Printemps et poésie …

6

21 mars 2017 par L'Ornitho

C’est ce 21 mars. Retour du printemps (?) et Journée de la Poésie.

Ma foi, savoureux mélange … en 50/50, un peu comme la part du jour et de la nuit en cette journée d’équinoxe.

abb9d15b3293a96a3ea116867b2b16d5-1490023933

© NERC Satellite Receiving Station, Dundee University, Scotland http://www.sat.dundee.ac.uk/

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_c-est-le-printemps-vue-de-la-terre-un-matin-d-equinoxe?id=9559448

Alors, la poésie serait-elle de jour ou de nuit emplie ..? Ou d’autres démons habitée ? …

Côté poésie, pour moi le plus grand poète reste François Villon, alors en avant – c’est la fête, avec ceci.

« Frères humains » (Ballade des pendus) de Villon donc, par Léo Ferré … Et ces frères, de jour ou de nuit façonnés ..?

~~

Frères humains qui après nous vivez,
N’ayez pas vos cœurs durcis à notre égard,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous merci.
Vous nous voyez attachés ici, cinq, six :
Quant à notre chair, que nous avons trop nourrie,
Elle est depuis longtemps dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poussière.
De notre malheur, que personne ne se moque,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

Si nous vous appelons frères, vous n’en devez
Avoir dédain, bien que nous ayons été tués
Par justice. Toutefois vous savez
Que tous les hommes n’ont pas l’esprit bien rassis.
Excusez-nous, puisque nous sommes trépassés,
Auprès du fils de la Vierge Marie,
De façon que sa grâce ne soit pas tarie pour nous,
Et qu’il nous préserve de la foudre infernale.
Nous sommes morts, que personne ne nous tourmente,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

La pluie nous a lessivés et lavés
Et le soleil nous a séchés et noircis;
Pies, corbeaux nous ont crevé les yeux,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais un seul instant nous ne sommes assis;
De ci de là, selon que le vent tourne,
Il ne cesse de nous ballotter à son gré,
Plus becquétés d’oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

Prince Jésus qui a puissance sur tous,
Fais que l’enfer n’ait sur nous aucun pouvoir :
N’ayons rien à faire ou à solder avec lui.
Hommes, ici pas de plaisanterie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre.

~~

françois-villon

François Villon, poète de jour et de nuit …

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Villon

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Villon

Autre version, par Serge Reggiani

Advertisements

6 réflexions sur “Printemps et poésie …

  1. Dominique dit :

    J’en ai une de Malfilatre, un poil plus… printanière ?

    Le soleil fixe au milieu des planètes

    L’homme a dit : « Les cieux m’environnent,
    Les cieux ne roulent que pour moi ;
    De ces astres qui me couronnent
    La nature me fit le roi :
    Pour moi seul le soleil se lève,
    Pour moi seul le soleil achève
    Son cercle éclatant dans les airs ;
    Et je vois, souverain tranquille,
    Sur son poids la terre immobile
    Au centre de cet univers. »

    Fier mortel, bannis ces fantômes,
    Sur toi-même jette un coup d’oeil.
    Que sommes-nous, faibles atomes,
    Pour porter si loin notre orgueil ?
    Insensés ! nous parlons en maîtres,
    Nous qui dans l’océan des êtres
    Nageons tristement confondus,
    Nous dont l’existence légère,
    Pareille à l’ombre passagère,
    Commence, paraît, et n’est plus !

    Mais quelles routes immortelles
    Uranie entrouvre à mes yeux !
    Déesse, est-ce toi qui m’appelles
    Aux voûtes brillantes des cieux ?
    Je te suis. Mon âme agrandie,
    S’élançant d’une aile hardie,
    De la terre a quitté les bords :
    De ton flambeau la clarté pure
    Me guide au temple où la nature
    Cache ses augustes trésors.

    Grand Dieu ! quel sublime spectacle
    Confond mes sens, glace ma voix !
    Où suis-je ? Quel nouveau miracle
    De l’Olympe a changé les lois ?
    Au loin, dans l’étendue immense,
    Je contemple seul en silence,
    La marche du grand univers ;
    Et dans l’enceinte qu’elle embrasse,
    Mon oeil surpris voit sur la trace
    Retourner les orbes divers.

    Portés du couchant à l’aurore
    Par un mouvement éternel,
    Sur leur axe ils tournent encore
    Dans les vastes plaines du ciel.
    Quelle intelligence secrète
    Règle en son cours chaque planète
    Par d’imperceptibles ressorts ?
    Le soleil est-il le génie
    Qui fait avec tant d’harmonie
    Circuler les célestes corps ?

    Au milieu d’un vaste fluide
    Que la main du Dieu créateur
    Versa dans l’abîme du vide,
    Cet astre unique est leur moteur.
    Sur lui-même agité sans cesse,
    Il emporte, il balance, il presse
    L’éther et les orbes errants ;
    Sans cesse une force contraire
    De cette ondoyante matière
    Vers lui repousse les torrents.

    Ainsi se forment les orbites
    Que tracent ces globes connus :
    Ainsi dans des bornes prescrites
    Volent et Mercure et Vénus.
    La terre suit : Mars, moins rapide,
    D’un air sombre, s’avance et guide
    Les pas tardifs de Jupiter ;
    Et son père, le vieux Saturne,
    Roule à peine son char nocturne
    Sur les bords glacés de l’éther.

    Oui, notre sphère, épaisse masse,
    Demande au soleil ses présents,
    A travers sa dure surface
    Il darde ses feux bienfaisants.
    Le jour voit les heures légères
    Présenter les deux hémisphères
    Tour à tour à ses doux rayons ;
    Et sur les signes inclinée,
    La terre, promenant l’année,
    Produit des fleurs et des moissons.

    Je te salue, âme du monde,
    Sacré soleil, astre du feu,
    De tous les biens source féconde,
    Soleil, image de mon Dieu !
    Aux globes qui, dans leur carrière,
    Rendent hommage à ta lumière,
    Annonce Dieu par ta splendeur :
    Règne à jamais sur ses ouvrages,
    Triomphe, entretiens tous les âges
    De son éternelle grandeur.

  2. oth67 dit :

    François Villon, le candidat à la présidentielle…
    Je sors !

  3. Asphodèle dit :

    Je ne peux qu’adhérer ! Et à la journée de la poésie (enfin, moi c’est toute l’année, alors…) et choix de Léo et Serge pour chanter François ! 😉

  4. Leodamgan dit :

    Villon chanté par Ferré ou Reggiani, ce n’est pas mal…

  5. jobougon dit :

    François Villon, un poète que je connais assez peu.
    L’occasion pour moi d’en mesurer la profondeur.
    Quelle force dans la prière.

What did you say ???

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives du Nord (2015-….)

Chris Squire, les hommages !

Anthropologie Ornitho

Il cherchait quelque chose comme des rêves perdus, mais il ne trouvait rien"
G. Büchner.

Je suis de Charleroi comme Stefan Zweig est de Vienne - avec une naiveté héroïque.
M. von H.

Ce qu'on est incapable de changer, il faut au moins le décrire.
R.W. Fassbinder

Abandonné tragique, avec tout-le-reste-de-l’Art, à la fosse commune de l’illusion comique...
M. von H.

Artnithorynque

CV ARTISTIQUE

Préhisto’rnitho

%d blogueurs aiment cette page :