Ecosse Jour J … (et bonus ENtreFER, de Iain Banks J-1)

26

20 juillet 2015 par L'Ornitho

Youkaïdi youkaïda ci-J l’Ornitho !!! Jour J mais pas a court D Day (désolé !!! pas pu me retenir).

J comme J-vole, J-cours, J-suis (ou presque), J-radie, J-magine … bref Ornitholo-J.

Je vais pas vous faire un dessin, J-ramènerai des photos 🙂

Arrivée prévue, +/- 18 heures. J-gnore déjà où je vais dormir (surprise), j’aurai trois heures pour quitter la ville (Edimburgh, que je visiterai au retour) et planter ma tente dans la nature sauvage (ah oui!). C’est bien le but.

Ca a de la gueule, pas à redire !! Edimbourgh

Ca a de la gueule, pas à redire !! Edimbourgh

Çà résonne dans ma caboche comme l’hymne à la joie de Beethoven qui se mélangerait avec le chant de la Terre de Mahler, avec des textes et des arrangements de Gérard Manset (la phrase « sans barbe qu’on rase »*, résonne à qui mieux-mieux !!).

Edimbourgh, côté verdure !

Edimbourgh, côté verdure !

(« T’as pas ‘core fait ton sac », me dit encore une petite voix de fond – J fous une baffe, tiens, vlan!)

Voili voilou ! Suis (presque) … lancé, en solitaire ! Plus de GSM, d’internet, d’électricité, de brosse à cheveux (les cheveux au vent, na!), de rasoirs (yeah!), d’eau chaude et autres « articulations du monde moderne » …

entreferLe bonus J-1, pas publié hier, l’histoire d’un drôle de voyage en solitaire … épopée du vide, mais aussi du rire, de la mémoire. Court extrait de « ENtreFER » (The Bridge »), de Iain Banks, auteur écossais.

Roman paru en français en 2000, en anglais en 1986. Une tuerie, d’une drôlerie inimitable, et d’une construction narrative singulière (trio de « personnages ») particulièrement bien maîtrisée, dans le relachement.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Iain_Banks

« En rentrant, je jette une pièce par la fenêtre du tram ; elle descend, brillante, mais va vers la mer, et non vers une île. Un ou deux autres passagers jettent des pièces eux aussi, et j’ai la vision absurde des eaux qui finissent par se remplir de piécettes, et tout l’estuaire qui s’engorge avec les débris monétaires de souhaits oubliés, entourant la carcasse métallique creuse du pont d’un désert compact de numéraire.
De retour chez moi, avant de me coucher, je regarde l’homme sur le lit d’hôpital, fixant son image grise et neigeuse si longtemps que je m’hypnotise presque avec ce tableau vide et figé ».

C’est court, mais ça méritera un billet spécifique, au vu des 440 pages du « machin » 😉

Et pour que vous ne vous ennuyez pas à m’attendre, un petit jeu (si si !), qui devrait vous occuper un peu … héhé.

charleroi

edinburghjeuCharleroi … et Edimburgh …

… Le jeu des 7000 erreurs 🙂 🙂 🙂 (si ça ça vous tient pas en attente, pfff !!!)

PS(sssttt) : Ton sac, ton sac … déjà que t’as rêvé que t’oubliais ton sac de couchage (je sais, tu vas pas en vacances pour dormir, tu l’as d’jà dis !!!) … N’empêche, et t’as pas non plus imprimer les billets d’avion … me fait à nouveau la petite voix … pressée de me suivre !

En route !

En route !

* : « Sans lumière et sans gaz. Et sans barbe qu’on rase. Avaler le compteur. Regarder sans voir. Le calendrier. Qui tombe en poussière ».

G. Manset, « Finir pêcheur », sur l’album « Lumières »

Advertisements

26 réflexions sur “Ecosse Jour J … (et bonus ENtreFER, de Iain Banks J-1)

  1. Vous reviendrai en forme pour de nouvelles aventures bloguesques 🙂

    Bel été ou bonnes vacances à toutes et tous !

    Et n’oubliez pas de jouer 😉

  2. Dominique dit :

    Heureux qui comme l’orni, va faire un beau voyage !… 😀

  3. jepamath dit :

    Bon voyage, Highlander. Je t’envie. Marche. Je me souviens avoir lu quelque part quelque chose comme ça: La vérité, c’est comme la ligne d’horizon. On marche pour la rattraper, mais bien évidemment, on ne l’atteint jamais. Qu’importe? L’essentiel, ce n’est pas de l’atteindre. C’est de marcher.
    Et… Ce regretté Audiard le répétait autrement: Un intellectuel assis va toujours moins loin qu’un con qui marche!
    Alors… Un intellectuel qui marche, le mélange sera explosif…
    PS: Ramène du whisky, bordel!

    • Merci ! Je vais marcher « con », je me prendrai pas la tête – ni en idées ni au whisky.

      L’horizon, seule destination possible si on part nomade … ce sera le cas 😉

      Un bel été !

  4. oth67 dit :

    Sur la bannière, c’est le château dans Highlander ?

  5. ◘ẅ◘ dit :

    Va, cours, vole ! 😉

  6. Leodamgan dit :

    Tu n’es pas encore parti.? 😉

  7. monesille dit :

    hi apparemment il n’a pas raté l’avion !
    Bon pour la barbe je suis tranquille mais je vais peut-être réécouter Gerard Manset !

  8. ◘ẅ◘ dit :

    Ah, te revoilà ! J’ai hâte de lire tes aventures :-8

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :