« Du balai !!! » [atelier d’écriture : une photo quelques mots – 154è]

45

9 février 2015 par L'Ornitho

une-photo-quelques-mots1

Petite participation à l’atelier « Une photo, quelques mots« , chez Leiloona, brickabook.fr

154è épisode. Il s’agit donc d’écrire une histoire à partir d’une photo, celle ci-dessous.

m_399764325_0

© Romaric Cazaux

(Une histoire qui met en scène mon ami « l’écrivain raté ».*)

« Du balai » (couleur trottoir).

Une fois de plus je me suis laissé avoir. La fois de trop. La énième fois de trop !

« Il s’agit de raconter l’histoire des paumés de la rue à la période des fêtes » … Je me taisais, j’attendais la suite, j’avais peur ça sentait le délire, moi la fête déjà ce que j’en dis … et puis les égarés … « En plus ça serait sympa si vous donniez une touche fantastique au récit, pour ne pas choquer le donateur » … et puis la misère en techniclodo je la vis assez comme ça … « Ensuite, si vous pouviez nous aider à la mettre en forme, pour la représenter, car c’est ça qui nous permettra de récolter des fonds » … si je lui dis que moi aussi ce que je touche c’est le fond, tu crois qu’il va se mettre à chialer le cureton binoclard..?

Abruti d’éditeur. Dans un élan de générosité et pour les fêtes, il a décidé que la Maison offrait son aide à une association caritative. Du pognon faut pas rêver, ça serait trop beau, non! la Maison offre les services d’un de ses auteurs pour la rédaction et la mise en forme d’une histoire biblique… bref, j’ai pas le choix, d’ailleurs je lui dois encore une cinquantaine de pages pour la fin de la semaine. Ça fera office de. C’est tout vu. Et pas un kopeck pour Bibi, c’est pour offrir.

Bref, me v’la face à ce pue-de-la-gueule miro qui me sert sa soupe… « Nous aimerions que ça prenne place dans la crèche, au bout du boulevard, avant l’entrée de la gare » … j’aimerais pouvoir lui dire que les machins en latin-du-trottoir c’est pas mon truc mais le voila qui rajoute, histoire de bien me l’enfoncer … » Et puis, ça ferait surtout plaisir à votre patron – quel saint homme – que vous interprétiez aussi un des personnages… » surtout … j’ai envie de dégueuler ouais … et il se barre, en me laissant l’addition des cafés. Je remets mon stetson, remonte mon col, retrouve la rue et sa neige grise et je me mets à réfléchir tout en marchant au hasard.

Puis me vient l’idée. Tu voulais du sordide, en v’la.

C’est l’histoire d’un charpentier que sa femme fait cocu (mais ça j’le dis pas tout de suite) et qui finit sur le trottoir – le charpentier, pas l’autre pu… sa femme quoi! Il est tellement encornifié qu’elle a le tiroir encombré, et pour survivre, comme il veut pas faire concurrence à la connasse aux yeux d’amadou qui vend ses allumettes aux messieurs, il décide de vendre des boîtes à musique (c’est Noël quoi merde!). La crèche, ça fera la boîte à musique – bonne idée. Arrivent les rois-du-chômage : y sont trois, le premier c’est Melchlore, le blanc, sans boulot depuis que la piscine municipale a restructuré, ensuite arrive Gazepart, l’indochinetoque sans SMIC qui s’est raté le jour de son suicide à cause qu’on lui avait coupé le gaz, qu’il pouvait plus payer. En dernier arrive Balcazar, le black sans papiers, portier lourdé de la salle de Music Hall qui l’exploitait. Voila le topo.

Ils arrivent les bras bourrés de sacoches – l’une devait contenir de l’or, mais elle est vide, elle est pleine « d’hors », d’avis d’expulsion ; la seconde d’encens mais il y a que des chaussettes millénaires … et la dernière de la myrrhe … y en a pas non plus, on l’a remplacée par un miroir où les gens pourront se regarder leur sale gueule (vive Noël !!).

Tout ça avec des chansons et les marmites de l’Armée du Salut. Au moment de la naissance du naze qu’à des clous dans sa destinée, ô miracle, en souvenir, son père – le charpentier, pas l’inconnu – offre des manches à balai, à tous – aux bêtes, aux chiens, aux gens. C’est donc là que j’interviens dans le jeu (je joue le charpentier) – je prends un balai et je raconte, en guise de morale, qu’avant de juger son prochain, il est toujours utile de balayer devant sa porte. Et les rois-du-chômage s’envolent sur leur manche, mendiant au passage quelques sous, au rythme d’une valse lente …

Ouais, là ça me plaît !

Mais voilà que je me rends compte qu’il y a bientôt une heure que je divague, à suivre un type qui trimballe un balai, que la neige tombe plus fort, qu’elle recouvre la rue, les voitures. Et qu’il est temps de rentrer – sale temps pour les plumitifs – allé, du balai …

Je replace mon stetson, remonte mon col et m’éloigne en sifflotant.

2955049177_1_3_c7nZHlPN

Cadeau !!!!

~~~

Manset, la valse et le balayeur arrêté …

* autres textes de ce personnage – cliquer « l’écrivain raté », dans le menu en haut de blog 😉

Advertisements

45 réflexions sur “« Du balai !!! » [atelier d’écriture : une photo quelques mots – 154è]

  1. Kentin Spark dit :

    En lisant votre texte je n’ai pas eu froid, j’ai dansé, réchauffée par cette vision, m’en retourne en sifflotant…

  2. Albertine dit :

    Un sacré sens de la formule choc ! Une vision très incisive du monde de l’édition ! Du bonheur en barre pour le lecteur !

  3. Haha, il me plaît bien, ton délire.
    Par contre, heureusement que l’auteur n’est pas employé de l’éditeur, il a tout à fait le droit de lui dire NON. 😉

  4. sabariscon dit :

    J’aime beaucoup cette approche acide du caritatif et du monde de l’édition. Quelle imagination!

  5. trezjosette2 dit :

    le joli monde des éditions…j’ai apprécié les rois et leurs cadeaux empoisonnés…une histoire au ton « chorosif » qui détonne bien dans la cervelle.

  6. Blue Edel dit :

    Quelle imagination, j’adore… Franchement ça me cause à l’oreille, j’aime beaucoup. Bravo… Vivement le prochain que j’ai ce même sourire idiot sur les lèvres 😉

  7. titine75 dit :

    J’aime beaucoup ta manière de revisiter le nouveau testament !

  8. Leodamgan dit :

    T’es remonté comme une pendule, dis-donc? Ou plutôt l’écrivain que tu mets en scène avec une histoire dans l’histoire…
    C’est un très bon et très original conte de Noël!
    Bravo!

  9. saxaoul dit :

    Pas facile la vie d’écrivain raté !

  10. caribou78 dit :

    J’adore !!! Dynamique et hargneux à souhait !

  11. Alphonsine dit :

    Il m’est sympathique, l’écrivain raté, je crois que je vais le suivre un peu à mon tour. 🙂

  12. Cécile MdL dit :

    Waouh ! Quelle histoire !
    A propos, c’est sur ce blog que j’ai piqué l’idée de mettre une musique sur mon texte !!
    Merci, merci

  13. Fred Mili dit :

    Euh… je crois que j’ai rigolé mais je me suis repris à plusieurs fois.

  14. bene89 dit :

    Quel ton corrosif 😉 J’aime beaucoup la Bible… revisitée à la sauce râleur.

  15. flipperine dit :

    l’histoire de Noël revisitée mais d’une manière rude

  16. J’aime pas, j’adore !
    Et dieu dit : tu ne commettra pas l’adultère !
    – Objection !
    – Ta gueule Marie !

  17. sarah dit :

    J’aime cette réécriture acerbe.
    Ce texte a de la gueule, ça c’est clair.

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :