« Bienvenue à Charleroi », documentaire de Jelle Dijkstra

9

30 janvier 2015 par L'Ornitho

« Bienvenue à Charleroi », un reportage documentaire, à voir sur Vimeo (18 minutes)

Charleroi, ses plaies et ses racines bouffées par la gangrène. Son humanité profonde aussi, comment faire sans?

C’est là que je vis, suis né, évolue. C’est une lutte permanente entre oubli, volonté d’en finir et le mirage d’un « jour nouveau ». Une ville poubelle, dans laquelle évolue une humanité belle, généreuse mais perdue. Perdue car abandonnée … une ville moche  mais de manière belle, singulièrement portée pas ses « petites gens ».

Une ville où je ne me sens pas du tout en insécurité, du point de vue humain ; une ville où nous subissons par contre la répression administrative, le fossoyage social organisé, et là, politiquement, j’ai peur. Peur pour l’humain. Pour le carolo.

Patrick.

« The Walloon city of Charleroi is disintegrating. The bleak streets have been vacated and the men in the bars stare across their glasses of beer to the past rather than the future. What opportunities are still available here? Who wants to live here? Who is to blame for the decay? Sober observations of the city get a personal touch through short contemplations by young and old inhabitants who, despite often being negative, still seem attached to this working-class town in the south of Belgium.

Director / Camera / Co-Editor: Jelle Dijkstra
Co-Director / Co-Editor: Derk Zijlker
Interviews: Lysanne Kok, Mundo Resink, Roel Braeken
Sounddesign: Sam Huisman
Editor: Amos Mulder
Post supervisor: Jochem Van Rijs »

1069279_10201618535611053_3699666_n

(c) image 2013 : Etienne Dufour.

Mes articles écrits sur cette ville – coups de gueule, de griffes, mais de cœur aussi.

https://capitainecourageux.wordpress.com/?s=Charleroi

leonard-giot-610

Advertisements

9 réflexions sur “« Bienvenue à Charleroi », documentaire de Jelle Dijkstra

  1. Asphodèle dit :

    IL y a pas mal de Charleroi(s) en France aussi… Il me semble. J’ai la chance d’habiter à la campagne, dans un petit village (avec ses inconvénients, aussi) mais nous n’avons pas du tout les mêmes priorités qu’en ville. Cela dit quand les dirigeants sont nazes, que ce soit ville ou village, ça n’arrange pas les choses, voire ça peut amplifier des problèmes qui n’en étaient pas… Sans parler de la « corruption », il n’y a que la famille et les amis du député-Directeur du Conseil Général qui travaillent correctement…

    • En fait les politiques d’ici ont honte face à leurs « amis » d’être d’ici, pour la plupart ils n’ont pas eu de famille dans les mines ou les usines (familles de bourgeois, fils et petits-fils d’avocats, de « notables »), alors quand on parle de ville ouvrière c’est comme si on salissait leur joli costume cravate. Non la pauvreté ils s’en foutent, leur image perso ça … et leurs petits et gros profits, ça c’est important. Populisme et arrogance mélangée la politique ici. ET si c’est la crise c’est la faute des « salops de pauvres » , le chômage c’est la faute des gens qui refusent de travailler, c’est un refrain bien connu, huilé …

      • Bien sûr en France aussi – je pense à toute la zone sidérurgique – la Lorraine, les « chtis », aussi. Même humanité. Je pense même à des villes ouvrières dans la jura suisse – La Chaux-de-Fonds, par exemple, qui a connu un gros déclin économique, j’ai une amie qui vient de là, travaille sur Charleroi (metteuse en scène), on en a parlé, je suis allé là-bas aussi quelquefois… même(s) problématique(s)- chômage, reconversion industrielle et/ou economique +/- ratée … désespoir des jeunes, abandon des « vieux ».

      • Asphodèle dit :

        Ha je vois ! Populisme, waouh ! La crise…les banques sont innocentes bien sûr ? Au fait, ta vidéo a été désactivée (les droits d’auteur) (ciel !)…

        • IL faut passer par Vimeo, cliquer sur le lien dans le coin inférieur gauche, et ça t’y emmène – normalement ; ça peut varier d’un pays à l’autre, par exemple pour Arte, je suis souvent « privé » de film car non disponible pour la Belgique.

          • Asphodèle dit :

            Je repasserai tout à l’heure, je suis dans les liens des Plumes de demain, et je dois aller manger (quand même, un peu 😉 ) . Ici depuis que la TNT est généralisée, on peut rester des jours entiers sans télé, voire des semaines ou avec des mosaïques et personne ici ne sait ) qui s’adresser… réjouissant ! Moi ça ne me dérange pas trop, mais j’en connais une autre (ma mère) qui passe sa journée à chouiner…

          • C’est pour demain le texte pas lundi?

            Et aussi un autre jeu, par ailleurs. Mais ça sera dans les marques. Que le temps file vité

  2. Leodamgan dit :

    Bon tu vois, je n’ai jamais mis les pieds à Charleroi. Seulement sur les plages quand j’étais maitresse d’internat à Tourcoing (pas loin de la frontière belge). On y allait le week-end, il y avait des transats et des brise-vent et on bronzait. Ce sont de vieux souvenirs.

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :