Chris Squire, l’hommage live de YES bassiste d’exception. Et le mien.

Le 7 aout, hier, YES a entamé sa tournée dans le cadre des « Cruise to the Edge », événement annuel où ils partagent l’affiche avec Toto cette année.

C’est aussi, en 47 années, le premier concert sans Chris Squire, bassiste fondateur du groupe, qui en plus a participé à tous les albums parus.  Je pense, au vu des interviews lues ci et là, de la connaissance que j’ai du groupe (vu à de nombreuses reprises – 7 ou 8X), de ce que l’on en sait, que cela n’a pas été facile, humainement, de perdre plus qu’un musicien mais un ami – pensons à Alan White, l’ami de toujours (près de 43 ans de collaboration), très affecté.

alan-chris

Chris Squire & Alan White, 43 années de collaboration et d’amitié réelle, mue par une envie commune d’avancer, de créer et jouer.

http://prog.teamrock.com/news/2015-08-08/yes-farewell-chris-squire-stage-tribute

YES continue, et c’est clairement la volonté de Squire, qui l’a demandé au groupe, et aussi l’assurance de respecter les engagements pris envers le public. Je ne répèterai jamais assez l’amour et le respect du public qu’avait Squire, au delà de son professionnalisme et son exigence dans le travail.

(c) Fiona Barr 2015

(c) Fiona Barr 2015

Il y a donc eu l’hommage rendu, hier soir. Le concert a démarré avec la basse de Squire, seule sur scène, dans la lumière, à l’endroit où il avait l’habitude de se tenir sur scène.

Avec en fond, ce titre écrit et composé par Squire : « Onward », sur l’album « Tormato » de 1978/79. La vidéo ci-dessus est gnangnan dans l’imagerie, mais dans une très belle interprétation.

Contained in everything I do
There’s a love, I feel for you
Proclaimed in everything I write
You’re the light
Burning brightly
Onward through the night
Onward through the night
Onward through the night of my life

Displayed in all the things I see
There’s a love you show to me
Portrayed in all the things you say
You’re the day
Leading the way
Onward through the night
Onward through the night
Onward through the night of my life

Onward through the night
Onward through the night
Onward through the night of my life

Ensuite, en 2016 il y aura la tournée en Europe, prévue avant sa mort, et qui met en avant deux des anciens albums de YES : « Fragile » (72/73) et « Drama » (1980). Ce second album, hors Drama Tour de 1981, n’a jamais été joué en live, tant que Jon Anderson (lead singer 1968/1980, puis 1983/2006) y était, refusant toute intégration dans la playlist (le chanteur sur Drama est Trevor Horn, co-fondateur des Buggles – Downes, son compère est l’actuel claviériste du groupe depuis 2008 et l’était aussi en 1980 sur Drama).

yes-uk2016-headerhttp://yesworld.com/2015/06/yes-uk-european-tour-spring-2016-fragile-drama/?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_term=na&utm_content=Fans_geo-yes_Europe&utm_campaign=Yes_UK/EU%20Spring%202016%20VIP%20Upgrades_organic

Le 14 mai je serai à l’AB de Bruxelles pour voir le groupe, que j’y ai encore vu en 2014, lors de la précédente tournée. Je pense qu’émotionnellement ce sera fort, dur peut-être, que sans doute, j’attendrai à chaque minute son « entrée surprise », comme s’il avait fait une parenthèse … mais je sais aussi que ce ne sera pas le cas, comme ce fût le cas avec Manfred Winkelhock, pilote, décédé en 1985 et pour lequel je m’étais rendu aux 24H de Francorchamps, espérant de longues heures, inutilement bien sûr, qu’il apparaisse dans sa BMW 635, au bout de la ligne droite de Blanchimont, avant la chicane – vers 11h du matin, j’ai renoncé et suis rentré chez moi franchement mal.

Mais comment dire l’influence qu’ils ont chacun eue sur ma manière de concevoir la passion, l’envie, l’opiniâtreté … deux « étoiles polaires » sur ma route nomade en quête … du rêve, de l’envie … Je me DOIS d’y être, simplement – je conserve pour lui une immense tendresse et respect.

Mon hommage à moi, ce sera celui-çi : le morceau, en live, »In the presence of », sur l’exceptionnel album symphonique « Magnification » paru en 2000/2001, dont j’ai vu deux fois le concert, une fois dans une salle de 15000 places, le lendemain, au 3è rang dans une salle de moins de 1200 places … un album conçu pour orchestre, pas une adaptation d’un album existant. Album voulu par Squire, qui a toujours aimé les arrangements et orchestrations.

Si je ne partage pas la vision mystique sur la forme de la présentation du morceau par Jon Anderson, le chanteur, sur le fond, par essence complètement et dans une vision non gnostique.

Sur scène, il sera remplacé par Billy Sherwood, avec qui ils avaient fondés le groupe « Conspiracy » (2 albums). Il a aussi oeuvré dans YES entre 1997 et 2000, et il collaborait avec Squire depuis les années 80, donc ce n’est pas un inconnu. L’hommage qu’il rend à Squire est sincère, voir article ci-dessous.

Billy Sherwood, ici sur scène pour remplacer Squire.

Billy Sherwood, ici sur scène pour remplacer Squire.

http://www.philly.com/philly/entertainment/music/20150805_New_Yes_bassist_Billy_Sherwood_fulfilling_his_friend_s_dying_request.html

(c) Dave Kotinsky

(c) Dave Kotinsky

http://basic-one.com/basiconenews/yes-plays-first-show-since-chris-squires-passing/

Leçon de basse, expliquée par Squire, et si vous aimez, écoutez le, voyez comment il crée et évolue, la manière dont il collabore à la fabrication de basses qui lui sont spécifiques, comment il invente des sons qui lui sont personnels, singuliers, dans une créativité toujours en recherche, en éveil … unique et beau, avec cette humilité des plus grands. Vidéo de 1990.

 Un hommage mérité, simple, évident. Comme l’homme, derrière le musicien talentueux.

Publicités

11 réflexions sur “Chris Squire, l’hommage live de YES bassiste d’exception. Et le mien.

    • 35 ans que je les écoute, qu’ils m’emmènent ailleurs … Squire est pour moi la représentation même de l’idée d’amour, de respect du public et aussi du plaisir à être sur scène – il fallait le voir, tout sourire, s’avancer vers le public, balancer son solo et saluer – en mettant sa basse en l’air pour lui rendre hommage.

    • 50 années qu’il utilisait sa basse originale en concert, pas une copie récente (la magnifique Rickenbacker couleur crème, très simple) + d’autres bien sûr, selon les morceaux. Ça m’impressionne aussi, ils sont indissociables l’un de l’autre … que deviendra l’instrument, un mystère. !

  1. Quel article, on sent toute ta passion sous les mots et autant dire aussi « un peu » de peine !
    Je ne connais pas beaucoup ce groupe, juste de nom en fait. Par contre la leçon de basse est super !

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s