Fracture de communication … mots plâtrés, boulonnés!

25

21 août 2015 par L'Ornitho

Une fois de plus, vais vous parler de moi – tellement d’autres choses que je voudrais raconter …

Un peu de vous aussi : je m’excuse de ne pas répondre à vos commentaires ; ai pour principe de répondre à chacun, dans la très grande majorité des cas. Aussi d’être absent à la lecture de vos blogs – je rattraperai, je suis « out » physiquement pour 6 semaines minimum … dont 3 avec infirmière à domicile, pour soins de la blessure.

La douleur au poignet gauche – triple fracture et opération avec pause de broches (forées dans l’os à travers la chair) et autres bricolages (sic) de fixation métalliques, m’empêche toute concentration (je passe mon temps à faire les cent pas entre la chaise de mon bureau et la porte de la chambre pour oublier la douleur, 4M allé, 4M retour), toute lecture agréable de vos billets …

DSCN2578Je garde vos mails, j’y reviendrai dès que les anti douleurs opèreront pour ce à quoi ils sont faits … pour le moment, ça rigole pas, et je suis en mode communicatif altéré et d’assez mauvaise humeur … l’Ecosse et Londres sont déjà loins …

Ha oui, chute de vélo en rentrant du boulot ! A bientôt … au plus tôt j’espère.

Advertisements

25 réflexions sur “Fracture de communication … mots plâtrés, boulonnés!

  1. monesille dit :

    Désolée pour toi ! une vieille expérience me dit : le pôvre ! ne lésine pas sur les anti-douleurs les premiers jours, on a tous tendance à faire les farauds et ça ne sert à rien. Gobe et dors ! et à bientôt je suis sûre.

  2. Oh, là, là, reposez-vous bien : j’espère que vous trouverez des gentils pour vous faire à manger et vous cajoler. De nos blogs lointains, nous vous envoyons nos pensées les plus accompagnantes. C’est peu mais c’est déjà ça. Courage…

  3. wurtzele1 dit :

    Bon rétablissement 😉 Ce sont les vacances qui se rallongent…
    Espérons qu’il n’y aura pas trop de conséquences négatives!

    En Alsace, on dit qu’il faut attaquer le mal des deux côtés: frictions de Schnaps et longues rasades. Il faut absolument répéter l’opération autant de fois que nécessaire. Superstition additionnelle, coller un St-Christophe sur ce con de vélo et prendre le bus en priant qu’il ne croisera pas un chauffeur chauffeur poids lourd s’étant essayé, de manière préventive, à la première méthode! 😉

  4. jepamath dit :

    Ah ben, tu ne t’es pas raté! Mais pourkouah monter sur un vélo, dis-moi? Tu as marché pendant une semaine, et il ne t’est rien arrivé, à part d’en prendre plein les yeux. Tu reprends le boulot, hyper confiant dans cette force gyroscopique qui a déjà ruiné tant de genoux, de mains, et de mentons, voire plus…
    Je suis d’accord avec l’ami alsacien du dessus: frictions et bonnes rasades. Tu aurais dû ramener du whisky!
    Sérieusement, remets-toi, avec patience.

  5. Dominique dit :

    C’est bien, tu ne fais pas les choses à moitié, décidément quel perfectionniste ! Tu seras réparé pour halloween ???
    Bon ici comme « là-bas » je réitère tous mes voeux et t’envoie de gros bisous.

  6. Leodamgan dit :

    Oh là là… Ne force pas sur le clavier. Les réponses à nos commentaires ne sont pas si urgentes même si elle nous font plaisir.
    Prends bien le temps de te ressouder.

  7. Sylvie G dit :

    Bon courage 🙂

  8. fjva dit :

    Ouch! Ca a l’air douloureux en effet! Anti-douleurs à fond en espérant qu’ils finissent par faire effet correctement. Et personnellement, ce qui marchait un peu pour atténuer la douleur était de jouer à des jeux débiles type Candy Crush : ça nécessite juste assez de concentration pour distraire le cerveau de la douleur mais pas assez pour que la douleur empêche de jouer.

  9. Tuxnux dit :

    Décidément c’est vrai que les Loups ont une vrai mâchoire….
    Et en plus tu es gauche gaucher….. malgré les boulons, tu parles d’un boulot!

  10. oth67 dit :

    Bon courage à toi ?
    Qu’est-ce qui s’est passé ?

  11. Tu réécris déjà – te découvrant ambidextre et résistant à l’antidouleur -, ou tu dictes tes com’ à tes infirmières ?

    j’ai quelques souvenirs de trucs cassés et d’analgesiques… si tu peux te faire prescrire des opiacés, ça vaut le détour !
    🙂

  12. La dernière fois que je suis montée sur mon vélo, il y a trois mois, je me suis cassé le poignet gauche aussi, par sympathie pré-ornithoryque, et je n’ai plus pu (à dire 10x) que poser la main droite et taper à un doigt sur mon cher clavier. Je vous plains de répondre à tous nos commentaires et avec un sourire de faux-cul, j’en rajoute une couche, perverse que je suis ! Bon, je vous dispense de répondre à celui-ci. Le pire c’est que je n’ai pas encore osé remonter sur ma bécane depuis lors. Reposez-vous, c’est tout, voilà mon remède de bonne femme et surtout, ne laissez pas la douleur s’installer car celle-là, il faut la bannir une fois pour toute à coups de machette s’il le faut ! Tayaut !

  13. Valentyne dit :

    Rhoooo la tuile !

    Courage l’ornithorynque … Soigne toi bien …

  14. ◘ẅ◘ dit :

    Je suis désolée, ce billet était passé à la trappe, c’est en lisant les commentaires sur les autres billets que j’ai su que tu avais chu 😦

  15. Mél@nie dit :

    j’ai hésité à biffer « like »… juste pour te souhaiter: bon courage, rapide et bon rétablissement!!!
    * * *
    P.S. mon cher et tendre a voulu éviter un chat et il est tombé de son vélo(son moyen de transport pour aller à « Airbus »!) il y a qqs années… c’est le front et le menton qui en ont pris « grave », heureusement qu’il portait le casque…

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :