Charity Bizzness (instrumentalisation de la pauvreté)

9

20 décembre 2015 par L'Ornitho

Quand je fais l’aumône à un pauvre, on me dit que je suis un bienfaiteur.
Quand je demande pourquoi cette personne est pauvre, on me dit que je suis un emmerdeur.

df3b03bf2d58fef06e32d30917bcd406

En partant de ce constat – vécu – par une connaissance active dans les milieux socio-culturels et de la réinsertion, on peut (doit!) poser la problématique de ce qu’est la pauvreté effective, au jour le jour et s’interroger sur ces actions qui dégoulinent de bons sentiments au caractère ponctuel bien marqué – le temps d’un pic d’audimat.

Ça pause aussi la dérive de ce qu’on peut appeler une instrumentalisation de la pauvreté à des fins d’audimat et d’image des chaînes

Combattre la pauvreté est un problème sociétal qui doit être traiter de manière politique, dans sa globalité, avec pour but d’éliminer les causes et ainsi limiter les effets de cette pauvreté.

http://www.levif.be/actualite/belgique/viva-for-life-la-grande-arnaque-charitable/article-opinion-442967.html

En Belgique, si on sait que plus de 16% de la population vit sous le seuil de pauvreté, qu’à Bruxelles 1 enfant sur 4 vît dans un environnement social défavorable, il serait peut-être temps que les politiques prennent leurs responsabilités …

39815

Petite vidéo qui décrypte la réalité cosmétique des opérations « à grand cœur » du Charity Business médiatique … Ici ça s’appelle « Télévie » (RTL – aide à la recherche), « Viva for Live » (RTBF Vivacité, chaîne publique radio grand public) ou encore « Cap 48 » (RTBF Télévision, aide au handicap – recherche) – un peu comme les « Téléthon » en France.

C’est sûr que traiter vraiment, sur le fond, le problème de la pauvreté ou du financement de la recherche, c’est nettement moins glamour …

Et, pour tout dire, cette charité dans le chef des gens, me débecte – sentimentalisme et pitié dégoulinante, mélo-dramatisation et mise en scène du bon sentiment (sic), passez votre chemin. Manifestons plutôt nos interrogations et défendons le droit social, commun à tous, en bousculant le politique.

Bref, le bon sentiment s’il ne s’accompagne pas d’un réel questionnement et d’une volonté de changement, c’est juste se donner bonne conscience …

fo_sante_chauny_dechargedeletat

Advertisements

9 réflexions sur “Charity Bizzness (instrumentalisation de la pauvreté)

  1. Je partage en grande partie votre point de vue, même si les deux ne sont pas tout à fait incompatible. C’est avant tout un choix de société…

  2. monesille dit :

    Je sais bien que tu as hélas raison, sans compter les organisations humanitaires qui sont prises en otages par des gouvernements sans scrupules. Mais peut-on pour autant rester les bras ballants ?

  3. Leodamgan dit :

    Le spectacle du téléthon en France me donne de plus en plus envie de gerber.
    On dira que c’est toujours ça de donné pour la recherche médicale. Mais cette recherche avance-t-elle? Je n’ai peut-être pas vérifié où il faut mais je n’en ai pas l’impression.
    On fait l’aumône comme les grands bourgeois propriétaires d’usines du XIXe siècle donnaient à la sortie de l’église tout en réprimant férocement toute revendication de leurs ouvriers.
    C’est reparti pour un tour de nos jours.

    • L'Ornitho dit :

      Je trouve juste cette comparaison avec le XIXè – et surtout, ne pas oublier de bien dire merci, et de nos jours, de verser une larme – c’est bon pour l’audimat, ça, coco !!

      La civilisation recule …

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :