit une bonne semaine très affaiblie. Et puis deux opérations à venir, bref, de quoi voir venir, aussi sans gravité. En ce moment j’aimerais tant reprendre l’écriture, car enfin je puis un peu plus revenir vers les blogs.
    Un petit coucou au passage 🙂 en espérant que tu vas bien.
    Bisous et bonne nuit, bonne journée, bonne semaine, bon w.e. 😀 A bientôt j’espère. Je reviendrai lire bien entendu. Je mets une étoile dans mes mails.
    Geneviève

    • Remets toi bien, donner du temps au temps.

      Ici, la routine hivernale (sic) … on rêve de voyage. Bon repos. Et si ça te dit, écrits nous un texte si tu veux, un de ces quatre …

      • brindille33 dit :

        Merci à toi pour la suggestion 🙂
        J’en ai un en cours quelque peu caustique et ironique. Bon je verrai la tournure qu’il va prendre sur un sujet bien réel. A bientôt 😉

  4. LO dit :

    Je suis infiniment désolée d’avoir été dans l’incapacité de pondre quoi que ce soit. Ma pensée ne s’est pas libérée. 😦
    C’est néanmoins avec plaisir que je lirai les textes déposés par les plus prolixes que moi 🙂
    A bientôt

  5. ◘ẅ◘ dit :

    Pareil pour moi, j’ai commencé à lire, mais n’avais pas du tout l’inspiration, sorry… 😦

  6. Leodamgan dit :

    Si j’ai bien compté, il n’y a que 4 participants visibles pour l’instant ou c’est mes yeux? On est plusieurs à t’avoir dit, l’Ornitho que les délais étaient trop courts!
    On n’a pas eu le temps de lire le règlement que le délai de dépôt des textes est échu…
    Bon, je vais lire quand même.

    • Leodamgan dit :

      Et pourtant, j’insiste, parmi les gens qui ont déclaré forfait, il n’y a pas habituellement des flemmards du clavier…

    • Oui 4 ! Il me semble avoir tenu +/- les mêmes délais qur lors des concours précédents. Je ne suis pas hermétique à l’arrivée de textes, surtout si certains les ont écrits – d’autant qu’avec 4 participants à l’écriture, les votes font moins sens (mais j’en ai reçus).

      Le thème était peut-être pas un bon thème. Ca arrive, et je n’ai aucune acrimonie ; un peu déçu, mais plutôt pour ceux qui se sont lancés.

  7. Dominique dit :

    On vote quand, je ne trouve plus les modalités !

  8. Dominique dit :

    Classement dans l’ordre :

    1- La jument verte
    2- Capitaine Courageux
    3- Chachasire

    voilà, voilà !

    Je te laisse mettre les points, bisou et bonne nuit !

    Si tu as besoin d’aide pour le classement…. 😉

  9. Valentyne dit :

    Très beau texte l’ornithorynque 🙂
    Quelle épopée jusqu’à Marseille 🙂
    Bon dimanche 🙂
    Je file lire les autres textes …

  10. - chachasire dit :

    j’ai pas gagné alors ?
    ce fut trés drole. merci à tous.

  11. Désolé, L’Ornithorynque, le sultan m’a bloqué dans la ruelle de la poterne du jardin (on dirait un message de Radio Londres)… et m’a pas laissé le temps de filer sur les routes….

    la prochaine fois ?

  12. Voici un proverbe japonais – je crois – qui me semble de circonstance :
     » Le chemin qui conduit au sommet (ici, nous dirons Marseille) a pour nom persévérance. »

  13. Elleirame dit :

    Là j’ai le temps de passer (grippée et HS), je vois que la date est largement dépassée… Dommage…
    pour moi la N7 c’était les dos d’âne et avec mon frangin quand on voyait LA ligne droite avec ses hauts et ses bas, on se mettait à hurler pour que mon père accélère et il avait pas intérêt à tricher, on voulait sauter sur les deux ou trois dos d’âne qui se suivaient à cet endroit-là. Où ? je n’en sais plus rien. Au pays des petits bonheurs d’enfance… seule certitude.
    Bises du fond du canapé!

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :